Edition 2015: Ce matin débutent les épreuves d’examen d’Etat

par -
0 491
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les épreuves d’examen d’Etat de la 48ème édition débutent ce matin sur l’ensemble du territoire national. Les candidats ont quatre journées pour répondre à ce concours national de fin d’études secondaires. Il nous revient que les organisateurs, entendez : le ministère et l’Inspection générale, ont fixé à quinze mille (15000) francs congolais les frais de participation. Comme le prévoient les usages, l’autorité de tutelle fera dans la première journée, la ronde de quelques écoles types, pour donner le go. A travers cette démarche, en témoignage officiel, l’autorité s’assure que les consignes d’organisation matérielle ont été observées dans les centres retenus. De tout le temps, en effet, l’autorité a fait confiance aux acteurs concernés en amont, l’engagement et la fermeté, pour mettre tout en œuvre et partant, réaliser les objectifs assignés à l’année scolaire. C’est ainsi que l’occasion faisant le larron, le ministre Maker Mwangu, plus d’une fois en pareille circonstance, a usé de convenance pour adresser quelque message d’encouragement et de reconnaissance aux organisateurs. « Nous félicitons nos amis de l’Inspection générale de l’Enseignement, pour la qualité de l’organisation », a-t-il réitéré.

En effet, l’édition 2014-2015 a conservé, sur le plan de la forme, le mode organisationnel des années antérieures : les questionnaires au choix multiple, le déroulement s’échelonnant sur quatre journées, des écoles réputées centres recueillant des candidats selon la répartition, des frais de participation à verser, et la surveillance du centre dans les parages et dans les locaux. L’exigence de sécuriser les parages du centre en valait la peine, s’est exclamé un père de famille. Dans la mesure où, a-t-il dit, maintes personnes habituées à la corruption, tirent leur épingle du jeu, en servant malicieusement de relais entre l’intérieur et l’extérieur d’un centre d’examen d’Etat. Des vendeuses et vendeurs dont les tablettes avoisinent l’école-centre sont, à cette occasion repoussés de plusieurs pas de l’emplacement habituel. Des photographes aussi, habitués à s’attarder dans les sillages du centre pour fixer dans les images des souvenirs, sont prévenus s’en tenir aux prescrits sécuritaires.

Les quatre journées sont le dénouement d’un temps de préparation qui se sera étendu sur l’ensemble de l’année. Le calendrier scolaire, d’ordinaire, prévoit des moments pendant lesquels les responsables scolaires organisent des séances dites de jaugeage, pour les finalistes.

A Kinshasa, ville-miroir de la RD Congo, le contexte a gardé de son ambiance habituelle. Car les élèves n’ont pas échappé à un environnement fait notamment des bars de plein air et du délestage (terme courant traduisant le manque de fourniture d’électricité).

Plus d’une fois, il a été constaté que des responsables scolaires à travers les différentes entités du pays se sont employés, en effet, à monter les enchères. A la manière d’un crocodile happant sa proie, ceux-ci exigent des candidats des frais en surplus, plutôt que de se conformer à ce qui a été fixé et promulgué officiellement. C’est à ce niveau que se justifie les velléités mercantiles et capitalistes de maints compatriotes qui se sont emparés de l’éducation nationale, sans en avoir vocation. A chaque édition des épreuves de l’examen d’Etat, des voix se sont fait entendre pour décrier cette forme d’anarchie ; toutefois, des sanctions exemplaires n’ont pas suivi.

(Payne )

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse