Deux journées scientifiques à l’ISTM/ KIN: Les maladies récurrentes en RDC au centre des préoccupations

par -
0 490
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La République Démocratique du Congo regorge jusqu’à ces jours des maladies dites récurrentes, dont  le coût de soins médicaux est énorme en matière de dépense dans lensemble de sa population. Parmi ces maladies, on compte le paludisme, la fièvre typhoïde, le choléra, linfection urinaire etc. Toutes ces maladies ont pour cause convergente un environnement malsain dont cette  population occupe. La capitale Kinoise est généralement moins propre et cela fait que cette insalubrité soit la cause de beaucoup de maladies.

Tenue du 17 au 18 mars 2017 à l’ l’Institut Supérieur des Techniques médicales  de Kinshasa, ISTM/KIN, des journées scientifiques sur des recherches approfondies des maladies récurrentes, ces deux jours avaient pour objectifs d’approfondir les mécanismes d’une voie de sortie de ces maladies.

Le directeur général de l’ISTM/KIN, le professeur  François Mpona Minga, l’un des membres du comité de gestion et d’organisation de ces journées, a appelé les apprenants du 3 cycles et les étudiants de cette institution faisant partie de l’assistance, à s’imprégner et à capitaliser les différentes thématiques développées au cours de ces journées scientifiques.

Le Professeur  Mpona qui a présidé ces assises, a exhorté les participants, entre autre les professionnels de la santé, de renforcer les mécanismes de prise en charge de maladies récurrentes notamment, le paludisme, la fièvre typhoïde, le choléra, le cancer du sein.

Au moins douze thématiques ont été abordées sur le thème central de ces journées, « santé et développement : quelles stratégies pour lutter contre les maladies récurrentes en RDC ».

Des malformations parmi les effets des rayons x sur la grossesse

Le chef des travaux, Rémy Kanyinga Kazadi, a, dans son intervention, sur « la radioprotection de la femme enceinte : ce qu’il faut savoir », indiqué que les malformations et l’induction du cancer à long terme sont parmi les effets des rayons x sur la grossesse.

Il a relevé d’autres effets tératogènes d’irradiation au stade de la grossesse, des cellules différenciées et division rapide ainsi que la radio sensibilité très élevée selon l’évolution de la grossesse, dont les précautions doivent être prises par les femmes enceintes pour éviter le rayonnement ionisant.

Un autre intervenant, le Pr Léon Okenge, a relevé dans son exposé sur le thème « déterminants socio-économiques, culturels et environnementaux de la santé respiratoire chez les enfants de moins de cinq ans à Kinshasa », les facteurs présumés à risque de ces maladies notamment le tabac, les facteurs génétiques et environnementaux.

Il a déploré ces problèmes de santé publique dont la prévalence, la morbidité et la Vulnérabilité sont élevés en RDC.

Le Dr Kanyonga Mwana, quant à lui, s’est appesanti sur le thème « situation épidémiologique des pathologies récurrentes dans la ville province de Kinshasa », en relevant ces différentes maladies dont l’environnement malsain est parmi les causes.

D’autres communications ont porté notamment, sur « les soins palliatifs pédiatriques en RDC : défi ou opportunité ? », « le paludisme grave de l’enfant : profil des ménages, aspects épidémio- cliniques, et analyse des coûts de prise en charge dans les hôpitaux de Kinshasa, de la RDC », « identification des espèces plasmodiales rencontrées à Kinshasa ».

L’objectif visé en organisant ces assises, dont quelque grandes recommandations ont été données, était de mettre en évidence l’importance de la multidisciplinarité de la recherche pour la promotion de la santé, de la recherche et du partage d’expériences entre les chercheurs. La principale recommandation est que même un enfant est en mesure de faire et rendre l’environnement propre. Cela est possible grâce à la volonté politique.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse