Du 8 au 12 juillet 2016: A. Minaku préside sa 1ère APF à Antananarivo

par -
0 531
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Pour sa toute première fois, le président de l’Assemblée nationale de la Rd Congo, président en exercice de l’APF Aubin Minaku Ndjalandjoko conduit les travaux du 42ème sommet des parlementaires membres des différentes sections de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF). Ceux-ci se réunissent une fois par an en Assemblée plénière. Pour cette année, la capitale Antananarivo a été choisie afin d’abriter cette grand’messe.

Au préalable, l’APF réunit dans les jours précédents son Bureau, ses commissions permanentes ainsi que le Réseau des femmes parlementaires. L’Assemblée plénière adopte un certain nombre de résolutions préparées par les commissions.

Le débat général est le moment phare des sessions de l’APF. Il est l’occasion pour les parlementaires francophones d’échanger, de s’informer des bonnes pratiques et de prendre position sur des sujets transversaux touchant l’espace francophone.

Enfin, la Secrétaire générale de la Francophonie livre son rapport d’activités devant l’assemblée plénière et échange avec les parlementaires lors d’une séance de questions-réponses.

Au menu des assises

Sur proposition de la section malgache, les parlementaires francophones ont fait du thème du XVIè Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie,  celui de leur débat général. Il s’agit de la : « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone. ».

Dans son mot d’ouverture, Aubin Minaku a ; de prime abord, salué la présence nombreuse de ses pairs à ces assises, à travers laquelle il voit  une illustration vivante de leur détermination commune pour revisiter l’ensemble des repères idéologiques à mener ; consécutivement des actions qui soient de nature à influer sur les vicissitudes de l’histoire , au mieux des intérêts des peuples qu’ils représentent .

Comme un bel oiseau de minerve, le Président de l’APF a, à cet effet, recouru à la sagesse malgache qui dit : « ne considérez pas la brièveté des jours , mais pensez à la longueur de l’année ».

Il a en outre profité de cet élan de solidarité pour exprimer des mots de profonde sympathie au peuple malgache, frappé il y a à peine quelques jours, par un événement tragique survenu au Stade d’Antananarivo. Et de dire : « les ennemis de la paix, porteurs d’une abominable idéologie de la haine et de la barbarie, ont encore frappé, croyant, à tort, être à même de vaincre la force du droit et la beauté de la démocratie ».

Célébrant cet instant précieux sur la Grande Île, Aubin Minaku  n’a pas trouvé d’autres mots que ceux du célèbre poète Malgache Jacques Rabemananjara : « Île ! Île ! aux syllabes de flammes, jamais ton nom ne fut plus cher à mon âme, Madagascar » ! Ou encore : « L’immensité de ta légende, le renouveau de ton nom ont pris l’espace pour mesure, Madagascar ». Et comme si cela ne suffisait pas, le Président de l’APF déclame que « Madagascar c’est ce paradis aux mille visage flottant sur l’océan indien et qui, tout au sud du continent africain, brille de mille feu sous la ligne du Tropique du Capricorne.

Il a, dans la suite de son propos justifié le choix par du Madagascar pour le 42ème Sommet de l’APF : la position éminente qui est la sienne dans l’histoire et la philosophie de la Francophonie.  Il faisait ainsi allusion aussi bien à l’histoire politique récente de ce pays, son engagement ferme pour la démocratie et l’Etat de droit. Ce, envers et malgré tous les vents contraires et autres différences.

Il a saisi l’occasion pour saluer non seulement l’engagement  des Institutions malgaches mais aussi l’accompagnement de ses partenaires dont essentiellement l’OIF et l’APF. Ce qui a permis à la Grande Île de  réinstaurer  un équilibre relativement stable entre les acteurs et à revenir à une situation du dialogue constructif dont tous se félicitent.

Avant de terminer son propos et lancer l’ouverture proprement dite des assises, le Président de l’APF a rappelé que dans de nombreux pays, les peuples ont eu à  s’exprimer librement leurs choix  et décidé de l’orientation qu’ils veulent donner à la destinée de leur pays. Il a fait remarquer qu’un processus électoral systématisé et bien huilé n’est pas le seul indicateur de la démocratie et de l’Etat de droit.  C’était entre autres devant Mme Michaelle Jean, numéro 1 de la Francophonie. (A lire dans nos prochaines éditions ce qu’a été la clôture des assises d’Antananarivo).

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse