Dialogue et élections « Sindika » propose un plan de sauvetage

par -
0 539
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au moment où le monde a les yeux rivés vers la politique de la Rdc, dominée essentiellement par les élections, précédées du Dialogue inclusif, des voix s’élèvent pour apporter des remèdes et éviter le chaos tant revendiqué par certains acteurs politiques. Dans la foulée, la Dynamique Sindika, avec son Coordonnateur confédérateur James Nzinga, proposent déjà un plan salutaire, une véritable opinion libre de son auteur.

Dans un communiqué daté du mardi 23 février 2016, la Dynamique Sindika, avec son Coordonnateur confédérateur James Nzinga, disent remarquer les tergiversations des forces politiques opposées au dialogue national, convoqué par le Chef de l’Etat depuis le 28 novembre 2015, d’une part ; les manœuvres dilatoires de ceux qui semble coopérer passivement avec ces forces obscurantistes, d’autre part.

Comme conséquence immédiate, Sindika qui se veut un mouvement pour la libération des peuples du Congo, voit à l’horizon les intentions inavouées de compromettre la tenue dudit dialogue, avant de verser dans un chaos résultant à la fin de la législature en cours.

Pour cette raison, La Dynamique prévient l’opinion tant nationale qu’internationale que si le Dialogue n’est pas tenu dans le meilleur délai, la crise électorale actuelle risque de se transformer en crise politique.

D’où, elle confirme sa détermination de faire pression pour que le dialogue ait lieu, en déclarant que les acteurs politiques qui opteraient pour des troubles à la fin de la législature en cours, au lieu de privilégier la voie d’une résolution pacifique de la crise électorale actuelle, soient responsables devant l’histoire des événements malheureux qui pourraient survenir au pays, si ce dialogue n’est pas tenu.

Cela étant, Sindika souligne le caractère urgent du dialogue national déjà convoqué pour trouver un moyen consensuel entre les acteurs politiques, afin de sauver le processus électoral.

Le plan dont question

Résumé en 11 points, ce plan invite le Chef de l’Etat à ne plus tolérer les ‘’mandats frauduleux des Assemblées provinciales, des Sénateurs, des gouverneurs des provinces,… qui sont en dépassement de leur délais constitutionnels ’’. D’où la dissolution sans délai des Assemblée provinciales et le Sénat, avant de surseoir les élections des gouverneurs des provinces dont la CENI vient de publier le calendrier.

En deuxième point, il urge que les assises du dialogue national inclusif commencent, avec ou sans les forces politiques qui les boycottent. Cette grand’messe devra, à son ordre du jour, inclure des solutions aux problèmes qui minent le processus électoral, la cooptation des députés provinciaux pour légitimer leur pouvoir d’élire les gouverneurs des provinces et les sénateurs de transition.

D’autres points sont en rapport avec les institutions, accent mis sur l’élection des gouverneurs des provinces, les nouvelles Assemblées provinciales, le mandat du Président de la République, la transition, la législature et l’acte constitutionnel de transition. Ce dernier devant arrêter que le Président du Sénat de transition ne soit pas éligible à la Présidentielle à venir.

Pour le dialogue

Pour sa part, « Sindika » confirme sa volonté de participer à ce forum national et y invite toutes les forces vives de la nation. La mise en place du Bureau préparatoire et la date de démarrage des assises sont une urgence. En outre, cette Dynamique exhorte le Président de ne pas céder aux caprices d’une minorité dans cette affaire, tout en encourageant la communauté internationale de continuer à soutenir les efforts pour la stabilisation de la Rdc et de la Région des Grands-Lacs.

Disons avant de clore que le substantif       « Sindika » signifie ‘’ se mettre ensemble’’, ‘’faire pression’’, selon que l’on se met du côté des Bakongo ou des Bashi.

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse