Education des enfants de la maternelle, Mme Chantal : « La femme est la mieux placée pour encadrer les enfants… »

par -
0 289

Depuis un temps, la femme est considérée comme la mieux placée pour l’encadrement des enfants de la maternelle.

La rédaction du Groupe de Presse l’Avenir est descendue sur terrain pour enquêter sur les femmes qui encadrent les enfants de la maternelle. Non seulement enquêter, mais savoir si ce métier vaut aussi pour les hommes, car dans aujourd’hui à Kinshasa comme ailleurs, il n’y a que les femmes qui enseignent à l’école maternelle.

De notre enquête, il sied de signaler que depuis la création de la section maternelle, la femme est toujours considérée comme la meilleure personne qui peut assurer la sécurité des enfants qui viennent fraichement de la maison, mais aussi qui ne se sont jamais séparés de leurs parents pendant 4 heures du temps. Voire même du matin au soir comme il en est le cas dans certaines écoles maternelles de Kinshasa.

La première intervention est celle de madame Chantal, encadreur des enfants de la 3ème maternelle au complexe scolaire Kwetima à Kinshasa. Pour elle, si les femmes sont toujours choisies pour l’encadrement des enfants de la section maternelle, la première raison est parce qu’elle est avant tout une maman. « Nous sommes des mamans. A ce titre, on a l’expérience de vivre avec les enfants à la maison. C’est aussi de notre devoir de rester à la maison avec eux pendant que les papas sont au travail. Voilà pourquoi la femme a la facilité de rester avec les enfants de la classe maternelle », a-t-elle affirmé.

Elle continue en disant que la femme de nature est un être qui est faite pour supporter les enfants. Seule la femme a la capacité de connaitre les besoins de chaque enfant, et elle a un grand cœur pour supporter les caprices  et bien soigner chacun d’eux pendant l’absence de leurs parents. « La femme est la mieux placée pour encadrer les enfants maternelle », ajoute madame Chantal.

En ce qui concerne les difficultés que les enseignantes rencontrent pendant qu’elles sont avec les enfants en classe, madame Chantal souligne qu’il y en a plusieurs. « Chaque enfant a son éducation. Ils ont leurs humeurs et en tant que femme, nous sommes obligés de le supporter et de leur apprendre de bonne manière. D’autres enfants se battent à chaque fois et les autres quand ils viennent pour la première fois, ils ont du mal à s’habituer  avec les amis dans la salle de classe », a fait savoir cette femme enseignante.

« Encadrer les enfants c’est ma passion »

Le second entretien est celui de madame Ndekila Magalie. Elle est enseignante en 2ème maternelle au complexe scolaire Kukiele. Pour elle, la femme est choisie comme encadreur des enfants de la section maternelle parce qu’elle a de l’affection à donner aux enfants. « La femme connait comment dorloter un gamin, contrairement aux hommes qui ne savent rien en ce qui concerne les caprices des enfants. C’est toujours facile pour une femme d’encadrer les enfants parce qu’elles font déjà la maison », a-t-elle dit.

Toutefois, les difficultés ne manquent pas en ce qui concerne la profession. « Dans ce métier, il y a plusieurs difficultés à retenir. Le manque de matériel dans nos écoles privées est fréquent et surtout qu’au Congo, la section maternelle n’est pas encore prise en compte par les Congolais. Autres problèmes c’est la réaction des parents quand les enfants leurs informent d’un problème », progresse-t-elle

Elle termine en disant : « si nous sommes dans ce métier, c’est parce que  nous avons de la passion pour ce boulot qui a plusieurs difficultés ».

(Espérant Kabemba/ Stagiaire)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse