Dialogue politique national inclusif: Steve Mbikayi salue l’initiative de la SADC par rapport à l’arrogance occidentale

par -
0 640
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Qu’on soit de la Majorité présidentielle ou de l’opposition nationaliste, les propos tenus ce dernier temps par les dirigeants occidentaux contre la République démocratique du Congo, n’ont laissé aucun acteur  politique congolais indifférent. Le cas de le dire, c’est Steve Mbikayi, dont sa délégation au sein de l’opposition politique a été reçue par la Communauté de la SADC.

Au sortir de la séance de travail, le porte-parole de la Nouvelle Classe politique et Sociale a salué l’initiative prise par la SADC, du fait qu’elle respecte la dignité des congolais et qu’elle contacte les congolais avant d’agir. Ce, contrairement aux capitales occidentales qui prennent la République démocratique du Congo comme leur colonie, a fustigé Steve Mbikayi.

De ce fait, leur délégation a fait comprendre à la SADC que la RDC est un sous- continent, plus grand que le Gabon, mis ensemble. « Il n’y a aucun groupe qui maitrise l‘ensemble de la République. C’est pourquoi, il faut tenir compte de point de vue de toutes les sensibilités. Personne et aucun groupe ne peut dire à lui seul qu’il a le peuple ; chacun a une portion du peuple, telle est la preuve à l’Assemblée nationale où aucun parti n’est capable de diriger à lui seul la République », a fait savoir le député national élu de Tshangu. Ce dernier soutient un Accord inclusif et invite ceux qui ne sont pas au Dialogue, notamment le Rassemblement qui a intérêt à souscrire à cet Accord qui va découler de la Cité de l’Union Africaine.

Cependant, il a précisé la seule différence qui sépare l’opposition qui est au Dialogue et le Rassemblement, notamment le cas de la récusation du Facilitateur Edem Kodjo. Le député national Steve Mbikayi n’est pas du tout d’accord, mais quant au fond du dialogue, tous sont pour le Dialogue et de son contenu. « Le seul problème ce que Edem Kodjo a été récusé. Si les autres veulent avoir le dialogue avec le Facilitateur qui est favorable à leurs yeux, et si les autres les récuser aussi, nous irons de blocage en blocage. Voilà pourquoi nous invitons les gens à réduire les angles pour que nous puissions œuvrer pour la mise en commun de l’Accord cette semaine pour avancer », a-t-il mentionné.

S’agissant de divergences entre Steve Mbikayi et Vital Kamerhe, le député national du PT affirme  qu’il n’est pas contre le co-modérateur de l’opposition. Cependant, il affirme qu’il n’est pas du tout d’accord de la manière dont il conduit les travaux au dialogue. « Nous ne sommes pas contre lui, nous sommes contre la manière dont il conduit les choses ; il n’a aucun pouvoir de nommer les gens dans la délégation ; il nomme qui, de rapporteur, qui de porte-parole. De quel droit a-t-il de le faire ? Le co-modérateur son rôle c’est de co-modérer ; de donner la parole ; il n’est pas le chef de file de l’opposition ; même au dialogue il n’est pas le porte-parole de cette opposition. Il est le co-modérateur pour donner la parole. I les donne le luxe de choisir les gens pour aller négocier, et vous verrez dans ce groupe-là, trois de l’Equateur, deux du Sud Kivu etc. », a dénoncé Steve Mbikayi. De poursuivre, qu’il veut que le Courant nationaliste, dont il conduit la délégation, soit considérer et que sa présence soit perceptible dans les négociations, au risque de récuser tout ce qu’il a fait au départ. « Ce qui est fait sans nous, est contre nous », s’est-il exclamé.

Au demeurant, Steve Mbikayi affirme que les décisions au sein de l’opposition au dialogue doit se prendre par consensus étant la pluralité de cette dernière, dépourvu du règlement intérieur qui confère le pouvoir à tel ou tel individu. Il en va du côté de la MP, lorsque She Okitundu ou Thambwe Mwamba co-modèrent, ils ne sont pas chefs de la Majorité présidentielle, a-t-il fait cette mise au point. « Ici, le Courant nationaliste dit non à cette forme d’inféodation », poursuit-t-il, tout en dénonçant le nombre disproportionné des gens de l’opposition en faveur de ceux de l’UNC depuis le comité préparatoire, et même de sa province. Ce qui fait que la majorité ne compte pas, selon Steve Mbikayi. Ce qui compte, par ailleurs c’est le consensus. Faute de quoi, il n’y aura pas ce compromis, au risque de voir deux délégations de l’opposition au sein du Dialogue, rappelle-t-il l’UNC et son Chef à l’ordre. « Avant de commencer la crise, je l’ai contacté, tout a commencé au début quand nous sommes sortis pour la séquence des élections. Il avait pris d’autorité de gens pour négocier, nous avons protesté à l’interne ; puis pour négocier l’Accord, il a pris les gens en catimini. Nous l’avons vu, il n’a pas voulu répondre, voilà pourquoi, il y a cassure. Il y a deux délégation au dialogue, le courant nationaliste et leur courant », révèle le Porte-parole de la NCPS pour dire que les autres opposants, sont les bons élèves de capitales occidentales, tandis que la NCPS salue l’initiative de la SADC, les africains comme eux. « Nous disons, non au diktat de l’occident. Nous sommes un pays membre de la SADC, de l’Union africaine, de l’Onu. Ces organisations ont le droit de parler sur la RDC. On ne reconnait pas Didier Reynders, la Belgique, les Etats Unis, la France de pouvoir décider et de parler du Congo comme une colonie. 0r, nous courant nationaliste nous disons non ! On ne veut pas l’ingérence des ambassadeurs occidentaux dans nos affaires. Nous devons les traiter comme africains, voilà pourquoi nous encourageons la démarche de la SADC », a-t-il fait savoir. Tout en précisant qu’il est logique dans la démarche de l’opposition d’avoir la primature du fait de revoir la Constitution, puisque celui qui veut avoir la primature doit adhérer à la Majorité, telle l’affirme la Constitution.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse