Dj Amaroula : “j’ai donné un sens à ce métier de Dj en Rdc (…)”

par -
0 437
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La nuit à Kinshasa, C’est un autre jour qui commence. Tenir la vie du jour pendant qu’il fait noir, c’est un métier difficile que certains en ont fait leur gagne-pain devenant ainsi un animateur des shows et concerts avec parfois des prestations en solo ou en groupe pendant la journée. Dj Amaroula est l’un des nombreux djs qui pullulent les quartiers chauds de la capitale.Ses débuts, son évolution, ses perspectives… découvrez celui qui se considère comme le leader de tous les DJs congolais.

Racontez-nous votre parcours avant le célèbre DjAmaroula

Dj Amaroula est né et a grandi à Kinshasa dans l’ancienne Kalina, Gombe actuellement. Je suis passé par le collègue Boboto, l’Institut national pour Aveugle et voyant (c’était un centre ouvert par le centre des handicapés),  Lycée Pythagore, collège Elikya et enfin j’ai obtenu mon diplôme à l’Athénée de la Gombe.

Jeune ordinaire à Kinshasa, j’étudiais et aimais la musique. Etant élève, je m’exprimais beaucoup dans les journées culturelles des écoles où je suis passé en faisant des interprétations. J’ai eu une opportunité de me débrouiller dans un Night club, « Le Tunnel dans la commune de la Gombe, ouvert par certains de mes proches. C’était un nouveau métier et ils avaient besoin des djs pour tenir leur boite de nuit. A vrai dire, je ne m’y connaissais pas, mais avec mon talent de musicien, j’avais adapté mes animations pour y arriver. A partir de mes animations, j’ai appris le métier de dj ce qui fait aujourd’hui que je sois une fierté de mon pays.

« La banane », votre titre a beaucoup cartonné, quelle a été votre inspiration ?

C’était sous un arbre. C’est ça la réalité. On était sous un arbre avec des amis. Subitement, il y a un fou dont on doutait qu’il était toujours dans cet état là. Nous l’avions questionné : qu’est-ce qu’on fait avec le pain ? Il répond, on mange, ainsi de suite. A un moment, on lui dit, la banane, il rétorque, « on pèle, et on mange ».La dernière : et la chaise ? « On pèle, on mange ». Cette dernière réponse a mis tout le monde d’accord qu’il était toujours fou.C’est de là qu’est venue l’inspiration que pour manger la banane, « balongolaka poso, baliaka ». Le refrain «  bana mikee », c’est justement mon talent pour m’affirmer dans les rivalités entre nous, qu’ils sont des petits et je suis leur leader. Cette symbiose là a fait que ça soit une innovation en RDC. Depuis l’histoire des Djs en RDC, ils n’enregistraient pas de chansons chantées. Donc, j’ai donné un sens à ce métier de dj en  RDC. Par ce titre, je suis aujourd’hui assis entant que DJ Amaroula, ambassadeur des djs congolais et de la culture congolaise.

DJ Amaroula, quelle analyse faites-vous sur ce métier à Kinshasa ?

Dire qu’on est arrivé, c’est difficile. Dire aussi qu’on est dans la phase de l’apprentissage, on ne refuse pas puisque la vie est un apprentissage qui ne fini jamais. Ce qui est sûr, il y a qu’à même une nette évolution.  Des invitations des festivals tels que de Grillades, Amani qui prône la paix ne peuvent que justifier l’importance de ce que nous faisons. Nous vous demandons aussi de ne pas nous laisser. Accompagnez-nous pour qu’ensemble qu’on hausse encore très haut les couleurs culturelles de notre pays.  Soyez avec nous partout où nous sommes pour prouver au monde, nous ne sommes plus les jeunes gens négligés d’avant. Actuellement, nous sommes des pères des familles. En grandissant, les ambitions deviennent de taille et ça fait que les gens nous font confiance. Oui, nous sommes toujours entrain d’apprendre, mais nous avons énormément évolué.

Ça sera votre première scène à Goma au festival Amani, qu’est-ce que les gomatraciens doivent attendre de vous ?

Oui, c’est après une trentaine d’années de ma vie sur terre, ça sera ma première scène à Goma. C’est vrai qu’ils connaissent Dj Amaroula, mais ils ne m’ont jamais vu sur scène. Présentement nombreux fans « likent » déjà l’annonce de mon show à Goma sur mes réseaux sociaux pour confirmer qu’ils seront là. Parmi eux, il y a des amis qui vivaient à Kinshasa qui sont maintenant là-bas. Ils doivent être là nombreux le 10, 11, 12 février 2017 pour chanter et danser pour la paix. Depuis un moment j’oriente ma musique aussi dans le sens de défendre les causes nobles comme la lutte contre les violences faites à la femme, la paix, la prise en charge des maladies anémiques (S-S). Et le Festival Amani tombe à pic, nous allons chanter et danser pour la paix des ethnies en conflits dans ce coin de la République.

Quelles sont vos ambitions ?

Ma plus grande ambition est d’atteindre le niveau qu’ont les djs d’autres pays. Mon souci est que le gouvernement nous facilite les moyens pour participer aux projets culturels du pays. Je dois le dire, le niveau élevé de la connaissance de la musique et la proximité qu’on a avec les gens, nous meritons d’être même dans des cabinets ministériels de la culture et arts ou encore de la jeunesse pour apporter notre expertise.

Perspectives

Dès mon retour du festival Amani, je dois sortir mon tout premier album ” Tu es pour tuer ” qui comprendra 4 titres. L’intitulé de cet album veut seulement dire que je veux mettre ma musique devant pour faire des grandes choses pour mon pays.  D’ici là, je compte lancer mon clip vidéo de lancement, mais la sortie sera après mon retour de Goma.

(O.M)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse