Discussions de la Cenco: Les Présidents provinciaux de la société civile décèlent les atouts et faiblesses de l’Accord

par -
0 567
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Deux Accords qui se chevauchent sur la scène politique au point que la Société Civile ne sait plus lequel est valable par rapport à l’autre. Celui de la Cité de l’Union africaine semble être mis à l’écart pourtant, celui du Centre Interdiocésain semble le supplanter, au lieu d’être additif conformément à l’Article 24 dudit Accord. Les Présidents provinciaux signataires de l’Accord du 18 octobre à travers leurs recommandations ont décelé les faiblesses et les atouts de l’Accord du 31 décembre 2016.

Ils  sont 21 présidents provinciaux de la Société civile qui ont apposé leurs signatures à la déclaration des signataires de l’Accord du 18 octobre 2016 de la Cité de l’Union africaine, et des présidentes provinciales de la Dynamique des femmes de la société civile sur l’Accord politique du 31 décembre 2016 du Centre Interdiocésain.

C’est le mercredi du 11 janvier qu’ils se sont réunis pour analyser l’Accord Politique signé le 31 décembre 2016 sous les bons offices de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO).

Par ailleurs, ils ont pris acte de l’Accord issu de ces pourparlers qui a le mérite de réunir les signataires et les non signataires de l’Accord Politique de la Cité de l’Union africaine.

Cependant à la suite de leur analyse critique dudit Accord, les présidents provinciaux signataires de l’Accord du 18 Octobre 2016 ont relevé entre autres les atouts et faiblesses dudit Accord.

Les atouts de l’Accord.

A en croire les présidents provinciaux signataires, ils ont manifesté effectivement leur volonté à conduire le pays vers les élections libres, transparentes, crédibles et apaisées. Pour eux, la signature de cet Accord a sensiblement contribué à l’apaisement du climat socio politique sur l’ensemble du territoire national. « La limitation dans le temps de la période de cogestion de la République et la définition des mécanismes de ladite cogestion ; l’acceptation par tous de la refonte totale du fichier électoral et de la poursuite des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs en cours par la Ceni », déclarent les président provinciaux signataires.

Les faiblesses de l’Accord

Selon les présidents provinciaux signataires de l’Accord de la Cité de l’Union africaine et celles signataires de celui du 31 décembre, les faiblesses de l’Accord sont perceptibles en ce qu’il souffre du manque d’inclusivité tant attendue des discussions sous l’égide de la Cenco. « L’intitulé de cet Accord consacre l’annulation de l’Accord du 18 octobre 2016 au lieu d’en être un acte additif conformément à l’article 24 de l’Accord de la Cité de l’Union Africaine. Cet Accord ne laisse nullement la possibilité aux autres acteurs politiques et sociaux n’ayant pas pris part aux assises d’y adhérer en ce que cet Accord consacre la personnalisation de la gestion dans le partage des responsabilités pendant la période pré-électorale et électorale », dénoncent-ils.

Vu ce qui précède, les présidents provinciaux signataires de l’Accord de la Cité de l’union africaine et celles de l’Accord du 31 décembre recommandent ce qui suit :

A la Cenco et aux délégués de veiller à la dépersonnalisation de l’Accord dans les discussions sur les arrangements particuliers, mais aussi de renforcer les règles d’équité dans les partages de responsabilités entre les parties prenantes pendant la période pré-électorale et électorale.

Ceci pour mettre en place un chronogramme réaliste et objectif de mise en œuvre de l’Accord.

Comme précédemment affirmé expressément à l’article 19 de l’Accord politique du 18 Octobre 2016, appuyé par leur déclaration du 12 décembre 2016, la Société civile réaffirme son attachement à la stabilité de la Ceni comme seule gage de la tenue rapide des élections tant attendues en République Démocratique du Congo. « A cet effet, elle réitère sa confiance ainsi que son soutien indéfectible total à l’ensemble de ses délégués au sein de la Ceni », déclarent-ils.

A la Cenco et aux délégués de considérer que les conclusions du Centre International sont la continuité de l’Accord politique National signé à la Cité de l’Union africaine en date du 18 Octobre 2016. De manière spécifique, la société invite la Cenco à s’abstenir de faire partie des institutions issues de ces pourparlers politiques, pour garantir sa neutralité et mériter la confiance de tous.

A la Ceni, les présidents provinciaux de la société civile recommandent de poursuivre les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs, seule gage de la tenue des élections crédibilités dans le meilleur délai. « Que la Ceni mette en place des stratégies qui pourront faciliter un enrôlement massif des femmes, des jeunes et des personnes vivant avec handicap », souligne la déclaration.

A la population, ils recommandent d’accompagner la mise en œuvre de l’Accord Politique Global et inclusif pour la paix et l’organisation des élections apaisées, libres, démocratiques et transparentes. Elle doit participer massivement aux opérations d’identifications et d’enrôlement des électeurs, soulignent les 21 présidents provinciaux signataires de l’Accord de la Cité de l’Union africaine.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse