Dis-moi Daddy

par -
0 160
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Une conférence-débat initiée par le département « Couple et Famille » du Centre Evangélique la Résurrection de Lemba à Kinshasa a vécu. En marge de cette conférence, plusieurs questions des couples ont trouvé des réponses satisfaisantes par la bouche du couple pastoral Ngoy.

Une équipe composée de Mr Charly Mozombe, Mme Bijou Kalindula, Mme Ariane, sous la supervision du pasteur Jacques Simon. Toutes sortes des questions venant des fidèles et des couples ont été posées au responsable de cette Assemblée chrétienne, le pasteur Dominique Ngoy Kabuya et à la servante de l’Eternel Mme Hélène Ngoy, son épouse.

Une occasion pour le couple pastoral de prouver à l’assemblée en général et aux mariés en particulier, que Christ est au-dessus de toutes les situations, et chacun est appelé à lui faire confiance à 100%.

Quelques questions qui ont été sanctionnées pour la circonstance ont bénéficié de l’apport par vidéo-conférence de maman Hélène.

Parmi celle-ci, l’on a retenu une question d’un couple qui totalise à ce jour 9 ans de mariage. En ces 9 ans de vie conjugale, la femme découvre qu’elle est atteinte du VIH/Sida. Curieusement après le test, l’homme et les enfants sont bien portant. Un dilemme !

A la femme de s’interroger si l’homme l’aime encore et que si leur mariage a de l’avenir. Celle-ci a remarqué que son époux est devenu alcoolique et ne passe plus son temps avec elle, malgré leurs relations intimes.

Agé de 38 ans et son époux 40 ans, cette femme se pose la question de savoir qu’est-ce qu’elle fait pour la circonstance. Le couple a honte de se confier aux gens. D’où, l’équation de présenter au grand jour cette situation qui gangrène ce couple.

Attentif à cette question lui posée, le Révérend Dominique Ngoy a également posé la question à son interlocutrice : « qu’est-ce que tu aimerais que l’autre fasse si c’était ton cas ? »

L’attitude importante pour ces conjoints est celle de se mettre à la place de l’autre. Ils doivent rester ensemble, car la Bible déclare que ceux qui vivent peuvent encore espérer.

Pour le Révérend Dominique Ngoy, son époux ne prétend pas l’aimer, mais il aime. Le fait de se tourner vers l’alcool explique qu’il ne veut pas accepter la situation qui les touche.

S’ils utilisent des préservatifs, ce n’est pas du tout un péché, car c’est pour protéger la vie de son époux. Une situation pas du tout facile, mais que ce couple sache que le Dieu de Lazare qui lui sorti de la mort, est capable de faire à ce que cette femme témoigne de sa guérison, car Jésus-Christ « Rapha » est le même hier, aujourd’hui et éternellement. La solution est que ce couple demeure ensemble sous l’ombre du Très Haut.

Une autre intervention de taille a marqué l’assistance. Une femme au foyer s’interroge par vidéo-conférence : « je suis une chrétienne priant dans une église de réveil et la Bible nous dit que la femme doit être soumise ». Dans son foyer, l’homme est engagé dans une religion autre que le christianisme, et lui demande de l’accompagner. Elle trouve toujours une excuse pour ne pas s’y rendre. Que doit-elle faire, car l’homme lui promet d’avoir une autre femme qui acceptera sa foi.

La Révérende Hélène Ngoy a rappelé à la sœur que lorsqu’on parle de la soumission, on ne doit pas déshonorer son Dieu. Elle doit de ce fait se poser la question de savoir si l’Eternel est d’accord avec sa décision ou pas. Bibliquement parlant, ce qui n’est pas l’objet d’une conviction est péché. Que la dame présente son cas à l’Eternel et celui-ci peut permettre que les genoux de son époux fléchissent devant le créateur du Ciel et de la terre.

Que cette femme qui qu’elle soit et où qu’elle honore l’Eternel par-dessus tout.

Une autre intervention c’est celle où une femme ayant totalisé 5 ans de mariage, révèle que son époux doute de la paternité de leur 3ème enfant. Malgré le souhait de celle-ci de prouver le contraire à son époux par le test ADN, celui-ci s’insurge contre cette démarche et s’insurge contre cette démarche et doute de l’état sérologique de cet enfant. Que doit-elle faire ?

Avec complémentarité, le pasteur Dominique Ngoy et la révérende Hélène Ngoy ont suggéré à la sœur de faire ce test ADN pour que cette crise de confiance qui se sent dans ce couple finisse. L’enfant qui n’est que le fruit de leur union ne doit pas souffrir de manque d’affection paternel.

Plusieurs autres questions sur la polygamie dans le couple, la monotonie, la faiblesse sexuelle ont été posées au couple pastoral. Comment gérer financièrement la belle famille.

En conclusion pour cette première édition de « Dis-moi Daddy », le couple Dominique et Hélène Ngoy ont appelé les couples, tous ceux qui aspirent au mariage à faire confiance à Dieu, car il est le seul qui est capable d’apporter la paix et l’équilibre dans les foyers.

L’échange est également important car il permet de connaître le point de vue et les désirs de l’autre.

La prochaine édition est donc vivement attendue pour que les autres réponses en suspens trouvent des réponses aux différentes préoccupations.

(Suzy Kibira Omari/Rtga World)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse