Election du Rapporteur du Sénat: Flore Musendu succède à Modeste Mutinga

par -
0 973
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le dévolu est tombé sur Flore Musendu

Un membre de la Majorités présidentielle s’en va, un indépendant allié à la Majorité présidentielle prend place au perchoir de la Chambre haute du Parlement. Flore Musendu Flungu succède au MSR Modeste Mutinga, en remportant haut la main une élection avec 54 voix sur 86 sénateurs qui ont pris part au vote hier mardi 6 octobre 2015.

En effet, sept candidats ont concouru au poste de Rapporteur de la Chambre des élus des élus, notamment la sénatrice PPRD Kikontwe Tumbwe Amani Marie-Claire 69 ans, le Palu Kiluba Longo Justin 49 ans, le PPRD Mulaila Thenga Bandzuh Thekys 55 ans, l’indépendant Musendu Flungu Flore 54 ans, l’indépendant Aubin Ngongo Luwowo 62 ans, le MLC/UN Nkole Tshimuanga Gaston 62 ans et le PDS/GPN Sesanga Dja Kasiw Patrice Aimé 72 ans.

Sur les sept candidats, trois ont désisté, notamment Kikontwe Tumbwe Amani Marie-Claire, le Palu Kiluba Longo Justin et le PPRD MulailaThenga Bandzuh Thekys. Ainsi donc, quatre candidats se sont lancés le défi de prendre la place de Modeste Mutinga qui a glissé pendant quatre ans à la Chambre haute du parlement, en violation de la Constitution, mais qui s’est aligné au Groupe dit G7.

Aux termes du scrutin, un seul a été élu, à savoir l’indépendant Musendu Flungu Flore, qui a obtenu 54 voix sur les 86 électeurs suivi du MLC/UN Nkole Tshimuanga Gaston qui a requis 26 voix, puis le PDS/GPN Sesanga Dja Kasiw Patrice Aimé 4 voix et enfin l’indépendant Aubin Ngongo Luwowo qui s’est élu lui-même avec une seule voix.

A en croire les observateurs des questions parlementaires, l’élection au poste de Rapporteur au Sénat en dit beaucoup à celle qui profile à l’horizon à l’Assemblée nationale. La Majorité garde toujours ses chances de l’emporter car, face aux deux opposants, le MLC/UN Nkole Tshimuanga Gaston et Aubin Ngongo Luwowo, la Majorité présidentielle Flore Musendu Flungu l’a emporté haut la main.

La particularité de cette élection anticipée réside au fait que tous les candidats n’ont pas contesté les résultats des urnes. Cela dénote bien que la Chambre haute est réellement la Chambre des sages de la République. Il est évident qu’un homme politique doit parcourir son espace politique, savoir mettre le pied où il fallait le mettre et poser sa tête sur les épaules.

Flore Musendu Flungu est sorti de ce cadenas immoral en emportant sur ces adversaires qui, certains se sont fait élire seul. Ne dit-on pas que la vie passée nous rattrape toujours dans le futur ?

A l’issue de l’élection, l’heureux élu s’est exprimé à nos fins limiers en ces termes : « Je suis obligé de prendre la veste de la place. Je me réserve. Je rassure à mes concurrents que la porte est ouverte, je me demande comment la presse va me gérer ? Merci beaucoup », a-t-il déclaré, sous le coup de l’émotion.

L’une des électrices s’est exprimée également à la Rédaction du Journal L’Avenir en ces termes : « Un de nôtres a été élu, c’est ne pas un candidat qui est venu de l’extérieur. J’apprécie tous les candidats, on s’entend très bien et ce sont des travailleurs. Musendu a démontré par son exposé sur l’environnement que c’est un travailleur et celui qui est parti, c’est un autre travailleur. Nous avons Musendu qui vient avec sa jeunesse et son dynamisme renforcer le bureau du Sénat », a dit la Sénatrice Nkoyi Mafuta.

La compétence l’emporte sur la géopolitique

Désormais, Modeste Mutinga a cédé son poste par démission à l’heureux élu Flore Musendu. Le Kasaï Central a perdu son poste au profit du Lualaba, ex-district du Katanga, à cause de la compétence et non pas suite à la géopolitique avec ses corolaires négatifs sur la bonne marche de la vie politique en République Démocratique du Congo.

Ceci dit, l’épisode de l’Assemblée nationale reste palpitant avec deux postes à pourvoir, notamment le Rapporteur et le Premier vice-président du bureau de l’Assemblée nationale, en remplacement du MSR Norbert Ezadri Eguma et l’UNADEF Charles Mwando Nsimba, tous deux membres des partis frondeurs, dit G7.

Nos sources nous renseignent que seule la candidature de Henry-Thomas Lokondo fait encore l’unanimité dans cette chambre basse hautement politique. Que nous réserve les jours avenirs, en attendant le mot d’ordre qui risque de ne pas être exécuté, lorsqu’on sait que les députés nationaux veulent renforcer leur bureau avec un poids lourd comme Henry-Thomas Lokondo.

Si les critères de moralité et de la compétence ont fait élire Flore Musendu à la Chambre haute du Parlement, il est aussi évident qu’à la Chambre basse, la candidature de Henry-Thomas Lokondo s’inscrit dans cette logique de la moralité et de la compétence. A ceci, il faut ajouter son sens aigue de l’organisation et de la maturité politique. Face à un ancien ministre du Budget, il n’y a pas match.

Si le Kasaï Central a perdu son poste au profit du Lualaba au Sénat, il est aussi évident que le Tanganyika de Muando soit remplacé par une compétence qu’il soit de l’Equateur, comme l’atteste le cursus politique d’Henry-Thomas Lokondo, ancien Conseiller du Chef de l’Etat Joseph Kabila, ancien Redoc, fin diplomate qui renferme en soit les potentialités parlementaires.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse