Dix ans après l’assassinat de feu Albert Prigogine Ngezayo Safari: Sa famille réclame toujours justice

par -
0 434
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’occasion du 10ème anniversaire de la mort d’Albert Prigogine Ngezayo, assassiné le 13 mars 2008 à quelques mètres de sa résidence, dans un endroit identifié comme le triangle le plus sécurisé de la ville de Goma, sa femme TeklaJados est revenue sur quelques détails de cet assassinat. Dans un entretien à bâton rompu, accordé à cette occasion au Journal L’Avenir, en sa résidence à Goma, elle est restée convaincue que feu son époux a été assassiné par des personnes bien connues, mais protégées pour des intérêts jusque-là opaques ; et non des bandits comme les commanditaires ont toujours cherché à le faire croire à l’opinion publique.
Dix ans après l’assassinat de son mari, elle se sent forte et pleine d’un espoir certain que la vérité triomphera un jour, tout en signalant que le cœur de la totalité de sa famille reste encore brisé du fait que la justice relative à cette affaire pénale n’a pas encore été rendue. En rappelant les circonstances de l’assassinat, elle a indiqué que feu Albert Prigogine Ngezayo, également connu dans la ville sous le nom de Sheriff, avait quelques conflits fonciers avec des tierces personnes qui convoitaient ses concessions dans le but de les spolier. Ces conflits fonciers portaient sur: son terrain Safari Lodge ex Camp DUMEZ, sa concession à Keshero et sa maison à Himbi (appelée le Musée).
Le plus sensible de ces conflits fonciers est celui de sa concession appelée Safari Lodge, ex-Camp DUMEZ, sur lequel un hôtel a été illégalement érigé par un opérateur économique bien connu à Goma. Ce sera, a-t-elle rappelé, deux jours après que son mari défunt ait gagné le procès sur le dossier Safari Lodge ex-Camp DUMEZ devant la Cour d’Appel du Nord-Kivu, et peu avant la mise en exécution du jugement, qu’il sera assassiné. Le second dossier, a-t-elle poursuivi, demeure celui qui mettait aux prises son mari défunt et un autre homme d’affaires de Goma autour d’une de ses concessions située au quartier Keshero. Cet homme d’affaires avait vendu au diocèse de Goma sa parcelle, mais en empiétant sur une portion de la concession d’Albert Prigogine Ngezayo qui lui était voisine.
Cette affaire aura été clôturée par l’attitude pacifique de l’ancien évêque du diocèse de Goma qui, après avoir constaté l’illégalité commise par l’homme d’affaires en question, a racheté cette portion de terrain à feu Albert Prigogine Ngezayo qui en était le propriétaire légal. Ceci, a déclaré Mme TeklaJados, n’a pas plu à l’homme d’affaires en question, qui a estimé que sa réputation était souillée. Il a alors émis des menaces de mort à l’encontre de feu Albert Prigogine Ngezayo après lui avoir fait du chantage et l’avoir dénigré à travers les médias audiovisuels locaux. Le dernier dossier, a-t-elle dit, concerne leur maison d’habitation construite par son mari en 1983 et que le feu Marechal Mobutu a acheté en 1988. Le feu Marechal Mobutu n’avait déboursé qu’une partie de la totalité de la somme convenue, faisant que le titre de propriété a été maintenu au nom de feu Albert Prigogine Ngezayo, en attendant le respect intégral de la convention de vente. Cet édifice, connu à Goma sous l’appellation de Musée, situé au quartier Himbi, actuellement occupé par le gouvernorat de province du Nord-Kivu, a fait l’objet de convoitise de la part de certaines personnes hautement placées dans les institutions politico-administratives, qui ne cessaient de faire de faux témoignages pour tenter de se l’approprier illégalement.
La famille n’attend que de rentrer dans ses droits
Mme TeklaJados a appelé les autorités tant provinciales que nationales, à tout mettre en œuvre pour que l’appareil judiciaire prenne en main le dossier de l’assassinat de son défunt époux qui n’a fait que trop durer, pour en mettre un terme, au regard de garantir la quiétude de la famille Albert Prigogine Ngezayo. Restant persuadée que la justice présente l’élément le plus important devant garantir la paix et l’harmonie au sein des communautés, elle a rappelé que personne ne peut prétendre pouvoir déraciner toute une famille. « La famille d’Albert Prigogine Ngezayo est une grande composante, dont les membres présentent un effectif non négligeable ». Pour ainsi dire que même en l’absence de feu Albert Prigogine Ngezayo ou de sa femme, il y en aura toujours qui réclameront que justice soit faite, a-t-elle laissé entendre.
Notons que, feu Albert Prigogine Ngezayo était un grand opérateur économique dans la province du Nord-Kivu, qui s’est dévoué pour la protection de notre Parc National des Virunga. Il a œuvré dans l’hôtellerie, le tourisme et la protection de la nature, pour ne citer que ceux-là. Rien qu’avec ces activités, il a eu à embaucher un bon nombre de personnes, elles-mêmes responsables de familles, et a contribué au développement économique de cette province. Durant toute sa vie, cet ami de la nature n’avait jamais ni de manière directe ou indirecte, mis ses mains dans les affaires politiques.
Il a laissé une veuve et 7 enfants dont Mme TeklaJados Prigogine son épouse, Isabelle sa fille ainée, Natacha, Ilya, Albert Abik son fils ainé, Victor Jua, Cinthia et Davina. Tous inconsolables, ne souhaitent que la vérité et la justice sur l’assassinat de leur feu mari et père. Nous y reviendrons avec plus de détails très bientôt…
Marty Da Cruz Olemba/Goma (Nord-Kivu)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse