Du 28 au 30 septembre se tient à Kinshasa

par -
0 907
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Une conférence-débat sur l’environnement

* La Fondation Mwimba Texas y a été invitée

 L’environnement est un sujet d’actualité mondiale, à quelques semaines de la tenue à Paris de la COP 21.

C’est dans cet ordre d’idées que l’ONG « Environnement sain sans frontière », une Association sans but lucratif organise du 28 au 30 septembre 2015 une conférence-débat sur l’environnement. Le thème principal en est : « Que faire pour que les Congolais vivent durablement tout en atténuant les effets dus aux changements climatiques ? »

A cette conférence-débat qui a lieu dans la concession Utexafrica, on a remarqué la présence de plusieurs invités dont Mwimba Texas représentant la fondation qui porte son nom, les représentants des pygmées et des handicapés, les notabilités et autres leaders de la République démocratique du Congo.

Parmi les intervenants, il y a eu Alain Botoko Ikeka, le président exécutif de cette ONG, organisatrice de cette conférence-débat avec l’appui de la Maison des Droits de l’Homme du Centre Carter.

Pour lui, l’organisation de cette conférence-débat a pour objectif principal de sensibiliser le monde sur les changements climatiques avec ses effets pervers sur l’environnement. Elle sert également  à créer une synergie entre le pouvoir d’Etat, la Société civile et les opérateurs économiques pour sensibiliser l’humanité entière et particulièrement la République démocratique du Congo à faire en sorte d’avoir une vie durable.

Sa structure existe depuis 2009 et opère sur trois zones principales du pays, à savoir Kinshasa la capitale, le Kongo Central et le Sankuru. L’ONG mène des études sur trois sites : à Mingadi où elle dispose de 200 hectares, à Moanda dans le Kongo central où elle est en voie de s’approprier 6.000 hectares et à Omandja dans le Sankuru où elle dispose de 25 à 30 km de la vie aux villageois.

Le président exécutif a mis à nu les potentialités dont dispose la RDC en matière d’environnement. « Notre pays dispose plus de la moitié des ressources hydriques de toute l’Afrique tandis que les trois quarts de la biodiversité du monde se trouvent dans le bassin du Congo. En plus de cela, la RDC dispose de 122 millions d’hectares de forêts tropicales. Et ces forêts séquestrent des quantités incommensurables de carbone évaluées à environ 202 tonnes par hectare. On peut dire sans peur de se tromper que la protection de l’humanité passe par la RDC. Mais, les forêts ne sont pas protégées car on déboise sans reboiser à cause de la pauvreté. C’est pourquoi, notre structure a émis un certain nombre de projets pour mettre fin à cette situation désastreuse. », a-t-il dit.

A l’indépendance du pays, poursuit-il, Kinshasa comptait 400.000 habitants. Cinquante-cinq ans plus tard, la capitale en compte plus de 11 millions pendant que les infrastructures routières et autres n’ont presque pas évolué dans le même sens. Il a cité en exemple la ville de Lagos au Nigeria qui a anticipé les choses en investissant la bagatelle somme de 25 milliards de dollars US pour 20 ans afin de lutter contre les effets néfastes du changement climatique.

Le président exécutif Alain Botoko Ikena a terminé en proposant qu’il y ait des lobbies forts qui fassent pression sur le pouvoir d’Etat pour lutter efficacement contre le changement climatique, tels que lobby des albinos qui souffrent des rayons solaires, des pygmées qui connaissent mieux les forêts parce qu’ils y vivent depuis des lustres.

Mwimba Texas : « Les rayons solaires sont préjudiciables aux albinos »

Mwimba Texas est cet autre intervenant a captivé l’attention de l’assistance. Le président de l’ONG des albinos la Fondation Mwimba Texas a dit que ses homologues (albinos) ont grand intérêt à voir résolu le problème du changement climatique. Les albinos, dit-il, souffrent des rayons solaires surtout en ce moment où avec la dégradation de l’environnement, les rayons ultra-violets qui transpercent l’atmosphère jusqu’à altérer la peau des albinos qui est très sensible par manque de mélanine.

A en croire Mwimba Texas, les albinos sont donc prédisposés à attraper le cancer de peau, une maladie très mortelle si ils ne se protègent pas. Par trimestre, elle emporte au moins trois à quatre albinos. Et souvent, les cancéreux albinos dont la situation sociale est souvent médiocre n’attendent que la mort parce que les frais de soins de santé sont non seulement énormes mais aussi se font à l’étranger.

Les Pygmées, un lobby à ne pas négliger

D’aucuns semblent oublier que les Pygmées dont il y avait des représentants dans la salle est aussi un lobby à ne pas négliger. Cette catégorie de personnes connaissent les forêts de fond en comble parce qu’ils y passent tout le temps de leur vie. Ils sont susceptibles d’apporter des solutions aux problèmes environnementaux qui nous préoccupent.

(Denis Lubindi ) 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse