Dialogue politique inclusif: La SADC consulte toutes les forces politiques

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, l’opposition politique et la Majorité présidentielle ont été tour à tour reçus par la délégation des ministres des Affaires étrangères de la SADC, hier mardi 11 octobre 2016. Les trois rencontres ont eu lieu au Pullman Hôtel. Ce, en raison d’accompagner et d’encourager la République démocratique du Congo sur la voie du dialogue. Ce processus enclenché à l’Union Africaine entre les quatre composantes : Majorité présidentielle, l’opposition constructive, la société civile et les personnalités, peine à aboutir en raison de son inclusivité décriée par le Rassemblement. Le Groupe d’Etienne Tshisekedi conduit par François Mwamba campe sur sa position, laquelle consiste en la Convocation du vrai dialogue devant réunir, affirme l’ADR François Mwamba, les délégués qui sont à la Cité de l’Union africaine en un seul bloc, et le Rassemblement d’autre part. Le Rassemblement soutient que ce vrai dialogue va mettre ensemble les acteurs politiques de deux camps, en vue de désamorcer la crise politique, indique-t-il. « Nous avons été invités par l’organe paix et sécurité de la SADC qui est présidé par la Tanzanie avec deux adjoints que sont l’Angola et la Mozambique. Il nous a été donné l’opportunité de donner les positions du Rassemblement par rapport au processus qui est en cours dans notre pays. Ils en ont pris bonne note et nos positions sont connues ; positions arrêtées lors du Conclave. Nous avons noté qu’après réflexion, ils vont poursuivre ce contact et l’opinion se rappelle, lorsque nous avons arrêté nos positions, nous avions dit que nous voulions un dialogue véritable qui mettrait en scène la logique qui se développe actuellement à la Cité de l’Union Africaine avec nous autres, de manière à pouvoir arriver à un entendement commun qui permette ainsi de respecter  la Constitution dans notre pays, et d’aller vers les apaisements des élections. Nous sommes dans ce processus-là. Il me semble que ce qui se fait actuellement est positif puisqu’il s’agit de la navette en réalité qu’ils font entre les uns et les autres, occasion qu’il va en sortir la convocation de ce dialogue qui va permettre d’aller de l’avant », a déclaré le délégué du Rassemblement à la SADC.

Peu après, c’est l’opposition au Dialogue qui a été reçue par les chefs de la diplomatie de la SADC, présidée par la Tanzanie, secondé de l’Angola et de la Mozambique. Pendant plus de deux heures, l’opposition au dialogue a conféré avec ces délégations africaines. Au sortir de cette réunion, Le Président de l’UNC a indiqué que l’opposition a rencontré une importante délégation de la SADC et d’autres personnalités de la Région qui sont venues à la rescousse de la Rdc pour essentiellement encourager ceux qui ont choisi la voie de la Résolution de la crise congolaise par le Dialogue, de persévérer et de conclure un Accord politique, base solide pour la démocratisation de la République démocratique du Congo. En même temps, de dire à ceux qui n’ont pas encore rejoint ceux qui sont dans le dialogue, de le faire. «  Nous, nous avons dit à la délégation que nous lançons encore cet appel à nos frères, puisque nous tous nous voulons dialoguer, mais l’on ne doit pas dialoguer seul, on va dialoguer avec le pouvoir et nous le faisons déjà. Nous tous, nous voulons donner au peuple congolais l’Accord qui puisse permettre d’organiser des élections et la première alternance démocratique dans notre pays. Nous le faisons déjà », a indiqué Vital Kamerhe.

Cependant, la divergence entre l’opposition au dialogue et le Rassemblement se situe au niveau de l’approche. Pour l’opposition au dialogue, elle estime que le Rassemblement doit le rejoindre, dans l’amour, la tolérance et ensemble l’opposition sera forte face au pouvoir. « Nous allons discuter avec nos frères de la Majorité, c’est l’adversité et non l’animosité. Aimons-nous les uns et les autres, bâtissons un nouveau Congo. Nous avons dit justement les avancées dans ce dialogue pour dire, qu’au jour d’aujourd’hui, nous avons le fichier électoral, nous avons la séquence des élections, nous sommes d’accord que la convocation du scrutin présidentiel et les autres scrutins auront bel et bien lieu en 2017. Nous soulignons les points qui restent à débattre, qui concernent le calendrier électoral, pour lequel nous devons nous mettre d’accord le plus rapidement possible avec les membres de la Majorité et de la société civile. Nous devons être sûrs que l’Accord va protéger notre Constitution », a-t-il mentionné.

La politique est un art de l’adversité et non de l’animosité

S’agissant du deuxième dialogue réclamé par le Rassemblement, Vital Kamerhe a précisé qu’il respecte leur position du moment que le Rassemblement parle du Dialogue, quel que soit le préfixe qu’on peut y ajouter. « Vous savez que les grandes œuvres se construisent dans la patience ? Beaucoup de gens pensaient que ce sont des choses boutiquées à l’avance. Ce n’est pas facile pour les gens qui sont au pouvoir de dire nous vous donnons tout ; c’est ne pas facile aux gens qui sont à l’opposition qui défendent les attentes de la population qui acceptent n’importe quoi qui vient du pouvoir ? Nous devons être humbles, être dans les prédispositions du compromis. L’on ne peut trouver le compromis qu’à travers le consensus. Chacun vient avec sa position, mais en sortant du dialogue, ça ne sera ni ta position, ni celle de l’autre, mais la position du compromis », a dit Vital Kamerhe.

Toutefois, s’agissant de ses prises de décisions en solitaire dont l’accusent certains délégués, le co-modérateur affirme qu’il n’y a que Dieu sur qui l’on ne jette pas de pierres. Même Jésus-Christ, venu pour sauver l’humanité, a été criblé de pierres. « Moi, je suis un démocrate, je suis un leader, s’il y a des gens qui me critiquent quoi de plus normal ? Je ne suis pas sans faute ! Je demande à tous ceux qui ne m’ont pas compris qu’ils m’excusent ; qu’ils me pardonnent, mais moi je dis : je suis guidé par les principes, je suis animé par une forte conviction d’un Congo qui doit se lever, un Congo qui doit marcher. Voilà ce qui m’intéresse. Je lance encore un message à ceux qui pensent que les injures, les critiques stériles constituent un projet de société ou une vision, d’abandonner ce schéma-là, ensemble faisons des critiques constructives de sorte que vos idées, les miennes et celles des autres soient mises ensemble pour que nous ayons quelque chose de fabuleux pour notre peuple », a-t-il répondu.

La Majorité pour l’amour du pays, fait de concessions majeures

Par ailleurs, la délégation de la Majorité présidentielle conduite par Aubin Minaku s’appuie sur le Dialogue convoqué par le Chef de l’Etat qui respecte la Résolution 2277. Cette délégation a remercié la Communauté de la SADC qui a toujours soutenu la Rdc à des moments très difficiles, en respectant par voie de conséquence la République démocratique du Congo. « Nous les avons rassurés que le Dialogue politique inclusif va prendre fin cette semaine parce que  nous de la Majorité nous avons suffisamment travaillé, nous avons fait des concessions majeures, afin que le dialogue puisse se poursuivre et atterrir. Ce qui sera fait cette semaine », a rassuré le Secrétaire général de la Majorité présidentielle. Pour Aubin Minaku, il est heureux de constater la même position de la part de la Communauté africaine de la SADC.

En plus du dialogue, la MP a échangé avec la Communauté de la SADC sur les fameuses dates du 19 et 20 septembre dernier. A ce propos, la MP a expliqué la chronologie des faits, notamment la chronologie de la perpétration des infractions graves au courant de cette journée. « Particulièrement le 19, une marche qui devrait commencer à 12 heures, mais nous avons pu récolter des faits graves perpétrés déjà à partir de 7 heures. Nous avons échangé à ce sujet parce qu’il faut savoir dire la vérité, rien que la vérité », a mentionné le Secrétaire Général de la MP.

Quant à l’inclusivité du dialogue par rapport à la présence du Rassemblement pour la convergence de vue, le SG de la MP a souligné que l’Accord tel qu’il est libellé jusque-là, prévoit une ouverture de la même manière que les conventions internationales. « Ça signifie que nous allons adopter des résolutions pertinentes, importantes pour l’unité de la République, pour le règne de la démocratie ; pour l’organisation des élections dans un délai respectable pour tous. Puisque ces résolutions sont pertinentes, sont utiles pour la République, nous avons prévu une clause d’ouverture ».

Ceci étant, tout parti politique, tout regroupement politique qui n’a pas pris part aux travaux du dialogue, mais qui souhaite s’insérer dans le schéma du dialogue est à même d’adhérer à l’Accord.

Quant au Sommet de Luanda prévu incessamment, la MP salue ce grand rendez-vous prévu de longues dates, des plusieurs mois  par des chefs d’Etat, comme d’aucun pouvait s’imaginer.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse