Désignation de Joseph Olenghankoy au CNSA: Henri Thomas Lokondo invite Joseph Kabila à ne pas entériner

par -
0 520
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La désignation de Joseph Olenghankoy au poste de Président du Conseil National de Suivi de l’Accord, du 31 décembre 2016, soulève toujours des vagues et montagnes de protestations dans les états-majors des partis politiques. Si dans un camp l’on salue la désignation de Joseph Olenghankoy Mukundji, dans un autre camp l’on sollicite l’arbitrage du Chef de l’Etat pour ne pas entériner ladite désignation par son ordonnance. Et ce, parce que le consensus est brisé.

Sans état d’âme, ce député national estime que la désignation du leader de Forces Novatrices de l’Union Sacrée (Fonus) à la tête du Conseil National de Suivi de l’Accord ne devrait pas être entérinée par le chef de l’Etat pour entorse à la procédure. Et pour rétablir le consensus brisé, l’élu de Mbandaka demande au Président de la République de reprendre la procédure avant toute signature de l’Ordonnance.

Henri Thomas Lokondo Yoka, président national de l’Union des Congolais Libres, rejette ce choix avec arguments à l’appui. Il propose une voie de sortie qui implique Joseph Kabila Kabange dans le règlement de ce conflit. « Il n’y a que le chef de l’Etat qui peut le faire. Il est question à présent de reprendre courageusement à zéro toute la procédure qui a conduit à la mise en place du bureau du CNSA. Il n’y a pas d’autres alternatives », a-t-il indiqué. Pour lui, le consensus est un accord général sans opposition formelle. Ce qui veut dire qu’on dégage un accord sur le sujet sans que les parties prenantes fassent opposition. « A mon humble avis, si j’étais le conseiller du Chef de l’Etat, j’allais lui dire de ne pas prendre acte et, donc, de ne pas signer l’ordonnance investissant quelqu’un sur base d’un consensus brisé. Il faudrait qu’on reprenne les choses », a-t-il précisé.

A l’en croire, l’UNC de Vital Kamerhe et le Front pour le Respect de la Constitution piloté par le MLC, délégués au Centre Interdiocésain et parties prenantes à la signature de l’Arrangement particulier au Palais du Peuple, contestent tous le choix d’Olenghankoy. C’est là que le consensus est brisé.

Bien plus, Henri Thomas Lokondo note que l’Accord de la Saint Sylvestre invoque un seul Rassemblement. « Et on voit très bien que le Rassemblement est celui qui est à Limete. C’est clair. Il faut donc que le Chef de l’Etat puisse retravailler en recontactant les uns, les autres… », a-t-il fait savoir.

Cependant, l’opinion s’interroge si l’appel du député national élu de Mbandaka dans l’Equateur sera-t-il entendu. Difficile de répondre pour l’instant. Sinon, il y a malaise au sein de la classe politique.

Toutefois, à la famille politique du Chef de l’Etat, la Majorité présidentielle, l’avalanche de protestations contraste à la position rendue publique. Selon le communiqué signé par son porte-parole, Alain André Atundu Liongo, la désignation d’Olenghankoy au poste de président du Conseil National de Suivi de l’Accord dénote la détermination du président Joseph Kabila à poursuivre la mise en œuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Par ailleurs, la Nouvelle Société Civile Congolaise, en appelle à la démission immédiate de Joseph Olenghankoyi et invite la population congolaise et la communauté internationale à ignorer l’actuelle administration du CNSA.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse