Du 15 au 26 février dans le site de Chanimetal

par -
0 627
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Msf a formé ses logisticiens sur plusieurs modules

La formation des logisticiens de l’Ong internationale Médecins Sans Frontières (Msf), débutée le 15, se clôture ce 26 février. Ces assises ont porté sur plusieurs modules, basés sur un scénario de vaccination, combinant la théorie à la pratique. Cette formation a eu lieu dans le site de Chanimetal, en présence des professionnels des médias, qui ont vu s’illustrer le travail délicat qu’abat cette structure humanitaire, dans un pays-continent avec des moyens de communication limités.

Au total, 12 logisticiens venus de différents coins de la République démocratique du Congo, ont suivi plusieurs modules de formation, illustrant le travail que réalise le Msf en collaboration avec les autorités congolaises. Ces modules de formation étaient basées sur un scénario « vaccination ». Les séances de formation ont permis aux logisticiens de construire, au fil des jours, un site de vaccination à partir duquel l’ensemble des familles techniques ont été abordés : chaine de froid, énergie, mobilité et télécom, watsan et biomédical, gestion ou encore approvisionnement et finances.

Le but de cette formation était de renforcer les capacités d’action de la logistique dans le support, aux opérations et aux médicaux pour la réussite des projets ou des interventions du Pool d’Urgence Congo (Puc), face aux urgences humanitaires en Rdc.

« Lors d’une campagne de vaccination, le travail des logisticiens n’est pas toujours aisé. L’une des difficultés que nous rencontrons ici en Rdc, c’est la taille du pays. Transporter du matériel, par exemple, de la taille d’un congélateur, d’un point A à un point B avec les défis liés à l’infrastructure, c’est parfois compliqué. Nous n’utilisons pas toujours d’avions ni de voitures, Souvent, il faut utiliser des motos ou transporter à dos », a fait savoir Alexis Moens, responsable logistique de Msf Belgique pour la Rdc et le Soudan.

Pour la journée du 24 février, c’est le module Watsan (Water and Sanitation) qui était abordé à la grande satisfaction des bénéficiaires.

Occasion pour l’Ong médicale d’ouvrir les portes aux journalistes, afin de parcourir une des tâches des « logs », qui précèdent le travail des médicaux lors des interventions du Puc.

La Watsan, en d’autres termes, c’est  eau, hygiène et assainissement. La watsan doit rendre l’eau potable pour la structure de santé, les équipes Msf et les bénéficiaires de l’intervention. « Pour cela, lorsque nous arrivons dans un village, nous ciblons la source d’approvisionnement d’eau du village, qui peut être une rivière, une source ou un puits. Après, nous devons l’aspirer, la rendre potable et disponible. Il y a des calculs à faire pour les produits chimiques que nous utilisons. Et ce, selon les normes de l’Oms », a affirmé le formateur « watsan » , Jean Claude Ciamala.

Toutes les connaissances accumulées par les logisticiens seront entre autres mises au profit du projet Puc de Msf. Un projet créé en 1995, avec comme mandat la détection et la réponse aux urgences dans des cas d’épidémies (rougeole, fièvre jaune, méningite, peste, diarrhée sanglante, malnutrition) ou dans des situations humanitaires critiques (mouvements de population, afflux de blessés, catastrophes naturelles.

« Nous opérons dans 17 provinces sur les 26 que compte la Rdc. Pour aller aider les malades, il faut savoir qu’il y en a quelque part. Il faut donc que nous soyons alertés. Ainsi nous essayons un tant soit peu, d’ouvrir nos oreilles grâce à nos cinq (5) sentinelles à Kinshasa, Mbandaka, Kisangani, Kindu et Mbuji Mayi. Et le choix de nos interventions est dicté par le besoin qu’éprouve les populations», a expliqué Olivier Pirot, Coordinateur du Puc, précisant que l’action des médicaux du Puc ne peut être efficace que si celle des logistiques l’est également.

L’année dernière, le Pool d’Urgence Congo a réalisé 5567 consultations pour la malnutrition à Bolamba, vacciné 55 770 enfants contre la rougeole et la polio à Bili (réfugiés) dans le Nord-Ubangi, traité 1752 personnes contre le paludisme à Kabambare (déplacés), vacciné 106 197 enfants contre la rougeole à Kasongo dans le Maniema et a pris en charge 2992 personnes lors d’une intervention anti-choléra à Kindu dans le Maniema.

 

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse