Dialogue: La plénière revoit le quota des participants à la hausse

par -
0 766
Le co-modérateur de l’opposition Vital Kamerhe tient à la libération de prisonniers politique et d’opinion, mais aussi la réouverture des médias au Katanga/Ph. Pius Romain Rolland
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*MP et Opposition : 93 et Société civile : 64

Au regard de l’importance que revêt ce forum, nombre des Congolais veulent y participer pour apporter leur expertise et savoir-faire. C’est ce qui a poussé les différentes composantes à revoir leurs listes, tout en accordant la place de choix à la femme et les jeunes dans toutes les composantes. En outre, l’Assemblée prévoit l’amendement et ou révision de la feuille de route, en inscrivant l’évaluation du processus électoral en priorité, en invitant les experts de la CENI et de  quelques organisations qui ont travaillé sur le processus électoral. Etant inclusif, le dialogue reste ouvert à tout Congolais et toutes les sensibilités politiques en vue de trouver un compromis politique à travers l’élaboration du calendrier consensuel devant organiser les élections dans un climat de paix, de tolérance et de convivialité.

Les travaux à la cité de l’Union africaine connaissent se sont poursuivis hier lundi 05 septembre 2016,  après une longue pause d’harmonisation des différentes listes des délégués au dialogue politique inclusif. Si à la Majorité Présidentielle le problème ne se posait pas dans les avant-midi, c’est au sein de l’opposition et de la société civile que les choses n’étaient pas encore précisé jusqu’à la dernière minute. Voilà pourquoi les composantes ont suspendu les travaux pour se concerter. La Majorité Présidentielle est restée compacte autour d’un leadership conduit par ses délégués, le co-modérateur et son adjoint. Tandis qu’au sein de l’opposition plurielle, le positionnement des uns et des autres a retardé l’harmonisation de leur liste. Toutefois, toutes les composantes se sont mises d’accord pour accroitre le nombre des délégués au dialogue. De 68 délégués par composantes de la liste initiale, les listes ont été allongées de 25 délégués par composante, vu l’importance de ce forum auquel beaucoup de Congolais attachent une importance capitale, a dit Léonard She Okitundu.

A en croire Steve Mbikayi, l’un des délégués de l’opposition, il y a une avancée par rapport à l’harmonisation des listes de l’opposition, nonobstant la pluralité de cette dernière. « Le bureau semble tenir compte de plusieurs revendications. Au niveau de l’opposition, nous avons des sensibilités. Il y a une liste qui est de l’émanation du Rassemblement et de la dynamique ; il y a cette liste de ce qu’on a appelé hierl’opposition pro-dialogue, ce qu’on appelle aujourd’hui opposition rationnelle. Apparemment le bureau doit tenir compte de toutes ces revendications pour une liste harmonieuse. Dans une composante aussi plurielle comme l’opposition avec autant de partis politiques dans notre pays, il se pourrait qu’il y ait de petites questions, mais c’est mineur », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que la co-modération de Vital Kamerhe délégué de l’opposition ne pose pas problème, étant donné qu’il fait partie de ceux-là qui l’ont choisi du fait premièrement de son poids politique à l’Assemblée nationale par l’absence de l’Udps et du MLC, puis de sa flexibilité et de sa diplomatie, a soutenu Steve Mbikayi.

A en croire la société civile par la bouche de Jonas Tshombela, ce matin a été réservé à l’harmonisation des listes, puisqu’elles souffrent de vice de forme. « Il y a eu la négociation ce matin entre la Majorité présidentielle, l’opposition et la société civile ; nous sommes arrivés à un compromis de voir à la hausse la participation des différentes composantes. Nous à  la société civile, nous avions le souci de nos collègues qui sont en provinces par rapport à la représentation de la femme et des jeunes. Tous ces éléments mis ensemble, nous sommes arrivés à cela. Nous, à la société civile, nous sommes arrivés à un quota léger de 27 pour la société civile, la Majorité également, aussi bien l’opposition », a-t-il déclaré.

Il faut dire que sur le quota  de 25 noms des différents délégués, 7 sur 25 places sont réservées à la femme dans les différentes composantes, mais aussi  la brèche est ouverte à la jeunesse d’y prendre part active.

La feuille de route révisée et/ou amandée à la Cité de l’UA

Sinon, les délégués n’ont pas hésité de livrer leurs impressions quant à la suite des travaux du dialogue. Pour le compte de la Majorité Présidentielle, Léonard She Okitundu a rappelé que lorsque nous avons terminé les travaux du Comité préparatoire et qui étaient sanctionnés par l’adoption de la feuille de route de ce forum, nous avions prévu que la première Assemblée plénière devrait commencer par l’adoption de la feuille de route. Parce que c’était une proposition qui avait été faite par le Comité préparatoire. Maintenant, avant d’adopter cette feuille de route, il se pose un problème, c’est la question de quota de participants. Il y a une demande partagée de parties prenantes pour accroitre ce nombre.

Cet accroissement est la conséquence de l’importance qu’attachent les Congolais au Dialogue politique national et inclusif. « Beaucoup de personnes veulent participer et non de moindre aux travaux de ce forum. Par conséquent, il y a nécessité de réviser ou même d’amender la feuille de route et accroitre le nombre global de participants et à repartir après entre les parties prenantes. Après consultation avec la facilitation, nous sommes arrivés a un compromis, c’est-à-dire on a augmenté le nombre de participants pour chaque composante : 25 MP en plus de 68, 25 opposition en plus de 68 ; 25 société civile en plus de 39, et 5 pour le facilitateur en ce qui concerne les personnalités, puis on a réservé 5 délégués pour l’opposition républicaine », a poursuivi le chef de la délégation de la MP.

Une fois l’option levée, la feuille a été adoptée. Par ailleurs, au sein de la Majorité présidentielle, le problème ne se pose pas, affirme Léonard She Okitundu, mais seulement au sein de l’opposition qui doit harmoniser ses listes pour laisser libre la place des autres opposants qui hésitent à venir. Pour lui, malgré ces hésitations, le nombre ne sera accru, c’est à l’opposition de réserver la place aux hésitants, même à un jour de la clôture, ils viendront, affirme le Sénateur.

« Les portes sont ouvertes à tout moment aux personnes habilitées à venir au dialogue, évidemment pour l’opposition », a-t-il précisé. L’amendement de la feuille de route commence par l’évaluation du processus électoral, nous renseigne Léonard She Okitundu. Cette évaluation ne peut se faire que par la Ceni, invitée à faire un exposé quant à ce. En outre, d’autres organisations qui ont travaillé sur le processus électoral seront entendues par les délégués au dialogue, en vue de tirer au clair cette nébuleuse et éternelle question qui déchire la classe politique.

Pour y parvenir, les délégués ont proposé de regrouper plusieurs thèmes en commissions de travail, tâche qui revient aux composantes d’en choisir, les regroupements.

Pour sa part, Vital Kamerhe s’est appesantie sur la commission qui travaille sur la libération des prisonniers politiques et d’opinion, mais aussi sur la question des médias. Pour lui, sur la liste déposée par l’opposition, aucun prisonnier n’a été libéré au Katanga et aucune chaine de télévision n’a été autorisée à fonctionner. « Nous n’avons pas besoin de récompense, nous sommes convaincus que nous posons un geste bénéfique à la nation. Nous le faisons pour le peuple congolais et nous n’avons pas besoin pour être remercié quant à cela ! Est-ce qu’aujourd’hui les gens qui sont libres, on peut dire que c’est négatif ? C’est pourquoi nous voulons suivre  cette démarche », s’est-il exprimé au sortir des travaux du dialogue politique.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse