Du 30 octobre au 06 novembre : Festival du film européen à Kinshasa

par -
0 669
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La coordination générale revient au cinéaste congolais Petna Ndaliko

Petna Ndaliko aux côtés de Jean-Michel Dumont, chef de la délégation UE en RD Congo

Le festival du film européen va se dérouler du  30 octobre au 06 novembre prochain, dans la capitale congolaise. Au total, une dizaine de projections aura lieu pendant sept jours à Kinshasa, et six projections sur trois jours dans chacune des villes des provinces retenues à savoir Matadi, Lubumbashi, Bukavu et Kisangani.

Le but de cet événement  est non seulement de mieux faire connaître le cinéma européen, mais également la jeune production cinématographique congolaise qui sera mise à l’honneur dans cette édition 2015. Ainsi chaque soir, les films européens seront précédés par la projection du court métrage d’un réalisateur congolais.  Cette année, le cinéma européen prévoit une programmation très varié. Tous les genres seront abordés : fiction, animation et même documentaire, afin de montrer toute la vitalité et la diversité du cinéma européen. Des débats et échanges interviendront à l’issue de chaque projection. L’accès est gratuit. Pour la petite histoire, la coordination générale de l’évènement a été confiée à un artiste congolais, le réalisateur Petna Ndaliko Katondolo.

Quid de l’artiste-coordonnateur

Artiste à plusieurs casquettes à savoir chorégraphe, danseur, vidéaste, peintre, écrivain, en plus d’une ceinture noire en karaté, Petna Ndaliko s’est sans tambour ni trompette qu’il s’est exprimé dans plusieurs rencontres culturelles à travers le monde. « Kinshasa n’est pas le Zaïre », a dit en son temps le Président Mobutu en considérant aussi les préoccupations d’autres provinces de la RD Congo.

 Cette vérité constitue également la mission que s’est engagé un cinéaste, celle de rompre l’enclavement culturel des provinces de l’Est. Et, au besoin, de focaliser leur attention  dans une discipline culturelle qu’est le Cinéma. Il s’appelle Petna Ndalilco Katondolo, il est directeur du centre d’échange culturel Yolé Africa – dont le siège se trouve en Ouganda- ce cinéaste ne cesse de clamer le désenclavement culturel de cette partie de la République. 

L’artiste a constaté que l’engouement avec lequel des jeunes de Goma s’accrochent à cet art. Le cinéma est la preuve qu’ils veulent se partager le monopole de cette activité artistique dont la capitale Kinshasa sem­ble en avoir seul le contrôle. Dans l’entendement du cinéaste, c’est aussi une manière de contribuer au processus de réunification et de pacification pays, en ouvrant un large horizon au cinéma.
Pour la petite histoire, Pet­na Ndaliko est né à Goma en 1974 où il a suivi ses études primaires et secondaires avant de fréquenter pour quelques années l’école d’art de Nyundo au Rwan­da. Il reconnaît avoir bénéficié de l’encadrement de l’artiste peintre congolais Tshiboko Mputu, an­cien Président de l’association nationale des plasticiens du Congo ex-Zaïre.

Dans son parcours, il s’est lancé avec les amis dans le théâtre éducatif sur la protection de la faune et de la flore, du reste, il est membre co-fondateur de Maideni- Mouvement écologiste. Puis vint la guerre, les souffrances endurées durant la guerre de l’AFDL en bravant des nuits blanches dans la forêt, à 400 Km en fuyant Goma vers Butembo. Et en 1994, avec l’afflux massif des réfugiés rwandais à Goma; Petnase décide de s’installer à Kampala, pas comme réfugié mais suit une formation de montage vidéo à l’Université de Kampala. Il se découvre alors dans l’univers artistique.

Dans ce milieu, il rencontre le peintre Daniel Kam­bere qui l’encadre en peinture. De fil en aiguille, il fait connaissance du danseur chorégraphe congolais, Faustin Linyekula.  Avec ce dernier, Petna apprend la danse contemporaine.

Saint Hervé M’Buy

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse