Devant François de Rugy et Gérard Larcher: Aubin Minaku confirme le respect du calendrier électoral

par -
0 364
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie s’est réuni du 1er au 2 février 2018 à Paris à l’invitation de la section française et de M. François de Rugy, Président de l’Assemblée nationale française. Cet événement a réuni une trentaine de parlementaires francophones issus des quatre continents, sous la présidence de M. Jacques Chagnon, Président de l’APF, Président de l’Assemblée nationale du Québec.

Lors de ce Forum, le speaker de la chambre basse du parlement de la RDC a présenté la synthèse de la situation générale de la ROC marquée notamment par l’évolution positive du processus électoral devant aboutir en 2018 à l’organisation des élections générales en RDC.

Aubin Minaku Ndjalandjoko a réaffirmé la volonté sans faille des institutions de la RDC à veiller à la bonne tenue des dites élections, faisant allusion au point de presse du président de la République Joseph Kabila, chef de l’état, garant du bon fonctionnement des institutions. Il a par ailleurs indiqué qu’il serait salutaire que toutes les tendances politiques, de bonne foi, s’inscrivent dans le processus en cours.

Son homologue français M. François de Rugy, qui a salué la publication du calendrier électoral, s’est dit satisfait de cette volonté affichée par les autorités congolaises. Il a émis le souhait de voir toutes les forces politiques s’impliquer dans le processus. Ce, dans le respect des principes de libertés publiques.

Aubin Minaku lui a rassuré que la ROC demeure respectueuse des libertés individuelles et collectives mais que celles-ci doivent s’exercer dans le respect des règles et des lois de la République.

La rencontre s’est déroulée dans une ambiance empreinte de courtoisie et d’amitié. Ont pris part à l’audience, Rémy Massamba, 2e vice président de l’Assemblée nationale, Geneviève Inagosi, rapporteur de la commission politique de l’APF, lIeka Atoki, Ambassadeur de la RDC à Paris ainsi que Jean Pierre Lihau, Directeur du cabinet du président de l’Assemblée Nationale.

Les travaux de la réunion du Bureau de l’APF ont débuté à Paris sous la présidence de Mr Jacques Chagnon, Président de l’Assemblée nationale du Québec en présence de son prédécesseur Aubin Minaku, Président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo, président de la Section congolaise et président d’Honneur de l’APF.

En marge de ces travaux, François de Rugy, président de l’Assemblée nationale française, a réservé un accueil chaleureux à son Homologue de la ROC Aubin Minaku dans le cadre des relations bilatérales entre leurs deux institutions législatives.

Le fait marquant

Plusieurs sujets ont été traités dont principalement la situation politique en RDC. Et parmi les faits marquants de cette assemblée parlementaire, il faut noter la réaction musclée d’Aubin Minaku au pamphlet adressé sur la RDC par le chef de la Délégation belge à ces assises.

Réagissant avec véhémence, le président de la Chambre basse du parlement de la RDC a démenti énergiquement les allégations non fondées de la délégation belge sur la situation politique en RDC, présentant bien au contraire la situation socio-économique et politique réelle de son Pays. Cette mise au point, convainquant, a été très appréciée et applaudit par l’assistance. Tel a été le cas de Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale du Sénégal qui a indiqué à l’intention du Bureau que le cas de la RDC est complexe et mérite un accompagnement spécifique de la Communauté internationale.

Faisant d’une pierre deux coups, le président Aubin Minaku a été reçu cette fois, par le président du Sénat Français Mr Gérard Larcher au palais de Luxembourg. Avec ce dernier, le président de la Chambre basse du Parlement congolais a présenté la situation générale de la RDC en partant de l’Accord politique de la Saint Sylvestre à l’organisation des élections en passant par la situation économico-sociale du pays.

Aubin Minaku a démontré que toutes les institutions de la République veillent à la tenue des élections prévues le 23 décembre 2018. Ceci, a-t-il précisé, dans le respect de l’Accord du 31 décembre après évaluation en mi-parcours par la tripartite Gouvernement-CENI-CNSA. A son tour, convaincu par les détails produits par le président de l’Assemblée nationale congolaise, Gérard Larcher a émis les vœux de voir aboutir le processus électoral conformément au calendrier publié par la Commission électorale Nationale Indépendante. Désormais, contrairement aux autorités du Royaume de Belgique, celles de la République française ont une idée parfaite de la situation politique de la RDC grâce à cette diplomatie parlementaire.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse