Didier Reynders se dit « très inquiet » quant à la situation en Rdc

par -
0 596
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La situation en République démocratique du Congo préoccupe toujours l’ancienne métropole, le Royaume de Belgique, en dépit des efforts qui sont fournis ces derniers temps par les autorités en place, afin de décrisper le climat politique. La situation vécue les 19 et 20 décembre 2016 où certains mouvements de masse ont été mâtés dans certaines villes du pays était la principale matière qui a servi à Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères, de s’exprimer à la Chambre.

Selon la presse belge, la Belgique tente « toujours de soutenir la recherche d’un accord inclusif » à la crise en République démocratique du Congo, à en croire le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, qui s’est exprimé hier jeudi  à la Chambre, sans cacher sa « grande inquiétude pour les heures, les jours et les semaines qui viennent ». « Nous verrons dans les jours qui vont suivre si nous pouvons travailler à l’inclusivité. Nous essayons d’avoir une influence directe », a-t-il expliqué.

Ces propos du ministre Didier Reynders inquiètent plus qu’ils ne rassurent. La Rdc, forte de l’accord du 18 novembre 2016, s’est dotée d’un Gouvernement de large union nationale, dont la mission principale est d’organiser les élections, mais aussi d’améliorer le social des Congolais. A ce jour, le Gouvernement défend son programme au Parlement en vue de son investiture. Dans ce contexte, la Belgique peut-elle manifester une grande inquiétude comme c’est le cas aujourd’hui ?

La même dépêche poursuit que Didier Reynders a par ailleurs une nouvelle fois appelé les ressortissants belges “à renoncer à tout voyage vers le Congo” et appelé ceux qui s’y trouvent à le quitter. “Il ne faut pas prendre de risques”, a-t-il estimé, tout en précisant qu’il n’y avait pas eu à l’heure actuelle “de démarches contre des citoyens belges”.

C’est le moment pour nous de nous demander ce que cache réellement cet appel du patron de la diplomatie belge ? Qu’est-ce qui est prévu dans les heures ou les jours à venir ? Quel est le problème ? Pourquoi on ne le dirait pas clairement ? Sinon, s’il y avait un problème majeur, surtout dans le cadre de la coopération bilatérale, les deux partenaires chercheraient une occasion pour en parler.

Et ce, même s’il dit que “nous avons tout fait pour avoir des conditions optimales si nous devons intervenir d’une manière ou d’une autre”. Intervenir ? Pour quoi faire ? Si pas en appuyant les efforts des Evêques de la CENCO qui fustigent du reste le manque de compromis dans le chef des signataires de l’accord de la Cité de l’Union africaine et ceux qui ne l’ont pas signé. Ayant déjà son plan B, la CENCO a exigé que les travaux se concluent avant Noël. Au cas contraire, elle tirerait les conséquences qui s’imposent et prendrait le peuple à témoin.

Interrogé par plusieurs parlementaires sur d’éventuelles sanctions à l’encontre du régime du Président Kabila, Didier Reynders a estimé qu’il ne servait à rien d’avoir des initiatives purement belges sans le soutien de l’UE. Le ministre a, par ailleurs, souligné que la “coopération au plan financier” avec la Rdc serait revue, tout comme les relations avec le nouveau gouvernement. A ce niveau, nombreux sont ceux-là qui affirment que l’Occident étant en crise, a-t-il encore les moyens de sa politique pour se faire entendre ? Et si la Rd Congo se tournait à la Chine, comme elle en a fait à travers les contrats chinois !

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse