Dialogue politique national et inclusif: Antoine Boyamba obtient l’adhésion de la diaspora

par -
0 530
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Conformément aux instructions du Président de la République, le vice-ministre en charge des Congolais de l’Etranger, Antoine Boyamba, est parvenu à ramener ces compatriotes aux meilleurs sentiments, eux qui étaient considérés proches d’Etienne Tshisekedi et d’Honoré Ngbanda, respectivement président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et ancien barbouze du maréchal Mobutu. Ainsi, Rex Kazadi, Robin Mena, Emmanuel Ilunga, Abraham Luakabwanga, Mashinda, etc. ont donné leur accord pour prendre part à cette rencontre convoquée par le chef de l’Etat en vue de l’organisation des élections libres et apaisées.

A en croire notre source, ces compatriotes sont ceux qui semaient des désordres dans leurs pays d’accueil chaque fois que les autorités congolaises s’y trouvaient ou que des artistes musiciens devaient s’y produire. Pourtant, ils sont tous Congolais à part entière qui méritent considération et estime. Il fallait que ces « combattants » soient approchés pour des explications claires et nettes sur la vie de la Nation. Et principalement pour écouter leurs préoccupations et les intégrer parmi les points à aborder au dialogue politique national et inclusif qui pointe à l’horizon.

Des négociations en deux étapes

C’est cette mission-là que le vice-ministre Antoine Boyamba vient de réussir avec satisfaction et ce, conformément aux instructions du Président de la République, Joseph Kabila Kabange. Pour parvenir à ramener ces compatriotes aux meilleurs sentiments, Antoine Boyamba a procédé en deux temps. De 1, il avait dirigé le 05 novembre 2015 à Gennevilliers, une banlieue parisienne, la réunion préparatoire avec les membres délégués des partis politiques, des groupuscules de combattants, des mouvements associatifs et des membres du patronat congolais en France.

« Les discussions engagées ce jour-là avaient essentiellement tourné autour de l’implication des Congolais de l’étranger dans la vie politique nationale. Principalement, il s’agissait de leur participation au dialogue prôné par le Chef de l’Etat », apprend-t-on de la même source, qui ajoute que les échanges qui s’en étaient suivi avaient tourné autour du processus électoral, du contenu du dialogue et sa finalité, de leur sécurité et de l’application des résolutions des Concertations nationales dont l’une d’entre elles portait sur l’irrévocabilité de la nationalité d’origine. Avant de se séparer, les participants avaient convenu de se revoir pour approfondir ces discussions dont la pertinence n’était pas à démontrer.

Respectant la promesse qu’il leur avait été faite et suivant les instructions du Chef de l’Etat, Antoine Boyamba a fait dans un second temps le déplacement de France où, le vendredi 19 février 2016, il s’est retrouvé dans la salle louée pour la circonstance au Centre des conférences Edouard VII dans le strict quartier de l’Opéra avec les délégués des partis politiques et associations mis sur pied par des Combattants. Pendant cette rencontre, renseigne notre source, les délégués présents ont publié une déclaration commune par laquelle ils soutiennent le dialogue convoqué par le Chef de l’Etat.

Dans ce document, les signataires ont peint le tableau de la situation politique actuelle caractérisée par la grave crise qui gangrène le pays. Par conséquent, ils ont tous reconnu la nécessité pour tous les Congolais de se retrouver autour d’une table en vue de se parler en toute franchise et de prévenir ainsi tout risque de déstabilisation du pays. Ils ont soutenu l’irrévocabilité de la nationalité congolaise d’origine telle que stipulée dans la troisième recommandation des Concertations nationales, l’élaboration d’un calendrier électoral clair sur la tenue des prochaines élections générales, l’exercice réel et effectif des Congolais de l’étranger de leur droit de citoyen à travers le vote, un recensement des Congolais de l’étranger en vue de déterminer les circonscriptions qui leur permettront d’avoir des députés, des mesures claires garantissant leur sécurité lors de leur retour au pays et enfin, l’allègement des démarches administratives et consulaires, la création au sein des ambassades et consulats d’un poste spécial de diplomate chargé des Congolais de l’étranger.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse