Dépréciation de la monnaie locale: Les bailleurs véreux réajustent le loyer en dollar américain

par -
0 475
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La dépréciation de la monnaie locale face à la devise américaine engendre des conséquences incalculables sur le marché de prix. La stabilité macroéconomique, jadis maitrisée par le Gouvernement Matata Ponyo, bat de l’aile depuis l’avènement du Gouvernement Samy Badibanga en plus de celui issu de l’Accord de la Saint- Sylvestre, conduit par Bruno Tshibala Nzenze.

Au regard de cette dépréciation, la population congolaise plus particulièrement kinoise ne sait plus à quel saint se vouer. Outre la flambée de prix sur le marché de consommation, un autre phénomène s’invite dans la vie des Congolais. C’est que les bailleurs sans pitié, sans cœur ni compassion s’invitent à cette descente aux enfers de leurs locataires. De 92.000 Fc/100 dollars américains, la dévaluation de la monnaie locale, indique 170.000Fc/100 dollars américains, soit une dévaluation à 80%. Pourtant, les fonctionnaires et autres agents du secteur privé sont payés au taux bancaire de 92.000 Fc/100 dollars, et lorsqu’il s’agit de payer le loyer, il faut désormais ajouter 78.000 Fc, soit un manque à gagner considérable. Donc, un loyer de 200 dollars au taux bancaire équivaut à 184.000 Fc ; mais au taux parallèle, dit taux du jour, le loyer de 200 dollars équivaut à 340.000 Fc.

En dépit de la dépréciation de la monnaie locale, certains bailleurs véreux, empreint de la boulimie financière s’évertuent à majorer le loyer en dollars.

Cette situation atypique que les locataires congolais subissent, interpelle l’autorité provinciale. Celle-ci est appelée à prendre des mesures susceptibles de sécuriser cette couche de la population contre les griffes de bailleurs véreux.

Donc, l’autorité compétente, entendu le ministère de l’Urbanisme et Habitat à travers ses services disséminés dans les différentes maisons communales doit ouvrir l’œil et le bon, face à cette situation atypique qui divise les ménages congolais. Le couple est contraint de se séparer momentanément car, en difficulté d’honorer le caprice des bailleurs qui majorent le loyer en devise américaine, face à la dévaluation de la monnaie locale. En dehors de l’augmentation du loyer en devise internationale, les bailleurs exigent de leurs locataires l’ajustement de la garantie locative. Faute de quoi, les locataires sont délogés en toute illégalité et impunité devant l’impuissance de l’autorité compétente.

A la suite de la dévaluation de la monnaie locale, face à une situation atypique de bailleurs, la situation économique que connait la République Démocratique du Congo appel à une réflexion citoyenne, à une réflexion patriotique avec un esprit d’amour envers autrui. Certes, la Bible dit « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car, les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traitres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force », lit-on dans l’épître de Paul à Timothée.

Donc, à la lecture des écritures saintes, le congolais bailleur est loin d’intérioriser les propos de notre Seigneur, face à son frère locataire dépourvu de possibilités financières indépendamment de sa propre volonté, d’honorer les engagements de son bailleur. Face à cette réalité difficile à avaler, l’Etat est mis devant ses responsabilités de veiller à la sécurité et au bien-être de sa population. C’est ici le lieu de soulever la problématique de construction de logements sociaux en faveur de citoyen démuni qui doit échapper à la colère, à l’instar de logements de l’Office National de Logement, ONL en sigle de triste mémoire. Le bailleur et le locataire face à cette situation économique morose, doivent évoluer en harmonie, en communion et compréhension mutuelle face à la misère et réalité économique qui n’épargne personne. Au lieu d’ajouter la misère à la misère, le bailleur qui a construit sur le sol congolais, dont l’Etat est propriétaire n’est pas inquiété par ce dernier, du fait de la non-exécution de la Taxe sur le revenu locatif (TRL).

Donc, le citoyen congolais dans sa majeure partie se trouverait Sans Domicile Fixe (SDF), à cause de la défaillance et complicité de l’Etat dans ce domaine, face à la malice et imperturbable bailleur sans cœur ni compassion devant son frère de sang congolais. Or, l’Africain dans sa légendaire création est solidaire qu’individualiste à l’image du capitalisme occidental qui ne voit que l’argent, au lieu d’être humaniste.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse