Desserte énergétique: Zongo 2 s’achève, Zongo 1 attend sa réhabilitation

par -
0 272
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Premier Ministre Bruno Tshibala Nzhenze a reçu, lundi dernier, la visite du représentant de la société chinoise Syno Hydro. Les deux personnalités ont passé en revue plusieurs réalisations de Syno Hydro en République démocratique du Congo. Mais le point essentiel a été basé sur l’assurance donnée par ce responsable de Syno Hydro quant à la mise en service de la centrale hydroélectrique de Zongo 2, située dans la province du Kongo-central.

En effet, les travaux de construction de ce nouveau barrage sont largement avancés grâce au concours de cette entreprise chinoise Syno Hydro. Toutefois, le Gouvernement peut aujourd’hui se réjouir pour la réalisation de la centrale de Zongo 2. Cependant, il ne doit pas surtout oublier de penser à réhabiliter le barrage de Zongo 1. Hamarjkiold

A savoir, cette centrale hydroélectrique de Zongo 1 émane de la division centrale de Zongo et Sanga de la Direction de la production Ouest de la Société nationale d’électricité (SNEL) dans la province du Kongo central. Sa puissance installée totale est de 75 mégawatts et elle est équipée de cinq groupes (3 x 13 Mw) + (2 x 18 Mw).

Ses travaux de construction avaient débuté à l’époque coloniale, le 10 mars 1951. Et ses trois premiers groupes ont été inaugurés le 23 octobre 1955 et puis les deux derniers en juin 1965. Donc, bientôt, la centrale hydroélectrique de Zongo 1 totalisera 62 ans d’existence.

Cependant, depuis plus de quinze ans déjà aujourd’hui, ce barrage est à l’état d’abandon total. Sur les cinq groupes qu’il compte, deux seulement fonctionnent et les trois autres sont en arrêt.

Plus pire encore, il n’y a même pas de projet en perspective, comme c’est le cas au site énergétique d’Inga (toujours au Kongo central), en faveur de ce barrage Zongo 1. Voire son personnel, pourtant qualifié, y est vraiment démotivé.

Voila pourquoi, considérant que le besoin en énergie est encore prépondérant, ou mieux, presque total à travers toute la Rdc, la Société civile a toujours interpellé les autorités du pays de ne pas commettre l’erreur de négliger la centrale hydroélectrique Zongo 1, pour ne privilégier que Zongo 2. D’autant plus que ce barrage a beaucoup servi le pays, et cela, durant plusieurs années.

Pour la Société civile, si seulement cette centrale Zongo 1 est réhabilitée aujourd’hui, elle sera à même de  continuer à servir le pays pendant longtemps encore, en produisant plus de mégawatts d’énergie électrique pour la population de Kinshasa (qui souffre du manque criant du courant électrique et du phénomène de délestage), pour celle du Kongo central ainsi que pour d’autres coins de la République.

D’ailleurs, même seulement avec ses deux machines en fonction, le barrage Zongo 1 desserve encore en énergie électrique, une bonne partie de la ville de Kinshasa, notamment dans la commune de la Gombe, aux quartiers Badiadingi, Lemba Salongo, Camp Kabila, etc.

Du contexte

En plus de ses innombrables ressources du sol et du sous-sol, la République démocratique du Congo regorge une forte potentialité énergétique. Rien que pour l’hydroélectricité (sans compter les autres énergies telles que solaires, éoliennes, etc.), le pays est à même de produire une capacité de 100.000 mégawatts (Mw) d’énergie électrique et ainsi, pouvoir même électrifier tout le contient d’Afrique.

Pourtant, à ce jour, l’on estime à seulement 15 % la moyenne de la population congolaise ayant accès à l’énergie électrique. Toutefois, il y a lieu de reconnaître que le Gouvernement de la République recherche des solutions pour relever ce défi du déficit énergétique dans le pays. Ainsi, s’investit-il pour la réalisation de plusieurs projets spécifiques dans le secteur de l’électricité.

A court terme, l’on peut citer entre autres, la construction achevée du barrage de 13,8 Mw à Matebe, dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu ; la réhabilitation en cours des centrales d’Inga 1 et 2 au Kongo central, celle de Tshopo dans la nouvelle province de la Tshopo ainsi que celles de Nseke et Nzilo dans le grand Katanga qui devrait porter le productible de 800 Mw à 1.300 Mw.

Il y a lieu de noter aussi la construction (largement engagée) des centrales de Zongo 2 dans le Kongo-central, de Kakobola au Sud-Kivu et de Katende dans le Kasaï-central, qui, ensemble, devraient produire près de 230 Mw ; etc. Et à moyen terme, le Gouvernement de la République s’investit dans la construction du barrage d’Inga 3 basse-chute devant produire 4.800 Mw, dont 2300 Mw seront destinés à la satisfaction de la demande intérieure.

L’entrée en opération de ces différents ouvrages devrait améliorer le taux de desserte en électricité qui reste encore faible à travers le pays, par rapport à la moyenne africaine de 30 %, avait indiqué le Président de la République Joseph Kabila Kabange dans un discours sur l’Etat de la Nation. C’était devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès.

C’est donc le grand défi que doit maintenant relever le Gouvernement de la République et ses partenaires du secteur, commente-t-on.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse