En atelier depuis vendredi dernier: Magistrats et auxiliaires de la Justice en formation sur la gestion du contentieux électoral

par -
0 200
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le président du Conseil supérieur de la Magistrature, PCSM a ouvert, vendredi dernier au Pullman Hôtel, un séminaire de renforcement des capacités des formateurs magistrats sur la gestion du contentieux électoral. Ce,  en présence du président de la CENI ; du directeur- pays de Freedom House en RDC ; du directeur-pays du PNUD a.i. en RDC ;  de hauts magistrats de la Cour de Cassation et du parquet général de la République ; des chefs de missions diplomatiques ; d’une soixantaine de magistrats et autres auxiliaires de la Justice.

Organisé par le Conseil supérieur de la Magistrature et la CENI, en collaboration avec le PNUD /PACEC et l’association du Barreau américain dans le cadre du consortium Freedom House, cet atelier vise l’appropriation d’un cadre légal des textes et procédures en matière de contentieux électoraux par les magistrats et les auxiliaires de la Justice. A cela s’ajoute l’identification par anticipation des problèmes susceptibles d’être générés par les différents scrutins prochains en RDC. L’atelier s’ouvre au lendemain de la convocation par la CENI, de l’électorat et de l’ouverture des bureaux de traitement et de réception des candidatures pour la députation provinciale. Cela vise aussi l’envisagement des solutions adéquates qui participent à l’apaisement du climat postélectoral.

Bien avant l’ouverture de ce séminaire, l’assistance a été conviée à une série de  discours qui ont circonscrit le cadre de l’activité. Il s’agit du mot de président national de la CENI ; du directeur-pays de Freedom House ; du directeur pays du PNUD et  celui du PCSM qui a clôturé la série de discours.

L’élection est un moment capital dans la vie démocratique dun pays

M.Laurent Rudasingwa est le directeur-pays a.i. du PNUD en RDC. Dans son mot, il a tenu à remercier particulièrement le président de la CENI pour la bonne collaboration qui existe entre leurs deux institutions, dans le cadre de l’appui au processus électoral. Il a saisi cette opportunité pour indiquer que « la tenue de ce séminaire témoigne à juste titre de la volonté du PNUD de continuer d’apporter son appui au processus électoral en RDC. Avant de souligner que l’élection est un moment capital dans la vie démocratique d’un pays. Et qu’il est par conséquent important de bien préparer les acteurs- clés que sont les magistrats. Ceux-ci sont appelés à gérer le contentieux électoral, afin de révéler adéquatement les défis liés à la transparence et la crédibilité du processus électoral et ainsi assurer la paix et  la sécurité du processus électoral. Et d’ajouter que la bonne gestion du contentieux électoral est un mécanisme puissant de prévention de la violence électorale.

Du côté des participants, un magistrat se confiant à la presse, a fait l’observation suivante : « si au départ  du  processus électoral,  tout est consensuel et  transparent, la justice ne souffrira pas tant de plaintes injustifiées de potentiels candidats malheureux. Le cas échéant, cela éviterait au pays des violences dues aux élections », a-t-il constaté. Et d’ajouter : toutefois cette formation va leur permettre de trouver des mesures capitales pour mieux gérer le contentieux électoral et garantir la paix après ce dit processus électoral.

Il sied de signaler que cette formation va s’organiser en deux phases dont la première débutée vendredi dernier,  et qui concerne les 12 ressorts des cours d’appel de la RDC représentés chacun par 5 participants. Parmi eux, 3 magistrats de la Cour d’appel, 1 magistrat du Parquet général et 1 agent du greffe.

La deuxième phase qui débutera  dans la semaine du 16 juillet 2018, sera organisée dans toutes les provinces et concernera, dans leur ensemble, les magistrats des Cours d’appel  et des parquets généraux ainsi que les agents des greffes. Ainsi, les magistrats formés à Kinshasa seront des formateurs dans différents sites, avec la participation et l’accompagnement des experts du PNUD/PACEC, des magistrats du Conseil supérieur de la Magistrature et des experts de la Direction juridique de la CENI.

Notons que ce séminaire qui s’est ouvert vendredi 6 juillet, se poursuit jusqu’au mercredi 11 courant. Le programme établi à cet effet, indique que les travaux en atelier vont se poursuivre durant ces cinq jours.

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse