Deux ans après: Quid de la relance de DAIPN avec LR Group Ltd

par -
0 1233
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après plusieurs tentatives, la ferme de la N’Sele a connu sa véritable relance en 2013. C’était au moment où le Gouvernement de la République a signé des contrats de gestion et de réhabilitation de l’ex Domaine agroindustriel présidentiel de la N’Sele (DAIPN) avec le groupe israélien LR Group Limited. Ce, avec l’implication personnelle du Premier ministre Matata Ponyo Mapon qui veut à tout prix relever le grand défi du social des Congolais. Et aujourd’hui, deux ans jour pour jour, la relance est effective. Cependant, l’impact de la production se fait encore attendre à Kinshasa.

Le jeudi 09 mai 2013 était un jour de fête à l’ex Domaine agroindustriel présidentiel de la N’Sele (DAIPN), aujourd’hui Ferme de la N’Sele, située dans l’Est de Kinshasa (à plus d’une quarantaine de kilomètres du centre-ville). Les ministres d’alors, ceux respectivement de l’Agriculture, Pêche et Elevage et Développement Rural, M. Jean Chrisostome Vahamwiti ; du Portefeuille, Mme Louise Munga ; de l’Industrie, Petites et Moyennes Entreprises de l’époque, M. Rémy Musungayi, ainsi que celui délégué aux Finances, M. Patrice Kitebi, avaient procédé à la signature de deux contrats avec le groupe israélien LR Group Limited (qui était représenté par son président) pour la relance de l’ex DAIPN.

C’était sous l’œil intéressé du Premier ministre Augustin Matata Ponyo. Bien d’autres personnalités et hôtes de marque avaient rehaussé de leur présence ce moment de haute portée sociale. C’est le cas des membres du Gouvernement de la République, les deux Secrétaires généraux de l’Agriculture et du Développement Rural, le gouverneur de la ville province de Kinshasa, le bourgmestre de la commune de la N’Sele, etc.

Le premier contrat, avait indiqué le ministre de l’Agriculture dans son mot de circonstance, était celui d’exploitation et de gestion du domaine pour une durée de cinq ans. Le second était un contrat d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction pour la valorisation, la réhabilitation et le développement de l’ex. DAIPN pour quatre ans.

L’ancien ministre Vahamwiti avait souligné, dans ses explications, que le projet faisant l’objet de ces deux contrats devrait être exécuté en deux phases. La première porterait notamment sur la réhabilitation des fermes avicole et porcine, ainsi que des infrastructures connexes (abattoir, chambre-froide, unité de conditionnement, etc.) et du système d’approvisionnement en eau et électricité ; l’implantation d’une unité d’aliments pour bétail, le développement de la production des légumes en serres et des vergers et le développement des chaînes de froid, sans oublier l’établissement d’un centre de formation…

La deuxième phase quant à elle, devrait consister dans le développe développement de grandes cultures et de l’aquaculture intensive ; à la réhabilitation des silos de stockage et enfin, à l’extension des infrastructures de conditionnement. « Ces contrats que nous signons sur ce site, d’une grande importance, interviennent après la finalisation des projets agricoles spécifiques des onze provinces et qui ont déjà fait l’objet d’approbation par le Gouvernement. Cet arsenal de projets agricoles va, à coup sûr, améliorer la sécurité alimentaire de la population congolaise », avait ainsi déclaré le ministre de l’Agriculture.

Mais, il y a déjà deux ans passés aujourd’hui après la signature de ces contrats, les Congolais n’ont pas encore palpé l’impact des productions de la Ferme de la N’Sele. Alors, le peuple congolais devrait attendre encore combien de temps pour vivre les effets de tout cet arsenal de projets, en vue de l’amélioration de sa sécurité alimentaire ?

L’apport de 55 millions Usd du Gouvernement

A la même occasion, le 09 mai 2013, de la signature de relance de la Ferme de la N’Sele, et dans une interview accordée à la presse, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon avait souligné pour sa part, que « pour la première fois, le Domaine agropastoral industriel présidentiel de la N’Sele est réhabilité avec près de 55 millions de dollars américains des ressources propres… Donc, c’est un travail sur lequel nous accordons beaucoup d’importance. Ceci démontre que la gouvernance, la lutte contre la fraude, la lutte contre la corruption, c’est du réel ».

Quant au panier de la ménagère, le chef du Gouvernement avait affirmé : « Nous avons lancé le programme agricole dans les différentes provinces. Nous avons donné des ressources… La ferme de la N’Sele certainement, va apporter, non seulement des poulets dans le panier de la ménagère, mais aussi dans l’assiette du Congolais. Et nous allons continuer, parce que, nous travaillons avec les gouverneurs des provinces. Aussi, il y a des experts américains qui arrivent pour la création d’un premier village agricole dans la périphérie de Kinshasa ».

Cependant, toutes ces promesses fortes données ce jour-là, jusqu’à aujourd’hui, deux après cette relance de la ferme de la N’Sele, ne sont pas encore concrétisées. Les poulets de l’ex DAIPN ne sont pas perceptibles, jusqu’à ce jour, que ce soit dans le panier de la ménagère que dans l’assiette des Kinois.

(Lepetit Baende  )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse