Dialogue politique national et inclusif: La MP aligne 12 délégués au Comité préparatoire

par -
0 1087
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il s’agit de Léonard She Okitundi, l’ambassadeur Nkulu Kilombwe, le Professeur Adolphe Lumanu, Néhémie Mwilanya, Felix Kabange Numbi, Emmanuel Ramazani Shadari, Géneviève Inagosi, Alexis Thambwe Mwamba, Henry Mova Sakanyi et entre André-Alain Atundu et Modeste Bahati Lukwebo. Tous ces noms sont à prendre au conditionnel, étant donné que le bureau de la facilitation n’a pas encore rendu public les noms des membres devant prendre part au Comité préparatoire, avant la publication de l’Ordonnance du Président de la République.

La Majorité présidentielle qui se prépare d’aller au dialogue national inclusif, affute déjà ses armes, apprend-on des sources dignes de foi. La famille politique du Chef de l’Etat attend du facilitateur, Edem Kodjo, la mise sur pied du Comité préparatoire, ce après avoir harmonisé les vues avec l’UDPS, principal parti de l’opposition en République Démocratique du Congo. Il est évident que cette opposition qui est plurielle, diversifiée  n’attend pas faciliter la tâche au Togolais surtout en tenant compte de l’exigence de l’UDPS de gérer tous les 12 postes réservés à l’opposition. Cette façon de procéder de l’UDPS n’enchante pas les autres membres de l’opposition qui dénoncent la dictature de ce parti qui a fait de l’opposition une carrière, pourtant c’est un état d’esprit. Cette gloutonnerie politique de cette famille politique risque de créer une autre impasse dans la sphère politique de la RDC, lorsque d’une part, la société civile dénonce les 6 postes qui lui sont attribués, elle qui vit au quotidien avec la population, qui connait ses souffrance, ses peines contrairement aux politiques qui ne voient que leurs propres intérêts, a dénoncé Kathy Kalanga, porte-parole des organisations de la société civile dans leur diversité.

Cependant, sur les réseaux sociaux, l’on s’aperçoit que plusieurs commentaires vont dans le sens de donner raison à l’UDPS considérée comme une vraie opposition traitant ainsi les autres de faux opposants et/ou d’opposition accommodante.

Certains parviennent à traiter le groupe des opposants qui ont milité pour la tenue du dialogue, tous mis au banc des accusés par ceux-là qui ont fait de l’opposition une politique. Ces opposants n’ont pas cessé d’insister sur le fait que la Rdc ne peut être brulée à cause des intérêts personnels, d’où il y a lieu d’aller au dialogue Parmi ces opposants, l’on retrouve Justin Bitakwira, Steve Mbikayi, Sylvanius Mushi Bonane, Azarias Ruberwa et Ne Mwana Nsemi. Outre l’UDPS, l’opinion est d’avis que les radicaux bien connus tous ont rejeté en bloc l’idée d’aller au dialogue sous prétexte de légitimer le pouvoir de Kabila qui veut s’éterniser au pouvoir. D’où, la question des observateurs et analystes avertis, celle de savoir, à qui l’UDPS compte-t-elle confier les autres postes ?

Pendant qu’à l’opposition le désordre se crée et règne, au sein de la société civile c’est la grogne. Si pas 12 comme à la MP et à l’opposition, elle n’ira pas au dialogue, menace cette force vive de la nation, dont les noms de Mbeleji, Kathy Kalanga, Jérôme Mboso, Pasteur Milenge, Maguy Kiala et Ntatu Mey ne font pas l’unanimité. Voilà la nécessité d’avoir un porte-parole de l’opposition comme le précise la loi sur le statut de l’opposition.

La Majorité Présidentielle confortablement assise

L’alternance dont crie à cors et à larme l’opposition à la tête de la République n’aspire en aucun cas la confiance de l’opinion congolaise. Le désordre de l’opposition pour se partager les 12 postes crée frustration et contestation du statut d’opposant. Entre temps, une source bien placée aurait fuité les noms des personnalités de la Majorité Présidentielle devant prendre part au Comité préparatoire. Il s’agit de Léonard She Okitundi, l’ambassadeur Nkulu Kilombwe, du Professeur Adolphe Lumanu, de Néhémie Mwilanya, du ministre Felix Kabange Numbi, du Député national Emmanuel Ramazani Shadari, de Géneviève Inagosi, du ministre Alexis Thambwe Mwamba, de Henry Mova Sakanyu et entre Alain Atundu et Modeste Bahati Lukwebo.

Ces noms des personnalités éminentes de la République sont à prendre au conditionnel, étant donné que le bureau de la facilitation n’a pas encore rendu public les noms des membres devant prendre part au Comité préparatoire, avant l’Ordonnance du Président de la République.

Sinon, les eaux s’agitent dans tous les sens à l’annonce officielle de la composition dudit comité préparatoire dans un schéma de 12+12+6 = 30. A cette allure, la mise en place du Comité préparatoire ne sera sans doute pas avant la fin de cette semaine comme l’a annoncé le diplomate togolais, Edem Kodjo.

L’homogénéité de la Majorité parlementaire aux assises telles Concertations nationales a gardé le caractère loyal de la famille politique en ce que, bien que les remous et mécontentements peuvent se ressentir en son sein, cela ne transparait pas comme c’est dans le camp de l’opposition où ils se nient mutuellement, se rejettent et s’accusent sur le statut d’opposant au régime.   A cette allure, l’opinion nationale congolaise doute fort qu’à la prochaine élection présidentielle, l’opposition puisse dégager le consensus commun autour d’une candidature. Sinon, le camp de la contestation se prépare à soulever la rue que de préparer les élections.

Dans cette optique, le fait que la facilitation n’a aucun caractère contraignant, il est loin trop loin que les Congolais se mettent d’accord sur ce sujet qui déchire les familles politiques.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse