Elections des Gouverneurs et vice-gouverneurs

par -
0 627
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Justin Bitakwira invite les invalidés à saisir les cours et tribunaux

La correspondance émanant du Secrétaire général de la Majorité présidentielle, invitant la centrale électorale à invalider les candidats indépendants aux postes des gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces, fait jaser la classe politique. A l’occasion, le leader de l’opposition citoyenne est monté au créneau contre le Secrétaire général de la Majorité présidentielle, en ce que cette correspondance est impropre à la consommation. Devant les chevaliers de la plume, au siège des « Ligoteurs », l’élu d’Uvira dans le Sud-Kivu a fait une mise au point quant à ce, résumant ses propos en 4 points, à savoir ‘’point de vue sur les élections des gouverneurs et leurs vices ; problématique de la guerre au sud de Lubero et Béni entre Hutu et Nande ; avis sur la structure mise en place par l’opposition citoyenne et enfin, nécessité du dialogue’’.

Abordant la question de l’organisation de l’élection des gouverneurs, Justin Bitakwira, l’un de ceux-là qui ont fustigé la nomination des Commissaires spéciaux et leurs adjoints en violation des dispositions constitutionnelles dans ce que la Cour Constitutionnelle a invité le gouvernement de prendre des mesures exceptionnelles, de faire diligence ; ce qui a surpris l’opposition citoyenne dont il est leader. Toutefois, depuis l’annonce par la Ceni de l’organisation de l’élection des gouverneurs, Justin Bitakwira a reçu avec intérêt ladite élection, pour qu’enfin, l’administration se dote des animateurs légalement élus.

La MP doit cesser de se mixer dans les attributions de la Ceni

Par contre, il fustige les agitations au sein de la classe politique, notamment la MP et l’opposition dite radicale ou classique. A l’en croire, il invite la Majorité présidentielle bien qu’ayant l’instinct de conserver le pouvoir de cesser de se mixer dans les attributions de la CENI. « L’opposition citoyenne est surprise de constater que le Secrétaire général de la Majorité présidentielle, président d’une haute institution parlementaire, avant que les candidatures ne soient publiées, ait adressé un courrier pour invalider les candidats», s’exclame-t-il. Pour ce faire, il l’invite à considérer que les ambitions politiques ne peuvent se gérer qu’au sein de leur famille politique, au lieu de discréditer la Ceni, ajoute-t-il. Ainsi donc, Justin Bitakwira compare la MP à l’instar de l’opposition classique en ce que cette dernière se caractérise par les impondérables. « Que la MP et son Secrétaire général n’osent plus de se mêler de la gestion de la Ceni », insiste-t-il.

Prise à partie à l’opposition radicale et au G7

Les mots n’ont pas été doux à l’endroit de l’opposition radicale, le G7, la Dynamique de l’opposition, etc. Pourtant, lorsqu’il fait un clin d’œil à la liste des candidats retenus, Justin Bitakwira s’étonne, bien que la politique étant dynamique que certains opposants sont en lice aux postes des gouverneurs, alors qu’ils se sont dits non concernés par cette élection, lorsqu’en son temps elle a rejeté la nomination des Commissaires spéciaux et leurs adjoints. Et lorsque certains candidats sont invalidés, ces acteurs politiques s’en prennent à la centrale électorale, pourtant il y a une voie de recours, à savoir les cours et tribunaux, conseille-t-il. « On doit laisser chaque structure et institution faire son travail », note-t-il. Tout en invitant l’opposition à se préparer aux élections malgré les querelles politiques.

Un seul dialogue pour tout régler une fois pour toute

Natif du Sud-Kivu, Justin Bitakwira est mieux indiqué en ce que la guerre entre Hutu et Nande qui sévit au sud de Lubero et Beni trouve une solution pérenne. Pourtant, il a déploré les propos de son ancien collègue Vital Kamerhe qui appelle au dialogue entre Hutu et Nande, tout en récusant le dialogue inclusif. Dans son entendement, Justin Bitakwira estime qu’on ne peut pas à chaque problème son dialogue. « Au lieu de soigner une partie du corps, on doit soigner tout le corps malade », a-t-il souligné, tout en ajoutant qu’on ne peut pas faire un dialogue particulier, plutôt global. Ceci dit, il affirme que tous les agitateurs savent qu’on ne peut pas aller aux élections avec un fichier corrompu, pourri, impropre, en ce que le recensement des nouveaux majeurs constitue une évidence. En somme, Justin Bitakwira estime qu’on ne peut pas dialoguer après le chaos. « Mieux vaut prévenir que guérir » pour appeler les uns et les autres à la nécessité de se mettre au tour d’une table pour résoudre les problèmes qui fâchent avant le chaos. C’est l’occasion pour le leader de l’opposition citoyenne et initiateur du concept « Ligoteur », d’inviter le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange à convoquer la mise en place d’un comité préparatoire, puis de s’en dessaisir du dialogue au bénéficie de toutes les forces vives de la nation. « Un facilitateur (Locataire) ne peut pas convoquer le dialogue devant les bailleurs (acteurs politiques Majorité comme opposition). Nous, propriétaires, si nous voulons modifier notre maison, c’est de notre droit puisque nous en sommes héritiers et cohéritiers de la mère-patrie, la RDC », argumente le député national.

Sinon, il met en garde tout fou politique qui complote à détruire les biens de la République, que l’opposition citoyenne à travers la structures de « ligoteurs », qu’il se souvienne du 12 juillet 2012, lorsqu’il s’est opposé à l’ambassade de Belgique contre le mandat d’arrêt du vice-président honoraire, Yerodia Abdoulaye Ndombasi. A mains nues, les agitateurs seront vaincus comme c’est fut en date du 02 aout 1998, lorsqu’il offrit ses offices à l’Afdl en mettant en déroute les rebelles armés. Tout le monde est averti !

(Pius Romain Rolland)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse