Dialogue congolais

par -
0 783
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Si les Congolais parlaient un seul langage, la Rd Congo serait sauvée de l’impérialisme

La semaine dernière était caractérisée par une série de consultations initiées par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. L’importance de ces consultations, baliser le chemin pour un dialogue voulu par tout le monde. Curieusement, ceux-là même qui, hier ont appelé de tout leur vœu à ce dialogue, se rebiffent de leurs propos. Dialogue ou pas de dialogue, les Congolais à travers une étude d’enquête affirment être favorables au dialogue, une vertu dans la démocratie et une culture dans les mœurs africaines.

Qu’adviendrait-il à ceux qui ne veulent pas entendre parler des élections et/ou le veulent sous la conduite de la main extérieure, soit-disant communauté internationale ? La vérité ce que, organiser les élections dans un contexte actuel voulu par la soit-disant communauté internationale, c’est précipiter la République Démocratique du Congo dans une confusion totale, au profit de l’impérialisme occidental prédateur et pilleur des richesses et ressources naturelles du Congo. Bref, aller aux élections dans ce contexte, sans passer par le dialogue, équivaudrait à faire une passe en or au projet funeste de balkanisation de la Rd Congo. Ça, les ancêtres et tous ceux qui ont payé de leur sang pour ce pays ne pardonnerons pas à cette génération. Si jamais l’Occident est le faiseur des chefs d’Etat africains, il serait prudent que les Congolais ne puissent pas aller aux urnes pour se choisir son candidat. Et ce, pour ainsi laisser les maîtres du monde imposer leur candidat. Sinon, les Congolais ne sont pas dupes, le Congo pour les Congolais.

Généralement, les vrais congolais n’ont jamais voulu ni accepter la direction impérialiste dans leurs affaires. C’est les cas de Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Patrice Emery Lumumba, M’Zée Laurent-Désiré Kabila et tant d’autres nationalistes. Ils ont tellement été jaloux de leur indépendance et de leur pays qu’ils n’ont pas hypothéqués leur nation au profit des intérêts occidentaux.

Du moins, les pseudos-congolais sont prêts à tout pour préserver leurs propres intérêts et le pouvoir pour se servir. De ceux là, plusieurs d’entre eux se sont même permis de répondre à l’invitation du concepteur même du plan de Balkanisation de la République, Herman Cohen. D’autres encore, la meilleure tribune d’expression, ce sont les ambassades. Espérons que les ambassadeurs en cette période qui s’annonce du dialogue seront reçus par le Chef de l’Etat, question de leur tirer les oreilles et d’éviter de rallumer le feu dans la case.

Déroulement du film à la présidence de la République

Les confessions, les organismes électoraux, la société civile et une frange de l’opposition, tous ne jurent que sur les élections libres, apaisées.

Pour le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, le dialogue est une vertu de la démocratie. Dialoguer c’est même la culture africaine. Le dialogue est bon, il appartient au Chef de l’Etat de rassembler tout ce monde.

Cependant, a en croire Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le dialogue n’est pas une compromission. Dans toute nation démocratique, le dialogue est une vertu, un espace d’échange.

A en croire le député national Clément Kanku Bukasawa, il n’est pas venu répondre à l’appel du Chef de l’Etat pour comploter contre la République, plutôt apporter une pierre à la construction du pays. Le dialogue constitue un élément essentiel dans la culture démocratique. Il a préféré dialoguer avec un Congolais, avec le pouvoir, que suivre ceux qui préfèrent dialoguer avec Abbé Apollinaire Malumalu sur vidéo-conférence.

Quant à Steve Mbikayi, ceux qui refusent le dialogue sont pour le glissement. Et si l’on ne vient pas au dialogue et qu’à la veille ont dit qu’il n’y a pas les moyens, que diront-ils ? Lui va plancher sur les élections quant bien même il a demandé le report des élections locales, municipales et urbaines, notamment par manque de moyens pour les partis politiques.

Quant à Ne Mwanda Nsemi, qui a lâché une parabole qui donne matière à réflexion aux sages, il affirme que tous se sont trompés sur le problème du Congo. Tous ont cru à l’époque que c’est le Général Mobutu qui était la cause. Mobutu parti, les problèmes demeurent, a-t-il lâché. Pour lui, si tu as un vieux camion qui ne donne pas suffisamment de rendement, on a l’impression de changer le chauffeur non performant avec le même vieux camion. « Vous continuerez à changer de chauffeurs jusqu’à ce que vous vous rendez compte que la vraie solution, c’est changer le véhicule », disait-il pour dire en réalité que le problème, ce n’est pas Joseph Kabila, plutôt le Congo malade.

Pour Azarias Ruberwa qui parlait avec un ton calme, mais plein de conviction, organiser un cycle électoral réaliste, cela veut dire qu’il y a des élections qui doivent être probablement reportées en 2017-2018, dont notamment la non tenue n’offense pas la Constitution

Donc, beaucoup de Congolais se rendent compte que Joseph Kabila n’est pas en soi le problème, lui qui a lancé ces initiatives de dialogue. Son initiative vise à harmoniser les vues, à consulter toutes les couches de la population en tant que Garant de la bonne marche de la nation. Plutôt, le problème se trouve dans l’autre camp de l’opposition qui croit qu’avec les malaises, on peut avoir des élections crédibles, quelque soit les tonnes de sang qui vont couler. Voilà l’antéchrist dont parlent les Saintes écritures.

Les vrais congolais doivent retenir que la République Démocratique du Congo est un pays traditionnellement de dialogue. L’on peut se souvenir du dialogue de Coquilathville, aujourd’hui Mbandaka ; de Tananarive, capitale du Madagascar ; de Lovanium, la Conférence Nationale Souveraine (CNS), de Sun City et récemment les Concertations nationales. Congo, pays de consensus, havre de paix, de patriotisme et nationalisme. Refuser le dialogue aujourd’hui sous prétexte d’aller aux élections présidentielles avant les élections locales, municipales et locales, équivaudrait tout simplement à dire : peuple, votre organisation et développement à la base ne nous concerne pas. Ce qui nous concerne, c’est la Présidence de la République pour servir nos intérêts personnels.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse