Descente d’une mission d’enquête au Kasaï: Les yeux sont rivés sur le vote du conseil des droits de l’homme

par -
0 320
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme chaque mercredi, hier la Monusco était face à la presse pour scruter la dernière actualité du pays. Nombreux ont voulu savoir à quand la descente d’une mission d’enquête au Kasaï ? Pour le Coordonnateur de la Division de l’Information publique et porte-parole par intérim de la MONUSCO, Théophane Kinda, il faut savoir en ce qui concerne l’enquête internationale, il faut préciser les choses suivantes : c’est un appel qui a été fait pour une enquête par le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, et la décision revient au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies qui devrait pouvoir prendre une décision.

« Je pense que si tout va bien, demain ou après-demain, le vote aura lieu et on saura dans quelle direction on se dirige. Je ne sais pas si ma collègue a quelques éléments d’information complémentaires », dit-il.

Pour Aurelie FUCHS, Chargée par intérim de l’Unité des rapports et des enquêtes spéciales au Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme, la Monusco reste  effectivement très préoccupée par la situation au Kasaï. « Comme M. Kinda l’a indiqué, c’est un appel du Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme qui a été lancé le 9 juin dernier, demandant donc au Conseil d’adopter une résolution pour un mécanisme international d’enquête », explique-t-il, avant d’ajouter que le de dialogue interactif s’est tenu hier au Conseil des droits de l’homme, lors de sa 35e session. La délégation était effectivement menée par Mme la ministre des Droits humains en RDC. Et effectivement, elle a déclaré qu’elle était plutôt contre ce type de mécanisme.

Et de renchérir que c’est bien sûr aux Etats membres du Conseil des droits de l’homme de décider et donc, un vote aura certainement lieu demain ou éventuellement après-demain. On ne peut pas vous donner une date exacte car les propositions sont acceptées les unes après les autres. Et la République démocratique du Congo se trouve un peu au milieu, en fait, ni un des premiers sujets, ni un des derniers. Donc, c’est difficile de donner une date exacte.

La Monusco est engagée

Au cours de ce rendez-vous avec la presse, certains journalistes ont eu l’impression que la Monusco était revenue à sa mission originaire, l’observation à Kananga. Pour le Coordonnateur de la Division de l’Information publique et porte-parole par intérim de la MONUSCO, Théophane Kinda, à Kananga précisément dans le Kasaï. Vous savez que depuis l’éclatement de la crise nous n’avions pas de bureau sur place. Immédiatement après l’éclatement de la crise, nous avons installé un bureau plein. Nous avons du personnel militaire. Nous avons du personnel civil. Et tout cela en très peu de temps. Ce qui confirme que nous ne sommes pas des observateurs.

Deuxièmement, toujours dans le Kasaï, je peux prendre l’exemple, nous avons déployé au moins 250 casques bleus, pour essayer de sécuriser la situation au plus fort de la crise. Et nous comptons dans les jours à venir, augmenter notre présence dans les zones où nous n’y sommes pas pour le moment.

Donc, autant d’éléments qui nous font dire que, nous ne sommes pas des spectateurs. Nous sommes en train d’accompagner le gouvernement dans son processus de développement, dans le processus de sécurisation, que ce soit dans le Kasaï, que ce soit ailleurs.

« Vous savez bien que dans le domaine des élections, nous avons aidé à transporter tout le matériel et les équipements d’enrôlement. Et grâce à notre appui, aux efforts du gouvernement, de la CENI, nous avons pu atteindre environ 22 millions de personnes enrôlées et nous avons transporté au moins 4 000 tonnes d’équipements, de matériels », informe-t-il, tout en insistant sur le fait que nous ne sommes pas des observateurs, nous sommes en train de faire ce que nous pouvons, pour aider le gouvernement dans ses efforts.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse