Dossier Moïse Katumbi, Franck Diongo, Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala: Le CNSA met en place une mission de décrispation

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au cours de sa séance plénière d’hier mardi, le Conseil national de Suivi de l’Accord et du Processus électoral (CNSA), sous la direction de son président  Joseph Olenghankoy Mukundji s’est focalisée sur la décrispation politique et l’évolution du processus électoral, en exécution de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Au cours de cette réunion,  des décisions importantes ont été arrêtées dans le cadre de la mise en œuvre des dites mesures.

La Plénière ayant constaté, après sa séance de travail avec le ministre d’Etat chargé de la Justice et garde des sceaux, quelques avancées en ce qui concerne la libération des prisonniers politiques,- bien qu’il en reste encore d’autres en détention-, s’est résolue de constituer une mission pour obtenir l’accélération de la libération effective des prisonniers restants auprès dudit ministre, ainsi que de toute autre autorité compétente.

Dans le même ordre d’idées, la Plénière a décidé de mettre en place une mission de décrispation conduite par son Président, pour s’enquérir précisément des cas des personnalités suivantes: Moïse Katumbi, Franck Diongo, Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala.

Nombreux sont ceux-là qui voudraient voir à quoi va aboutir la mission du CENSA, lorsqu’on sait que dans le cadre de l’Accord de la Saint-Sylvestre, une liste des personnalités dites emblématiques a été confiée aux évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), notamment sur le cas Moïse Katumbi, le vrai patron du Rassemblement de Limete. Si l’ex-gouverneur de la province du Katanga a des ennuis judiciaires, surtout dans l’affaire qui l’oppose à l’homme d’affaires Stroupus, sans oublier ses démêlés dans l’affaire des mercenaires, les Congolais ne voient pas comment le CENSA va procéder.

En ce qui concerne d’autres prisonniers de droit commun qui ont déjà purgé leurs peines, tel est le cas de Franck Diongo, Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala, peut-être que le CNSA, avec l’appui du ministre de la Justice et Garde des sceaux, va solliciter pour eux après du Commandant suprême, la grâce présidentielle. Et ce, pour leur permettre de participer au processus électoral, mais aussi pour des élections apaisées.

Par ailleurs, la situation de l’ancien Président de l’Assemblée provinciale de l’ex Katanga, Monsieur Gabriel Kyungu, a retenu l’attention de la Plénière, qui a chargé le Président d’en obtenir de plus amples informations dans les meilleurs délais. Car, selon des informations en notre possession, le représentant du Rassemblement dans la province du Haut Katanga est surveillé à tout moment par la Police. Ceci, par crainte que son aura ne soulève la population et perturbe donc la paix dans cette partie du territoire national.

Le CNSA responsabilise les parties prenantes

Ces derniers temps, une actualité alimente les débats dans tous les salons huppés de la ville province de Kinshasa. Il s’agit de l’Arrêté du gouverneur de la ville province de Kinshasa portant interdiction des manifestations publiques. A ce sujet précis, le CNSA rappelle que celles-ci, de même que la liberté de mouvement, sont garanties par la Constitution ainsi que les lois de la République. Aussi, le CNSA invite-t-il le Gouvernement au strict respect de ces dispositions.

Dans la même optique, tous les acteurs politiques sont également invités à préserver la paix dans cette période préélectorale, conformément au Chapitre V.8  de l’Accord qui invite les parties prenantes à s’engager: «à poser tout autre geste nécessaire à la restauration de la confiance au sein de la Nation congolaise et entre elles, a conjuguer ensemble des efforts, en vue du maintien de la paix et du renforcement de la concorde nationale ainsi qu’à bannir tout comportement et propos incompatibles avec la paix ».

Comme pour dire que l’on tend à l’abrogation, voir la suspension des effets de l’Arrêté d’André Kimbuta, pour ne pas énerver  l’opposition encore moins la communauté internationale qui s’ingère. Cette communauté internationale croit toujours que les manifestations publiques est l’un des caractéristiques d’un Etat de droit et de la volonté pour le pouvoir en place de conduire le pays vers des élections apaisées.

Fort de l’expérience des manifestations publiques de septembre 2016 qui s’étaient muées en actes de pillages et de vandalisme des biens publics, il est de l’intérêt des pouvoirs publics de responsabiliser les organisateurs et de réparer le préjudice lorsque ceci est constaté. Sinon, en cas de manifestation publique dont les organisateurs n’ont pas appris à coordonner les mouvements de leurs militants, ou eux-mêmes se sont illustrés par des actes répréhensibles, il est tout à fait normal qu’ils répondent de leurs actes.

(JMNK)

Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration du CNSA :

DECLARATION N° 002 DU CNSA A LA SUITE DE SA SEANCE PLENIERE DU MARDI 21 NOVEMBRE 2017

Le Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral (CNSA) s’est réuni ce mardi 21 novembre 2017 en séance plénière ordinaire sous la présidence de Monsieur Joseph Olenghankoy Mukundji, son Président.

La Plénière s’est principalement focalisée sur la décrispation politique et l’évolution du processus électoral.

  1. Décrispation politique

A. Libération des prisonniers

La Plénière a constaté, après sa séance de travail avec le Ministre d’Etat chargé de la Justice et garde des sceaux, quelques avancées en ce qui concerne la libération des prisonniers politiques, bien qu’il en reste encore d’autres en détention. C’est pourquoi, le CNSA a constitué une mission pour obtenir l’accélération de la libération effective des prisonniers restants auprès dudit Ministre ainsi que de toute autre autorité compétente.

Dans le même ordre d’idées, la Plénière vient de décider de mettre en place une mission de décrispation conduite par son Président pour s’enquérir précisément des cas des personnalités suivantes: Moise Katumbi, Franck Diongo, Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala.

Par ailleurs, la situation de l’ancien Président de l’Assemblée provinciale de l’ex Katanga, Monsieur Gabriel Kyungu, a retenu l’attention de la Plénière, qui a chargé le Président d’en obtenir de plus amples informations dans les meilleurs délais.

B. Restriction des manifestions publiques

En ce qui concerne les manifestations publiques, le CNSA rappelle que celles-ci, de même que la liberté de mouvement, sont garanties par la Constitution ainsi que les lois de la République. Aussi, le CNSA invite-t-il le Gouvernement au strict respect de ces dispositions.

Dans la même optique, tous les acteurs politiques sont également invités à préserver la paix dans cette période préélectorale, conformément au Chapitre V.8  de l’Accord qui invite les parties prenantes à s’engager: «à poser tout autre geste nécessaire à la restauration de la confiance au sein de la Nation congolaise et entre elles, a conjuguer ensemble tous leurs efforts en vue du maintien de la paix et du renforcement de la concorde nationale ainsi qu’à bannir tout comportement et propos incompatibles avec la paix ».

  1. Processus électoral

Le CNSA vient de diligenter une mission de suivi de l’identification et de l’enrôlement des électeurs dans l’espace Kasaien, notamment dans les provinces du Kasaï et du Kasaï Central.

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse