Développement rural: Le comité de pilotage du PADIR en réunion depuis hier à Kinshasa

par -
0 923
Le Sg au Développement rural Abel-Léon Kalambayi au milieu, entouré du Sg à l’Agriculture et du coordonnateur national de PADIR hier à l’ouverture de la réunion du comité de pilotage au cercle Elaïs à Kinshasa/Ph. 5 nov.
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’année 2016 touche déjà à sa fin. C’est donc l’heure du bilan. Dans cette optique se tient du 07 au 09 décembre 2016 au cercle Elaïs de Kinshasa, dans la commune de la Gombe, la réunion du comité de pilotage du Projet d’appui au développement des infrastructures rurales (PADIR). L’objectif étant d’évaluer la mise en œuvre de ce projet du Gouvernement congolais, sous encrage institutionnel de l’Administration du Développement rural, bénéficiant de l’appui financier de la Banque africaine de développement (BAD), au cours de l’année 2016. Mais aussi, de projeter les réalisations de l’année 2017.

Cette réunion est convoquée et présidée par le secrétaire général au Développement rural et également président du comité de pilotage du projet PADIR, Dr Abel-Léon Kalambayi wa Kabongo. Elle a été également connu la présence du conseiller principal du Chef de l’Etat au Collège en charge de l’Agriculture et Développement rural, M. Faustin Lokinda.

Au cours de cette réunion, les membres du comité de pilotage du projet PADIR que sont les secrétaires généraux des ministères impliqués au projet PADIR, les experts et représentants des agences locales d’exécution (ALE) dudit projet, ainsi que d’autres invités, échangent autour de plusieurs points.

D’entrée de jeu, le professeur Jean-Baptiste Kadiata, expert du secteur agricole et rural de la BAD, a échangé avec les participants sur la restitution de la dernière mission de supervision de la BAD réalisée du 19 mai au 10 juin dernier dans les quatre, sur cinq provinces couvertes, par le projet PADIR. Il s’agit de l’ex Katanga, les deux anciennes provinces du Kasaï et du Kongo central, à l’exception du Bandundu.

Il a indiqué que globalement, la mission a relevé l’avancement du projet PADIR qui est prometteur compte tenu de l’état d’avancement des travaux sur terrain. Le projet est sur la bonne voie. Les choses vont de mieux en mieux. L’évolution du projet est satisfaisante. Le projet a pris une allure qu’il faut.

Après débat qui a suivi cette audition du rapport de la mission de la BAD, les participants ont assisté à la présentation et l’adoption des résultats des enquêtes socio-économiques et environnementales de référence réalisées par l’unité de gestion du projet dans la zone d’intervention du PADIR en 2015. La présentation a été faite par le coordonnateur national du projet PADIR, l’ingénieur Bonaventure Mbuka.

Il a indiqué aux membres du comité de pilotage que ces enquêtes ont permis de produire des indications objectivement vérifiables (IOV), fiables, cohérentes et représentatives ; ces résultats constituent les références statistiques pour l’évaluation rationnelle des effets et impacts du projet. Ce document a été adopté par tous les participants, moyennant quelques amendements.

Après débat, la réunion s’est poursuivie hier par la présentation et l’adoption des tomes I, II et III du manuel des procédures (révisé). Ces discussions continuent aujourd’hui et demain pour débattre de l’état d’avancement des travaux produits sur le terrain (taux d’exécution physique) ; et l’exécution du Programme de travail et budget annuel (PTBA 2016), volet par volet avec taux de décaissement ; la présentation et l’adoption de PTBA 2017 (volet par volet) ; ainsi que la réallocation de certaines dépenses.

« Les réalisations physiques pour nombre d’infrastructures sont très avancées. Il y a des ouvrages qui sont quasiment achevés à 100 %. Globalement, c’est le taux de décaissement qui reste bas, qui ne reflète pas les réalisations physiques sur le terrain… Ce qui reste n’est pas fondamental comme résultat ultime du projet », a confié à la presse le professeur Kadiata.

 

Une idée du projet PADIR

Le Projet d’appui au développement des infrastructures rurales (PADIR) a pour objectif principal l’amélioration de la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté de la population congolaise à travers la réhabilitation des infrastructures rurales. Cela, dans le but de désenclaver les bassins de production, avec comme corollaire, faciliter l’évacuation des produits agricoles vers les grands centres de consommation.

Le PADIR intervient dans la partie sud de la Rdc, notamment dans les anciennes provinces du Bas-Congo, Bandundu, Kasaï-Occidental, Kasaï- Oriental et Katanga (éclatées aujourd’hui en treize nouvelles provinces). Pour sa mise en œuvre, les stratégies du PADIR s’articulent autour de trois composantes à savoir : la réhabilitation des infrastructures rurales, le renforcement des capacités institutionnelles et la gestion du projet.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse