Echauffourées du 24 avril dernier à Lubumbashi: L’Inspecteur Jean-Bosco Galenga se défend

par -
0 869
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Qu’est-ce qui s’était réellement passé le dimanche 24 avril 2016 à Lubumbashi, lors de la célébration de la reconnaissance du pluralisme politique par le président Mobutu en 1990 ? La vraie vérité est tombée ce mardi le 26 avril 2016 de la bouche de l’inspecteur de la Police nationale congolais Haut Katanga, Jean-Bosco Garenga. Selon Roger Ngandu, le correspondant de la Rtga World qui nous donne cette information, en voulant entretenir l’ordre public à la Kenya ce jour-là, les éléments de la police sur terrain ont été caillassés et agressés non pas par la paisible population, mais par un groupe de jeunes gens manipulés par les politiciens en mal de positionnement. Ce qui poussera la police à utiliser le gaz lacrymogène pour les disperser.

« Un groupe de militants des partis politiques dont vous parler ici, s’est retrouvé à la Kenya. A la demande de la police de rentrer, ou plutôt entêtés par leurs leaders, ils ont bravé la police, ils ont troublé l’ordre public, ont caillassé la police, ils ont essayé de toucher au petit commerce qui était à côté. Que devait faire la Police ? Elle devait les disperser », précise-t-il.

Au même moment, il a été révélé que la permanence de l’UNADEF aurait été incendiée. L’UNADEF a accusé des jeunes à la solde du pouvoir et a promis de porter plainte à la police pour des enquêtes approfondies. « Je me suis rendu sur le lieu, effectivement nous avons trouvé qu’il y avait quelques chaises brûlées dans deux ou trois locaux. Mais le reste de la permanence était intact », répond Jean-Bosco Garenga, qui ajoute que des allégations faisant allusion à des tirs à balles réelles, ont été révélées. Cet Inspecteur de Police attribue cette accusation fausse au camp des dribleurs de la population qui n’a pas besoin de la distraction. A la population, il lui a demandé d’être calme et de collaborer avec la police dans toutes les circonstances.

Soulignons que le 24 avril dernier, le Représentant spécial du Secrétaire général a souligné la nécessité pour l’ensemble des acteurs congolais de faire preuve de la plus grande retenue, en cette phase particulière de l’évolution politique de leur pays. Il exhorte les autorités congolaises à agir dans le respect scrupuleux de l’Etat de droit, et à s’abstenir de toute mesure de nature à  entraver l’exercice par les acteurs politiques des droits et libertés garantis par la Constitution, y compris la liberté d’expression, d’association et de manifestation.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse