Dialogue national: Des députés ‘intéristes’ invités à la sagesse

par -
0 614
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les députés de la Rd Congo sont plus que jamais devant leurs responsabilités. A l’ouverture de la session ordinaire, ce mardi 15 mars 2016, le Président de la Chambre basse du Parlement Aubin Minaku a mis la puce à l’oreille de l’auditoire. Devant les intérêts personnels d’une part, et la Nation de l’autre, le choix s’impose clairement. La sagesse, comme celle de Salomon, devra primer en vue de sauver la République en proie à des tractations comme si les élus du peuple étaient incapables de lever des options salvatrices.

L’expression ‘’intéristes’’ est du professeur Mboyo, de l’Université de Kinshasa. C’est juste le contraire d’altruistes. Et parlant de Salomon, dont le récit se trouve au troisième chapitre du Premier livre des Rois dans la Bible, du 16ème au 28ème verset, un jugement est rendu. Deux femmes prostituées vinrent chez le roi, revendiquant chacune l’enfant vivant. Sur la demande du roi, on lui amena une épée. Il ordonna qu’on départageât les deux femmes en donnant à chacune d’elles la moitié de l’enfant vivant. Alors la femme dont le fils était vivant sentit ses entrailles s’émouvoir et dit au roi: Ah! mon seigneur, donnez-lui l’enfant qui vit, et ne le faites point mourir. Mais l’autre dit: Il ne sera ni à moi ni à toi; coupez-le! Et le roi, prenant la parole, dit: Donnez à la première l’enfant qui vit, et ne le faites point mourir ».

Sans spéculer sur les termes, la Rdc ressemblerait, à la lumière de cette péricope, à l’enfant vivant. A la femme, la vraie mère, le peuple ci-représenté, de faire des concessions, acceptant l’apparemment inacceptable pour un tireur de ficelles, refusant aussi l’ingérence de ceux qui, de loin ou de près, prônent la politique de la terre brûlée. C’est probablement dans ce sens qu’Aubin Minaku dit dans son allocution : « C’est à nous qu’il revient, bien plus quà d’autres, de prendre toute la mesure de nos responsabilités pour aider la République démocratique du Congo à aller de l’avant ». Ce serait inviter à la sagesse et au dépassement de soi, aux fins de surmonter toute crise éventuelle. Et c’est la Rdc qui sera préservée.

La politique au centre

« La Session sera nécessairement et indubitablement politique …elle devra gérer le contexte et le fruit du Dialogue national inclusif quelle qu’en soit la forme ». Pendant ce Dialogue national inclusif qui devra bientôt se tenir, et encore plus après, les élus directs du peuple, sont appelés à s’assumer. Ce, avec plus d’attention, non seulement à régler des situations d’incompréhensions d’où qu’elles viennent, mais aussi à prendre des décisions là où l’immobilisme pourrait s’installer et à s’impliquer suffisamment dans tout processus ou action allant dans le sens du salut de la République.

C’est le lieu de saluer cette initiative qui tend à davantage protéger la démocratie, sauvegarder l’unité de la République et l’intégrité nationale par plus de civisme et de patriotisme et enfin, mener inlassablement le combat pour le mieux-être de toutes les populations.

Quels que soient les termes de référence du Dialogue, l’agenda et les conclusions de ce forum; quelles que soient les interprétations des uns et des autres concernant ce haut lieu d’échanges, ses recommandations et résolutions finales, c’est aux élus du peuple de trancher en définitive. Cela revient à dire que qu’au cours de cette Session, les députés devront organiser de façon plus méthodique afin d’accorder un peu plus de temps aux questions politiques majeures.

C’est pourquoi des débats républicains entre députés s’imposent sur les questions les plus vitales de la Nation dont premièrement les conclusions du Dialogue. Il faudrait en débattre au niveau des élus pour définir leur mise en œuvre.

« Si nous voulons qu’elle [la Rdc] en sorte victorieuse, il n’y a pas d’alternative à l’unité et au rassemblement autour de l‘essentiel et des fondamentaux, en dépit et au-delà de nos divergences politiques qui, du reste, sont légitimes », a-t-il martelé.

Des témoins de tous bords

Plusieurs personnalités, des témoins, ont pris part à cette cérémonie d’ouverture de la session à la Chambre basse du Parlement. L’on a remarqué la présence du Président du Sénat, du Premier Ministre, du Président de la Cour Constitutionnelle et Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, du Procureur Général près la Cour Constitutionnelle, des Députés et Sénateurs, des Présidents des Institutions d’Appui à la Démocratie, des Membres du Gouvernement, des Ambassadeurs et Chefs de Missions diplomatiques, des Représentants des Organismes spécialisés du système des Nations Unies et des Organisations internationales, des Représentants et Chefs des Confessions religieuses, des Officiers Généraux et Supérieurs des Forces Armées et de la Police Nationale, des Membres du Bureau de l’Assemblée Provinciale de Kinshasa, du Gouverneur de la Ville de Kinshasa, de la Bourgmestre de la Commune de Lingwala, ainsi que de bien d’autres invités. Et ce n’est jamais un hasard en cette coutume parlementaire.

 

(Emmanuel Badibanga)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse