Dialogue inter-congolais: Joseph Kabila annonce les couleurs

par -
0 2882
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*En recevant déjà les deux présidents des chambres législatives, le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange leur a annoncé la tenue d’un dialogue congolais, dans un délai « très court» en vue d’arrêter un calendrier électoral qui satisfasse à toutes les obligations nationales. Le Rapporteur du Sénat, Flore Musendu Flungu, l’a annoncé hier à la presse à l’issue d’une séance plénière tenue à huis-clos au Palais du peuple.

*Pour lui, l’année prochaine étant une année électorale, et pour avoir des élections apaisées, il s’avère primordiale  de mettre tous les animateurs politiques du pays autour d’une même table, de manière à arrêter de façon « inclusive » un calendrier qui satisfasse tout le monde et toutes les obligations.

C’est depuis la semaine dernière que le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a commencé à recevoir les deux présidents des chambres législatives du Parlement, la société civile du Congo qui a initié le « manifeste pour le salut de la nation et le dialogue citoyen », des ordres professionnels parmi lesquels l’Ordre de pharmaciens et celui des avocats, y compris les ONG de défense des droits de l’homme représentées par « toge noire, « journaliste en danger » et « Avocats sans frontières », afin de préciser les contours de ce que sera le dialogue inclusif attendu par tous les Congolais. Hier lundi, à en croire la Rtnc captée hier à Kinshasa, le Chef de l’Etat a reçu les ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques.

Le samedi dernier au Palais de la Nation, il a reçu les présidents des deux chambres du Parlement, Léon Kengo Wa Dondo du Sénat et Aubin Minaku du Parlement, à qui il a remis un « message important » à transmettre aux députés et sénateurs. A l’occasion, le président du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo a déclaré à la presse que le Chef de l’Etat les a reçus pour une communication « très importante » dont la primeur est réservée aux députés et sénateurs, se refusant à tout commentaire.

Ainsi, les yeux des uns et des autres étaient toute la journée d’hier rivés sur les deux chambres du Parlement, pour en savoir un peu plus de cette communication très importante, quand bien même l’Assemblée nationale et le Sénat aient opté pour le huis-clos.

En effet, en recevant déjà les deux présidents de deux chambres législatives, le Président de la République, Joseph Kabila leur a annoncé la tenue d’un dialogue congolais, dans un délai « très court» pour arrêter un calendrier électoral qui satisfasse à toutes les obligations nationales. Le Rapporteur du Sénat, Flore Musendu Flungu  l’annoncé hier à la presse à l’issue d’une séance plénière tenue à huis-clos au Palais du peuple.

Pour lui, l’année prochaine étant une année électorale, il ya nécessité d’avoir  des élections apaisées. D’où le besoin impérieux  de mettre tous les animateurs politiques du pays autour d’une même table, de manière à arrêter de façon « inclusive » un calendrier qui satisfasse tout le monde et qui réponde à toutes les obligations.

Plus concrètement, les sources dignes de foi rapportent que le message du Président de la République qui a été transmis aux sénateurs et députés nationaux a porté exclusivement sur l’annonce du dialogue qu’il se propose de convoquer dans les jours à venir. Ce dialogue abordera plusieurs matières, notamment la question du processus électoral, plus particulièrement le calendrier électoral ; la réflexion sur les moyens de mise en œuvre du processus électoral et enfin, la problématique de la sécurisation du processus électoral.

Ceci étant, il est permis d’affirmer qu’incessamment, le Président de la République ne manquera pas de signer une Ordonnance convoquant ce grand rendez-vous national. L’occasion indiquée pour les Congolais d’aborder des problèmes qui concernent l’avenir de leur pays. C’est donc une occasion qu’il faut saisir, si et seulement si on veut consolider les acquis.

Le président Joseph Kabila a annoncé lundi 9 novembre aux diplomatiques accrédités en RDC son intention de convoquer incessamment le dialogue national, avec ou sans médiation internationale. Cette médiation constitue pourtant la condition majeure posée par le principal parti de l’opposition, l’UDPS d’Etienne Tshisekedi.

Les ambassadeurs chez Kabila

Joseph Kabila pense qu’après 50 ans d’indépendance, les Congolais sont capables de dialoguer avec ou sans la médiation étrangère, compte tenu du caractère souverain du processus électoral, a rapporté le doyen du corps diplomatique et ambassadeur du Cameroun en RDC, Chungong Ayafor, au sortir de la rencontre avec le chef d’Etat congolais.

«Lui-même a (évoqué) le sujet (NDLR : de la médiation internationale) en indiquant que ce n’est pas un point de blocage. A notre entendement, c’est possible comme ce n’est pas possible», a poursuivi le diplomate camerounais. Néanmoins, Joseph Kabila souhaite un dialogue inclusif devant se tenir sur le sol congolais, a précisé Chungong Ayafor.

(JMNK)

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse