Desserte énergétique en Rdc: Forte implication de la Société civile au Projet Inga III

par -
0 460
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A travers le Projet d’appui au plaidoyer pour l’accès inclusif de la population congolaise à l’énergie électrique, la Société civile de la Rd Congo s’est très impliquée au processus de mise en œuvre du barrage d’Inga III. Financé par la fondation OSISA à hauteur de 100.265 dollars américains pour une année, ce projet se doit de tenir compte des revendications de la population par rapport au développement du Grand Inga. 

LeGouvernement congolais s’investit depuis un temps, à pouvoir réaliser d’autres centrales hydroélectriques dans le complexe énergétique d’Inga, en plus de ceux qui existent déjà (barrages d’Inga 1 et Inga 2 construits pendant la deuxième République), dans la province du Kongo central. Ce, jusqu’à Inga 8 pour atteindre, en principe, la capacité de 40.000 mégawatts que regorge le seul site d’Inga sur les 100.000 Mw du potentiel énergétique de la Rdc.

A ce jour, tout est mis en œuvre pour lancer le Projet de construction du barrage d’Inga 3 basse-chute (il y aura également Inga 3 haute-chute), d’une capacité de 4.800 Mw. Pour le Gouvernement, c’est la première phase de l’aménagement du Grand Inga en une série de projets hydroélectriques.

Le coût pour la réalisation de ce projet oscille autour de 12 milliards de dollars américains. Un consortium privé (ou développeur du projet) se chargera de ce fait, de la construction du barrage ainsi que d’autres infrastructures sur le site.

La Société civile quant à elle, ne s’est pas mise à l’écart de ce projet grand Inga auquel dépend absolument la vie de toute la population congolaise. Elle s’y est impliquée sérieusement malgré les quelques difficultés qu’elle rencontre.

Un projet de la Société civile financé par la fondation OSISA

En effet, le Centre national d’appui au développement populaire (CENADEP) et le Réseau PRODDES (Promotion de la démocratie et des droits économiques et sociaux) ont fait le constat de la vague des réformes survenues au pays après la mise en œuvre de la Constitution. Ce qui a amené ces deux grandes organisations de la Société civile de la Rd Congo à mettre sur pied la Coalition des organisations de la société civile pour le suivi des réformes de l’action publique (CORAP).

Et celle-ci s’est intéressée premièrement à la réforme du secteur de l’électricité à travers l’étude de faisabilité du projet Grand Inga (développement du site d’Inga, de 3 à 8, pour plus de 100 milliards de dollars américains). En vue de mieux assurer le suivi de ce projet, la CORAP travaille avec les organisations locales, nationales et internationales.

C’est ainsi qu’est née l’idée de mettre en place le Projet d’appui au plaidoyer pour l’accès inclusif à l’énergie. Et la fondation OSISA (Open society initiative for southernAfrica) a accepté de financer ce projet à hauteur de 100.265 dollars américains. C’est un projet qui tient compte des revendications de la population par rapport au développement du projet Grand Inga.

Les objectifs du projet sont donc de renforcer la capacité de la Société Civile, les médias et les communautés locales pour surveiller la mise en œuvre du projet Grand Inga et le développement des sujets connexes; de soutenir une synergie des initiatives au niveau local, national et régional pour pousser le Gouvernement, les partenaires techniques et financiers à prendre en considération les revendications des populations en matière d’accès à l’énergie; et d’appuyer l’analyse, la publication et la diffusion de l’information à travers les médias largement distribués, les réseaux sociaux et la communication de voisinage pour renforcer la responsabilité des dirigeants.

Le projet Grand Inga doit d’abord profiter à la population

Dans ce cadre, la Société civile mène des plaidoyers en diverses directions pour que ce projet Inga 3 Bc profite plus à la population congolaise. Aussi fait-elle des plaidoyers pour avoir une représentation au sein du Comité de facilitation du site d’Inga (CEFI).

En effet, la Société civile dénonce que ce projet Inga 3 Bca une vocation commerciale et non sociale. La Société civile estime que les 1.000 Mw destinés à la population sont encore insuffisants et réclame qu’ils soient augmentés jusqu’à 50 % des 4.800 Mw du projet Inga 3, au besoin de la population.

A l’issue d’un atelier, les acteurs de la Société civile ont formulé des recommandations que le Gouvernement de la République voudra bien prendre en compte, avant de lancer le projet Inga 3 Bc. Notamment, d’indemniser les populations affectées par la construction des barrages Inga 1 et Inga 2, et aussi, celles qui seront affectées par la construction du barrage Inga 3.

Lesdites recommandations insistent sur une participation totale de la Société civile et des communautés locales dans toutes les phases du projet. Que les populations concernées soient également informées en temps réel de tout ce qui se fait dans la mise en œuvre du projet.

La Société civile exige surtout des études complémentaires au préalable (dont les études d’impacts environnementaux et sociaux) avant le démarrage du projet, et cela, jusqu’à Inga 8. Elle encourage également le Gouvernement à développer beaucoup plus de micro-barrages, barrages à taille moyenne, et d’autres énergies renouvelables, « parce que, moins chères et faciles à développer dans toutes les provinces ».

(LepetitBaende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse