Développement rural: Des réalisations viables du projet PADIR dans l’ex Bandundu

par -
0 782
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Projet d’appui au développement des infrastructures rurales (PADIR), un programme du Gouvernement  de la République, sous encrage institutionnel de l’Administration du Développement rural, bénéficiant de l’appui financier de la Banque africaine de développement (BAD), vient de signer des grandes réalisations en termes de réhabilitation et construction d’infrastructures rurales dans l’ancienne province du Bandundu.

La semaine dernière, le coordonnateur national du projet PADIR, l’Ir.  Bonaventure Mbuka Lutete  revenait de sa première mission de supervision des activités du projet dans les trois nouvelles provinces issues de l’ancienne province du Bandundu. Laquelle mission a débuté à l’Institut Technique Mbwetete de Bukanga-Lonzo Mission, dans la nouvelle province du Kwango.

Cet établissement d’enseignement catholique de renom, mis sous la gestion des pères de Saint Sacrément, et comptant un effectif total de 131 élèves dont 11 filles, dispose désormais d’un atelier mécanique lui doté par le projet PADIR.

A Kenge, chef-lieu de cette nouvelle province du Kwango, le Ministère du Développement rural, grâce au projet PADIR, a laissé des empruntes indélébiles. Notamment, la dotation de l’Inspection Urbaine du Développement Rural d’un bâtiment administratif digne ; à côté de la Maison du Développement rural construite sur financement de la CTB (Coopération technique belge).

Le coordonnateur national du PADIR lors de son récent passage, s’est réjouit de constater que le bâtiment est bien entretenu et qu’il héberge les services des autres Ministères, tels que le Genre (Femme, Famille et Enfant), l’Environnement, le Plan, la Fonction publique ainsi que celui de la Jeunesse, Sport et Loisirs.

Le grand marché de Kenge sera bientôt réhabilité, toujours dans le cadre des réalisations du projet PADIR. Il comportera, comme tous les marchés ruraux que réhabilite le PADIR, un bureau, trois boutiques, un entrepôt, deux pavillons modernes, un abattoir et cela sera équipé d’un forage d’eau potable.

A en croire le chargé de communication de l’Administration du Développement rural, M. Carol Nzore,  a rapporté dans sa note d’information que cette mission du coordonnateur national du PADIR dans cette partie démembrée de l’ex province du Bandundu, a été très laborieuse. D’autant plus qu’il a eu à visiter de jour comme de nuit, entre autres, l’atelier mécanique de l’Institut technique de Ngondi et des autres chantiers et sites ayant bénéficié de l’appui du projet PADIR.

Des réalisations du PADIR dans la province du Kwilu

La mission du projet PADIR était également à l’Hôpital général de Masimanimba, où le médecin directeur de cette institution hospitalière de référence, Dr. Felix Akwaso, a plaidé pour l’approvisionnement en eau potable de son hôpital, surtout que des études avaient été déjà menées pour l’exécution d’un forage de puits d’eau.

En outre,l’Ir Bonaventure Mbuka a palpé du doigt le début effectif des travaux de construction du marché rural de Kasaï : la fondation de l’entrepôt quasi terminée, la fouille pour les deux pavillons a commencé et les matériaux sont sur place de façon à accélérer les travaux.

La piste rurale qui va du point kilométrique (PK) 617 sur la Route nationale n°1 (RN1) jusqu’à la Mission Banda, soit 53 km de longueur, a été inspectée par l’Ir Bonaventure Mbuka et toute sa délégation. Ce tronçon sera réhabilité par la méthode de la Haute intensité de la main d’œuvre (HIMO). Mais avant tout, le coordonnateur national du projet PADIR a tenu à conférer avec les paysans des villages environnants.

Le territoire d’Idiofa bénéficie des réalisations du PADIR

Le n°1 du PADIR, toujours accompagné des experts du projet à savoir le chef d’antenne de l’ex Bandundu, l’expert en suivi et évaluation ainsi que le responsable provincial de l’Agence locale d’exécution ISCO, était aussi au territoire d’Idiofa. De là, il a apprécié le Centre de transformation que le projet PADIR a réalisé en faveur d’une association des mamans dénommée «  Mam Sa Ngol » spécialisée dans la transformation de soya.

Il s’en est suivi d’un entretien fructueux à l’issue duquel le PADIR a promis l’équipement prochain du centre. La délégation du PADIR a même gouté au lait de soya made in Idiofa par cette association.

De retour à Kikwit, le coordonnateur Mbuka s’est retrouvé devant deux jolies bâtisses, œuvres du projet PADIR une fois de plus. Il s’agit du bâtiment administratif de l’Inspection urbaine du Développement rural abritant également d’autres services de la ville et du Centre de réinsertion sociale de Kikwit pour le compte du Ministère ayant le genre dans ses attributions.

Plusieurs modules de formation s’y déroulent  notamment en coupe et couture, en alphabétisation et  en transformation des produits agricoles. Ce centre sera également équipé par le projet PADIR.

De la construction d’un marché à Bulungu

Dans le territoire de Bulungu, l’équipe du PADIR s’est entretenue avec le comité d’eau de Lubungu Yoko, village qui sera doté d’un forage par le projet  dans les jours à venir. Dans la cité de Bulungu précisément au quartier N’sele, l’Ir Bonaventure Mbuka a personnellement supervisé les travaux de mesurage pour la construction d’un marché et a pris langue avec la population bénéficiaire.

De  l’autre rive de la rivière Kwilu, les experts de l’Isco s’attelaient à faire la topographie au site où sera érigé le quai d’accostage de Bulungu. Trois bâtiments, à savoir le dépôt agricole, l’atelier de menuiserie et le garage ont été réhabilité à Mushie Pentane dans le territoire de Bagata par le projet PADIR. Le n°1 du PADIR a demandé aux bénéficiaires de se prendre en charge, en s’investissant collectivement à la terre. Il leur a également rassuré l’arrivée prochaine des équipements de menuiserie. Le PADIR a également construit un abri du groupe électrogène et des latrines dans ce site.

A l’hinterland de la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu, un abattoir est en pleine construction. L’entrepreneur s’active à construire le mur de clôture et à fabriquer sur place des briques. A la cité, vers le quartier communément appelé Scibé, la délégation de PADIR a visité un centre de transformation de l’Ong GPBN.

Les membres de GPBN ont émis le vœu de voir leur centre être équipé et desservi en électricité et en eau. Ils ont reçu quant à ce, des assurances du coordonnateur national du PADIR.

Dans le quartier administratif, le PADIR a réalisé aussi des bâtiments comme le Centre de réinsertion de Bandundu qui attend son équipement et le bureau de l’Inspection provinciale placée, comme à Kenge, à côté de la Maison du Développement rural dans lequel on retrouve tous les services du Ministère du Développement rural.

Réhabilitation de 40 Km de la route à Maï-Ndombe

Dans la province de Maï-Ndombe, le projet PADIR entend entre autres, réhabiliter 40 km sur 80, reliant la cité de Masia-Mbio au chef-lieu du territoire Kwamounth. Les premiers 40 km devant être pris en charge par l’Office des Routes sur financement du FONER. Malheureusement, faute de financement, les travaux ont été suspendus depuis juillet 2015 après avoir réalisé seulement 18 km. Ceci constitue sans doute un handicap pour le PADIR qui doit partir de point kilométrique 40 jusqu’à Kwamounth.

Cette mission de supervision des activités du projet PADIR s’est terminée à Kinsele où le site de forage a été visité. Le nouveau chef coutumier et sa population ont tenu à maintenir le site choisi par l’ancien chef décédé. Ayant regagné Kinshasa, le coordonnateur national et le chef d’antenne du projet PADIR ont exprimé leurs sentiment de satisfaction de manière globale, en dépit du retard observé dans la réalisation de certains ouvrages pour  des raisons diverses.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse