Devant la Troïka de la SADC : Le Rassemblement se discrédite

par -
0 318

Comment prétendre apporter la démocratie aux Congolais et se comporter de la sorte ? Sinon, le spectacle désolant auquel  la presse a assisté hier à la Troïka de la SADC,  n’était pas à la hauteur du  Rassemblement, ce grand regroupement politique de l’Opposition congolaise qui s’est constitué autour d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, à Genval en Belgique. Et là où il se trouve, il doit regretter amèrement d’avoir légué le Rassemblement aux personnes incapables d’harmoniser, même si c’est l’intérêt du pays qui est en jeu. En effet, voulant écouter la classe politique du pays, la Troika de la SADC n’a trouvé mieux que de réunir sur une même table le Rassemblement aile Félix Tshilombo/Limete, et le Rassemblement aile Olenghankoy de Kasa-Vubu. Mais telle n’a pas été la désapprobation de la SADC de constater que Félix Tshilombo et son groupe ont préféré vider le lieu, estimant qu’ils ne pouvaient pas être logés à la même enseigne que les autres. Ils ont préféré attendre leur tour non loin du lieu du rendez-vous. Ils ont même oublié que c’est le Rassemblement présidé par Joseph Olenghankoy qui a été consulté, avant de voir un de ses membres être élevé au rang de Premier ministre. C’est donc une nouvelle dynamique avec laquelle il faudra désormais compter.

« Nous sommes dans le couloir, parce qu’il y a eu un problème des procédures. Je crois que toute démarche pour le Rassemblement va partir de l’accord de la Saint-Sylvestre et qui ne reconnait que le Rassemblement qui a été mené par Félix Tshisekedi. A l’arrivée, nous avons semblé tombés dans la confusion. Ou c’est la SADC qui tombe dans la confusion, en étrennant deux Rassemblements, ou alors, ils ne sont pas venus conformément à l’accord », indique Jean-Bertrand Ewanga, qui ajoute que cet accord qui a été reconnu par notre peuple, par l’ONU, l’Union Africaine, par le Conseil de sécurité et toutes les puissances du monde, nous ne pouvons pas accepter qu’il y ait encore d’autres consultations.  Et d’insister que nous savons que si la SADC doit venir en Rdc, c’est pour la mise en œuvre de l’accord. « C’est pourquoi nous avons considéré que le fait de recevoir ceux qui se disent du Rassemblement, c’est une insulte pour notre peuple. Toute discussion doit partir de l’accord. S’ils doivent nous recevoir, c’est dans le cadre de l’accord ! », s’exclame l’ancien bras droit de Vital Kamerhé.

Olenghankoy banalise l’incident

Il sied de souligner qu’après le départ du Rassemblement aile Félix Tshilombo, celui présidé par Olenghankoy a effectivement échangé avec la Troika de la SADC. « Vous savez que la SADC est très sensible aux problèmes de notre pays et si nous voulons remonter dans l’histoire, vous savez le rôle qu’elle a joué jusqu’à ce jour. Notre pays étant un membre de la SADC, il était tout à fait normal qu’il s’imprègne de tout ce qui se passe dans notre pays. Ils sont venus s’informer sur le fonctionnement de la République, du Rassemblement. Je suis très impressionné par leur maîtrise de la situation actuelle de notre pays. J’ai réalisé ce que disait Lumumba, que l’Afrique et le Congo ont un destin commun », martèle-t-il.

Au sujet de l’incident, le président du Rassemblement de Kasa-Vubu l’a banalisé, se contentant de dire qu’on est toujours ensemble. « C’est qui est important, c’est le Congo, les élections. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire », dit-il. C’est qui est fondamental, selon lui, c’est la recommandation d’Etienne Tshisekedi qui a dit, allez-y vers le dialogue. Il a aussi dit non à la prise de pouvoir par la force, rappelle-t-il. Il faut aller dialoguer pour amener le peuple aux élections.  « Moi je ne respecte que ce que Tshisekedi a dit. Parmi nous, il y a les dissidents qui sont entre l’opposition et la Majorité Présidentielle et qui ne sont pas encore avec nous. Chez vous ici, tout le monde est opposant. C’est qui est important, ce que nous sommes unis, nous sommes ensemble. Etienne Tshisekedi nous a dit : pour aller aux élections, il faut le dialogue. On a terminé le dialogue, qu’ils viennent discuter avec leur frère Bruno Tshibala, pour qu’ensemble on relève les défis », répond-t-il, tout en précisant que la SADC est venue nous écouter et nous lui avons donné l’état des lieux de notre pays. « Le pays est à nous, ils sont venus nous aider avec des éventuels conseils. Nous leur avons dit qu’au Congo, nous avons une volonté d’aller ensemble vers les élections », conclu-t-il.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse