Drame de Tara en Ituri: Joseph Kabila décrète un deuil national de deux jours

par -
0 350
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’éboulement qui a provoqué la mort de plus de 200 personnes dans la nuit du 16 Août courant, en Ituri, a eu lieu dans une zone très difficilement accessible pour sauver les vies humaines. Situé à plus de 2000 km de la capitale congolaise, notamment au Nord Est de la République, dans l’actuelle province de l’Ituri, sur les bords du Lac Albert, frontalier de l’Ouganda voisin, le village Tara a connu un drame ravageur de glissement de terre. Les dégâts matériels sont énormes en plus de personnes ensevelis sous les décombres de 48 maisons détruites, et le Président de la République attristé par cette catastrophe naturelle, décrète un deuil national de deux jours sur l’étendue de la République.

« Mieux vaut tard que jamais », dit-on ! Dans un communiqué lu à la Radiotélévision nationale Congolaise, RTNC, le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange qui a appris avec consternation le glissement de terrain survenu le mercredi 16 Août dernier, a présenté ses condoléances les plus attristées à tous les compatriotes congolais ainsi qu’aux riverains éprouvés.

Cependant, le Président de la République a demandé au Gouvernement dirigé par le Premier Ministre Bruno Tshibala de prendre toutes les dispositions nécessaires pour venir en aide à la population sinistrée. Et le Gouvernement considère que ce qui s’est passé comme une catastrophe majeure.

Par ailleurs, le Garant de la Nation a décrété du 27 au 28 août, un deuil national  de deux jours. Ceci justifie cela, le drapeau en berne, suspension des émissions de divertissement, en faveur des chants religieux et la musique douce en lieu de réjouissance populaire. Question de compatir avec nos disparus, bien qu’à l’extrémité de la capitale congolaise.

La compassion du premier citoyen de la République se justifie par le fait, ses compatriotes du village Tara, aux bords du Lac Albert  ont perdu qui de femme, de père, de fils, ne peut le laisser indifférent dans cette zone accessible par voie lacustre. C’est la raison d’avoir dépêché une délégation conduite par le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur avec une aide humanitaire urgente.

Assistance humanitaire en urgence

Le drame qui a emporté plus de 200 personnes à Tara, en Ituri ne peut laisser personne indifférent au regard de la complexité des dégâts matériels, et la perte en vies humaines. Dix jours après que la coulée de boue meurtrière, le Gouvernement de la République a dépêché sur le lieu son vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité nationale, dans une mission de réconfort aux victimes et familles éplorées. Emmanuel Ramazani Shadary porteur d’une assistance humanitaire, à la tête d’une forte délégation dans la localité de Tara, accessible par voie lacustre n’a fait constater l’ampleur des dégâts matériels causés par l’éboulement de la boue dans  qui ont dévasté le camp de pêcheurs, dans le village de Tara, en Ituri, dans une localité située dans les bords du Lac Albert.

Il faut dire que les estimations de pertes en vies humaines se chiffrent en moyenne entre 150 personnes à 200, et que seulement 40 corps ont pu être dégagés et enterrés, entre temps un nombre important est sous le décombre de cette localité de pêcheur, et le chef du village ne peut que répertorier les personnes manquant à l’appel nominal.

Cependant, pour éviter la propagation  des maladies par la décomposition des corps sous les décombres, Pacifique Keta, Vice-gouverneur de l’Ituri a décidé de suspendre les recherches pour privilégier la désinfection sur les lieux du drame, craignant la propagation des maladies à plusieurs autres villages de pêcheurs installés le long de la rive du Lac Albert.

Devoir de mémoire oblige, ce glissement de terrain de Tara, en Ituri est le plus ravageur de ces dernières années en République Démocratique du Congo. L’on se rappelle qu’en mai 2010, une coulée de la boue qui avait traversé le village de Kibiriga, dans la partie orientale du pays, avait causé en pertes en vies humaines 19 personnes, et 27 disparus, alors que 8 ans avant, soit en février 2002, dans le Sud Kivu, à Uvira, une coulée de pierre et de la boue provoquée par des fortes pluies avait provoqué la perte en vies humaines de plus de 50 personnes et faisant de sans-abris plus de 2.600 personnes.

Le drame de Tara, en Ituri est plus ravageur au point que le Gouvernement de la République invite tous les compatriotes à observer un deuil national de deux jours, à en croire le Communiqué de la présidence de la République.

De la récupération politique

Décidément, lorsqu’une catastrophe, ou un drame frappe le pays, les autorités compétentes sont les premiers à s’y rendre quelques soient le nombre de jours passés, question de faire l’évaluation et l’état de lieu de dégâts causés par ce drame naturel. Cependant, en République Démocratique du Congo, certains acteurs politiques veulent faire de pareil cas, de la récupération politique. S’invitant sur le lieu main vide, juste pour s’attirer la popularité en toute inconscience du danger que peut subvenir au cas où, le phénomène se reproduisait. Pareil comportement ne relève pas d’un homme d’Etat, mais d’un simple apprenti politique qui veut récupérer la situation en période électorale, pourtant dépourvu des moyens adéquats de secourir les familles éplorées. La seule possibilité et mérite que l’on reconnait à ce type d’homme sans ressources susceptibles, c’est de tirer au boulet rouge le  Gouvernement de la République sur le lieu du drame plutôt que de réconforter les victimes. La facilité de l’homme politique réside dans la critique au quotidien, plutôt dans la prise en charge à l’image d’Homme d’Etat, surtout lorsqu’on n’est pas aux affaires de l’Etat, à l’inverse de l’Homme d’Etat qui agit selon les prévisions alloués à sa politique.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse