Echange d’expériences et renforcement des capacités: Satisfecit des Assembles provinciales

par -
0 370
Une vue des participants
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est en principe aujourd’hui que doit se clôturer le séminaire sur l’évaluation du fonctionnement des Assemblées provinciales. Travaux organisés par le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary. Tout juste après l’ouverture, soit dimanche dernier, deux exposés thématiques ont jalonné les discussions, avant de se poursuivre hier  lundi 15 mai 2017 au salon rouge de l’Hôtel du gouvernement.  Parmi les intervenants du jour, le Ministre des Finances,  Henri Yav Mulang qui a exposé sur la problématique des finances provinciales et locales, tandis que le Professeur Kaumba Lufunda a planché sur les valeurs et patrimoine de la citoyenneté congolaise.

Tour à tour,  les Présidents des Assemblées de 26 provinces ont présenté au Vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur et Sécurité,  aux ministres d’Etat aux Budgets et à la Décentralisation, les difficultés de fonctionnement  auxquelles leurs institutions sont quotidiennement confrontées et les attentes formulées à l’endroit de l’exécutif national.  Un débat houleux et sans détour diplomatique s’en est suivi dans une ambiance parlementaire et les membres du gouvernement présents dans la salle en ont pris bonne note.

Enfin, un échange d’expériences réciproquement avantageuses a eu lieu entre les Présidents des Assemblées provinciales non démembrées comme Kinshasa et le Kongo Central,  anciennement démembrées comme les deux Kivu et le Maniema, ainsi que celles récemment démembrées représentées par le président de l’Assemblée provinciale du Kasaï-Central. Hier mardi 16 mai 2017, les travaux seront éclatés en cinq ateliers afin de présenter un Rapport final sensé clôturer ces premières assises de l’histoire des Assemblées provinciales de la RDC. Les participants qui se sont confiés à la presse ont salué l’initiative du Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, avant de souhaiter voir ce cadre d’échanges demeurer une pratique institutionnelle régulière  pour évaluer la marche des institutions provinciales.

L’argent fait défaut

L’Honorable Kamwitu, président de l’Assemblée provinciale du Kasaï Central, a expliqué que la séance d’hier a concerné la communication sur le fonctionnement de l’Assemblée. Ce sont les membres de bureaux qui ont parlé. Ils ont exposé les problèmes qu’ils rencontrent dans l’accomplissement de leurs tâches essentielles législatives et les tâches de contrôle. Parmi les problèmes, il y a celui d’argent.  A l’en croire, si la dotation arrive à temps, elle vous permet de mener les missions, les enquêtes, etc. Ils ont évoqué le manque d’infrastructures, sans oublier le manque de moyen de locomotion, parce qu’ils doivent faire l’itinérance, mener les enquêtes, etc. « Après ça, il y a eu partage d’expériences entre trois types d’Assemblées. Il y a les Assemblées issues du démembrement à l’époque de la 2ème République. Ils ont présenté le fonctionnement, parce qu’ils n’ont pas été concernés par le récent démembrement. Il y a eu les Assemblées de provinces non démembrées : Kongo Central et Kinshasa, qui ont présenté leurs expériences. Enfin il y a des Assemblées qui ont totalisé une année, les Assemblées issues du démembrement. Chaque catégorie a présenté le problème, le fonctionnement avec le goulot d’étranglement », dit-il, avant d’ajouter que le Gouvernement a été sensible à tous les problèmes exposés par les Assemblées. Selon lui, il  n’appartient pas aux ministres de répondre de matière immédiate ; Ils ont reconnu qu’ils n’ont pas payé les mois de décembre, mais aussi ils payent avec retard.

Quant à l’honorable Mosindo, Rapporteur de l’Assemblée provinciale de la  Tshopo, avec ce que nous venons de suivre, avec les différents orateurs, je trouve qu’ils nous ont exhorté au travail. « Nous devons travailler pour sauver nos jeunes provinces. Nous devons contrôler, lorsqu’il y a des fautes graves, il faut les sanctionner », dit-il, tout en soulignant que ces assises ont fait que nous puissions nous approcher et c’est un cadre qui nous permet d’échanger. Par rapport à la problématique des motions, il a dit qu’il ne faut pas empêcher aux Assemblées provinciales de faire leur travail. La motion est un exercice démocratique, dit-il.

Terminons avec l’honorable Timba, président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central, qui a fait un témoignage sur l’échange des créances. Pour ce qui nous concerne, nous  les provinces non démembrées, nous avons été avec la province de Kinshasa. Il y a quelque chose qui nous unies, avoue-t-il, avant de dire que c’est la stabilité de nos Assemblées provinciales qui nous intéresse. « Vous vous souviendrez  qu’en fait, ce sont les deux qui n’ont pas eu des problèmes avec les exécutifs, parce quand il y a crise, nous avons des mécanismes appropriés et qui font que nous avons privilégié le dialogue ; qui fait que quand il y a des problèmes qui fâchent, on se retrouve autour d’une table, pour regarder dans la même direction », martèle-t-il.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse