Dossier d’actualité: La natation morte en RDC

par -
0 454
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Beaucoup des congolais et surtout des sportifs, ne cessent de s’interroger sur l’avenir du sport en République Démocratique du Congo et particulièrement sur la natation.

En son temps, avec une série d’articles de réflexion, le journal L’Avenir a eu à effleurer la question, relever un certain nombre des choses qui continuent de tarauder l’esprit des sportifs aimant la natation en essayant d’ apporter un certain nombre d’éléments en vue d’étancher la curiosité et la soif des lecteurs.

*Quid des questions de nombreux sportifs

Pour besoin de la cause, un bref rappel des questions que se posent de nombreux sportifs et les éléments de réponses apporté par leur quotidien dans les lignes qui suivent :

Une fédération de natation existe-t-elle en RDC ? La réponse est oui. Comment se dénomme-t-elle ? La réponse c’est la Fédération de Natation de la République Démocratique ‘’Fénaderec’’ en sigle.

Que dit la Loi sportive pour qu’une fédération soit reconnue comme telle ?  

La loi sportive exige que la discipline soit pratiquée dans au moins six provinces sur les 11 que comptait jadis le pays. Mais compte tenu des spécificités propres à cette discipline tout à fait particulière, cette exigence n’est pas de stricte application pour elle. La raison est toute simple, disposer d’une discipline aux dimensions olympiques n’est pas une mince affaire mais en disposer un peu partout en RDC, c’est là le hic.

Mais pourquoi la natation n’est pas pratiquée en Rdc ?

Aussi paradoxal que ça puisse paraître, parmi la cinquantaine des fédérations sportives et groupements sportifs que compte le mouvement sportif congolais, la natation fait partie des disciplines qui ne se font pas parler d’elles en République Démocratique du Congo. Et pourtant, comme démontré, il existe bel et bien une fédération.

A dire vrai, cette situation paraît anormale dans la mesure où la République Démocratique du Congo regorge dans son territoire un des grands réseaux hydrauliques du monde. Et ce pays est un mosaïque de peuples et d’ethnies (+ de 420) dont une bonne partie est riveraine. Beaucoup de ceux-ci considèrent l’eau comme leur milieu naturel de vie. C’est le cas de Wagenia, Lokele, etc, dans l’ex-province Orientale, les ex-équatoriens dans leur ensemble, les Bayanzi, les Bambala, Babunda etc au Bandundu et les Kivutiens dans leur ensemble à cause de la présence de nombreux lacs. En Equateur, le fleuve est roi.

Chez les peuples sus évoqués, la nage est un jeu d’enfant. Même les enfants à bas âge savent nager, y compris les femmes. Preuve que des potentialités existent à revendre en ce qui concerne la natation. La fédération congolaise de natation devrait lorgner de ces côtés-là pour dénicher de talents à encadrer.

Il est vrai que tout ce beau monde évolue dans un milieu naturel. La natation en tant que discipline sportive exige des règles et lois à observer, ce qui est tout à fait normal. Il revient à la fédération d’inculquer à ces nombreux talents les rudiments pour faire un bon nageur de compétition. Force est de constater qu’il y a carence d’initiatives du côté de la fédération. On ne sent pas la discipline en RDC. De compétitions du genre se compte au bout de doigt. Des petits pays au niveau du continent organisent des compétitions alors que la Rdc, qui à lui seul, regorge autant de cours d’eau, fleuve, lacs et autres, est malheureusement l’ombre d’elle-même. C’est une des raisons qui explique que la discipline soit inexistante.

*Problème d’infrastructures sportives

L’on pourra rétorquer que c’est faute d’infrastructures adéquates. C’est à la fois vrai et faux. S’il faut prendre le cas spécifique de la ville province de Kinshasa, il existe une piscine olympique dans le domaine présidentiel de la N’Sele, une piscine de bonne facture à l’Université de Kinshasa et une piscine passable au Complexe Sportif Shark XI à la Gombe ex Athénée de la Gombe. Mais quel effort fait la fédération pour qu’il y ait de compétitions et surtout donner l’envie aux jeunes rd congolais de s’adonner à la pratique de la natation ? L’on ne tapera pas à côté si l’on répond par la négative. Les talents se développent sur le terrain de jeu où sur une piscine et pas ailleurs. La fédération congolaise de natation doit fournir beaucoup d’efforts pour rectifier le tir et sauver la face.

La loi sportive exige que la discipline soit pratiquée dans au moins six provinces sur les 11 que comptait jadis le pays. Le survol qui a été fait en introduction de ce dossier renseigne que c’est possible que la fédération y arrive puisque des talents innés existent aussi bien dans la Province Orientale, à l’Equateur, au Sud-Kivu, au Nord-Kivu, au Maniema, au Kongo Central, au Bandundu et autres. Il y a longtemps que les athlètes de la natation participent à des compétitions internationales, mais au grand jamais ces derniers sont parvenus à des performances satisfaisantes à même de faire honneur au pays. C’est un défi que doit relever la fédération dans le futur.

Dans le passé, la natation de la RDC a participé aux différents jeux olympiques, pas parce que les athlètes de ce pays obtenaient en bonne et due forme leur qualification aux tournois qualificatifs, mais parce que la natation était invitée. A Rio, il en sera pareil.

Il est grand temps de faire revivre la natation où les rd congolais peuvent exceller parce que des talents existent dans ce pays, mais ces derniers ne demandent qu’un bon encadrement. La natation de ce pays doit se réveiller parce qu’elle a des moyens et la capacité.

(Antoine Bolia)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse