Désignation de Corneille Nangaa aux destinées de la CENI: CENCO non impliquée

par -
0 1256
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les autres confessions religieuses l’ont voté par consensus

Corneille Nangaa, futur numéro 1 de la CENI ?

  • Après deux jours de travaux au Centre interdiocésain à Kinshasa, les Confessions religieuses ont, par consensus, voté Corneille Naanga comme seul et unique candidat valable pour succéder à Apollinaire Malumalu à la tête de la CENI. Et comme les choses vont vite, hier déjà, en fin de matinée, Mgr Marini Bodo a conduit la délégation de ses pairs devant le Speaker de la Chambre basse Aubin Minaku pour l’en tenir officiellement informé 
  • De son côté, l’Eglise catholique se dit non concernée par ce vote ‘’qui n’en était pas un et qui semblait être décidé en amont’’. Les princes de l’Eglise s’étaient retirés de ces assises, pointant d’un doigt accusateur les 7 autres confessions religieuses autour des divergences notables sur des principes majeurs constituant, à la limite, l’irréparable ayant milité en faveur de cette soustraction

Après la démission de l’Abbé Apollinaire Malumalu, le samedi 10 octobre courant, de son fauteuil de Président de la CENI, Commission électorale nationale indépendante, une décision du reste actée par Joseph Kabila, la société civile, ci-représentée par les confessions religieuses est passée à la vitesse supérieure. Vite, elles se sont réunies, du lundi 19 au mardi 20 octobre 2015, au Centre interdiocésain de Kinshasa, dans la commune de la Gombe, pour trouver un successeur au prélat démissionnaire.

Un vote sans CENCO

Si cette démarche a été saluée de toutes les parties, elle a connu des couacs, heurts au point de déboucher sur des rixes. Les atermoiements  s’y prêtaient mais il fallait parer au plus pressé.

Mgr Marini et ses pairs hier après leur rencontre avec  Aubin Minaku

Pourrait-on dire ici que c’est dans les habitudes des princes de l’Eglise de commencer dans cet œcuménisme pour ne pas aller jusqu’au bout ? Loin s’en faut même si la démarche semble l’approuver, lorsqu’un coup d’œil est jeté sur le retrait des Catholiques de la CIME, dans quasiment mêmes conditions.

Affirmant que le vote ayant débouché sur celui que l’on appellera désormais ex-Secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante n’en était pas un, l’Eglise catholique avoue que des échanges entre les représentants des diverses Confessions religieuses commis à cette tâche, il est apparu des divergences notables sur des principes majeurs devant être respectés pour honorer une telle responsabilité leur confiée.

Mais c’est un secret de Polichinelle dans la sphère sociopolitique  congolaise. Il est difficile d’opérer un choix qui fasse l’unanimité sur le quota ‘’Société civile’’, sans allumer des débats liés à l’appartenance ou la non-appartenance à la Majorité ou à l’Opposition en République démocratique du Congo.

Ainsi, l’Eglise du Christ au Congo (ECC), la Communauté islamique au Congo (COMICO),l’Eglise kimbanguiste, l’Eglise du réveil, l’Armée du salut essentiellement sont stigmatisées dans cette démarche. Des réalités ex cathedra auraient probablement étaient de la partie.

Là où les Romains s’empoignèrent

Malgré le retrait de la CENCO, laissant la voie libre aux autres d’en décider comme bon leur semblerait, hélas, Corneille Nangaa, ce  candidat de la sous composante “confession religieuse” sans CENCO,  a été désigné par Consensus pour remplacer l’Abbé Apollinaire Malumalu. C’est donc à cet effet que la délégation conduite par Mgr Marini Bodo l’a fait savoir, hier matin, au Président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku. Si  à ce niveau tout passe, ce qui ne sera du reste pas une surprise, c’est sera Corneille Naanga le prochain et 4ème Président de La CENI. Ce, après Malumalu 1, Ngoy Mulunda et Malumalu 2. Les tout, avec ou sans la CENCO, hélas. Quelle en sera donc la suite dans cette atmosphère de la politique de la chaise vide ? L’avenir en dira long. Pourvu que l’heureux promu soit à la hauteur de sa tâche, au profit de la République.

Corneille Nangaa est jusqu’ici Secrétaire exécutif adjoint de la Commission électorale nationale indépendante. Selon des sources proches des confessions religieuses, Corneille Nangaa est un laïc protestant. Il était le candidat de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) au poste de président de la Ceni. Ce qui se justifie vu sa promiscuité avec Mgr Marini. En plus, tous deux sont issus d’un même coin, l’ancienne province Orientale.

Ainsi, après une semaine et demie de tractations et d’analyse, les confessions religieuses concernées sont allées remettre au Speaker de la Chambre basse du Parlement le procès-verbal qui a sanctionné la fin de leurs discussions. Selon la loi, c’est l’Assemblée nationale qui doit entériner leur choix.

  1. Naanga aurait l’avantage sur d’autres noms qui courraient les rues. Parmi les critères pris en compte pour désigner le successeur de Malumalu, il fallait notamment citer la technicité  et  la probité morale. Mais saura-t-il relever le défi dans le contexte actuel où la CENI manque les moyens de sa politique ? En tout cas, il n’a pas de choix. Le prochain président devra relever plusieurs défis, commençant par un calendrier aménagé, tenant compte des délais constitutionnels en vue de l’organisation des élections. C’est après cela que les pronostics joueront pour ou contre la réussite du cycle électorale en Rd Congo. Il devra en outre avoir les moyens de sa politique. Sans quoi, la montagne ne pourra accoucher que d’une souris.

 

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse