Elections des Gouverneurs et vice-gouverneurs

par -
0 1027
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Matata Ponyo à la Cour constitutionnelle ce matin

 *De sources proches de la plus haute juridiction, il ressort, qu’après avoir été entendu, le lundi 31 août 2015, la CENI a déposé, le mardi 1er septembre 2015, un mémoire additionnel contenant des réponses aux préoccupations soulevées par la Cour constitutionnelle. A la même date, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur a, au nom du Gouvernement, transmis une note explicative, après avoir été entendu la veille, en réponse aux préoccupations des neuf sages

*Ce matin, à en croire les mêmes sources, le Premier ministre Matata Ponyo viendra à son tour s’expliquer devant la Cour constitutionnelle, réunie à huis clos, non seulement sur les raisons du retard constaté dans la tenue de l’élection des Gouverneurs et vice-gouverneurs, mais également sur la préoccupation de savoir comment les provinces démembrées sont-elles gérées en cette période transitoire, dont la durée prévue par la loi de programmation de nouvelles provinces, soit 120 jours, a été largement dépassé

Depuis quelques jours, l’actualité en République démocratique du Congo est dominée par la saisine de la CENI à la Cour constitutionnelle. Et ce, parce que le processus électoral connaît une situation telle que si les mesures qui s’imposent ne sont pas prises, les élections attendues de tout le monde risquent de subir un coup.

Sinon, de sources proches de la plus haute juridiction, il ressort qu’après avoir été entendu, le lundi 31 août 2015, la CENI a déposé, le mardi 1er  septembre 2015, un mémoire additionnel contenant des réponses aux préoccupations soulevées par la Cour constitutionnelle. A la même date, le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur a, au nom du Gouvernement de la République, transmis une note explicative, après avoir été entendu la veille, en réponse aux préoccupations des neuf sages.

A en croire les mêmes sources, le Premier ministre Matata Ponyo viendra à son tour s’expliquer devant la Cour constitutionnelle, réunie à huis clos, non seulement sur les raisons du retard constaté dans la tenue de l’élection des Gouverneurs et vice-gouverneurs, mais également sur la préoccupation de savoir comment les provinces démembrées sont-elles gérées en cette période transitoire, dont la durée prévue par la loi de programmation de nouvelles provinces, soit 120 jours, a été largement dépassé.

Les 9 sages sont déterminés à vider ce dossier élection cette semaine. Timing tenable jusqu’après le passage du Premier ministre, la Cour constitutionnelle sera suffisamment éclairée pour rendre un arrêt de grande importance, pour la poursuite du processus électoral en Rd Congo.

En effet, tous les regards des juristes et de l’opinion sont tournés vers cette haute juridiction, qui en 5 mois seulement de son fonctionnement,  a pris l’importance et le rôle que revêtent les hautes juridictions de son genre à travers le monde. La CENI et le Gouvernement s’attendent à recevoir des injonctions fermes, chacun en ce qui le concerne, pour favoriser la tenue de l’élection des Gouverneurs dans les 21 nouvelles provinces.

La politique tient le droit en état

Nul n’ignore que lorsque la CENI avait publié en son temps le calendrier partiel, tous les vieux démons s’étaient mis en branle pour exiger un calendrier global. Partant, tous les projectiles ont été lancés dans la direction de cette institution, quand bien même les voix se sont levées aussi de la part de la communauté internationale qui conditionnait le financement des élections  à la publication du calendrier global. Après la publication exigée par l’opposition et la communauté internationale, les gesticulations et tentacules fusent de partout pour décrier ce qui a été exigé hier.

Dans un autre chapitre, le Gouvernement qui a la gestion de la chose publique au quotidien, tient à faire appliquer et respecter la constitution par l’organisation des élections à la base, puis au redimensionnement des provinces qui passent de 11 à 26. Doit-on élire les Gouverneurs et vice-gouverneurs à cette étape de choses où la plupart des Assemblées provinciales n’ont pas encore épuisé leur ordre du jour, ni élaboré leur Règlement intérieur et ce, dans un contexte où certains règlements intérieurs ont été déclarés non conformes à la Constitution  par la Cour constitutionnelle?   Depuis, c’est la panique générale ! Qui fera des concessions au profit de l’autre camp politique ?

Et pourtant, là où les hommes intelligents se réunissent, ils ont toujours eu une seule motivation, celle de trouver la solution au blocage, surmonter les contraintes et non se jeter les pierres au visage. D’où la nécessité du dialogue qui s’avère inévitable, étant donné que la politique tient le droit en état, puisque chaque camp ne veut pas s’avouer vaincu. C’est au regard de ce blocage qu’intervient la haute Cour de la République, dont les arrêts ne sont susceptibles d’aucun recours. Est-ce que le politique va-t-il s’incliner devant une décision de la haute Cour ? C’est là la question !

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse