Dégradation de la commune de Kisenso

par -
0 979
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le bourgmeste Jacques Bile appelle au partenariat

Par rapport à son état de dégradation qui s’ajoute à son manque criant d’infrastructures de pointe, la commune de Kisenso passe pour la municipalité la plus défavorisée de la ville-province de Kinshasa. Cela est dû au fait que, contrairement à ce qui se passe dans d’autres coins de la capitale congolaise dans le cadre de la politique de la modernisation prôné par le chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, à Kisenso tout se passe au ralenti. Et pourtant, il suffit d’un coup de pouce, même du gouvernement provincial qui gère aussi un fond pour la réhabilitation des structures de son ressort, pour voir Kisenso sortir tant peu de l’apathie où elle s’engouffre.

Aucun bulldozer n’est en vue là-bas et, surtout, aucun coup de pioche n’a été donné ne fut ce que pour apaiser la curiosité de cette population qui réside dans cette entité dégradante qui renferme tout juste 17 quartiers. Une source sûre signale que vers fin 2012, un envoyé spécial de la Banque Arabe pour le Développement avait déclaré au sortir d’une audience lui accordée par une autorité compétente, que son institution venait de remettre au gouvernement congolais une somme de 12 millions d’Euros pour finaliser entre  autre la  grande avenue asphaltée de Kisenso mais jusque-là, la population continue à se poser de nombreuses questions pour connaître à quand cette commune pourra aussi voir stationner en toute sécurité au rond-point de l’hôpital d’Etat des bus « Esprit de vie ».

D’autre part, au lieu de contribuer au développement de la municipalité, certains chefs des quartiers se prélassent comme dans un territoire conquis et commettent des bévues qui ne manquent pas de laisser tout  le monde éberluée. Percevant par-ci par-là indûment de l’argent même pour des faits anodins et ils sont passés maîtres dans la vente de terrain sans normes cadastrales oubliant que cette commune est bâtie sur une pente dégradante. Le cas le plus marquant qui surprend tout le monde présentement c’est ce qui se passe sur l’avenue du 30 juin au quartier Amba.

D’après les informations reçues sur place, le chef du quartier aurait vendu à un endroit inapproprié un espace au propriétaire d’une gargote baptisée « Auberge » afin d’y bâtir un autre lieu de jouissance. Oubliant qu’à Kisenso chaque pluie amène avec elle de nombreux problèmes entraînant des écroulements des maisons et la flétrissure qui est à la base de nombreux ravins dans cette partie de Kinshasa.

En effet sur l’avenue du 30 juin, juste après que ce « propriétaire fortuit » a fait enlever l’herbe et les arbres qui couvaient cet espace pour contenir la pluie, il n’a pas pu continuer son travail puisque la première averse qui est tombée a tout emporté enfantant ainsi une tête d’érosion qui est finalement devenue un grand ravin produisant ainsi le déplacement massif de la population qui a vu ses maisons écroulées. Ecoutez ce que dit justement cette population :

Monsieur Bule, habitant de Kisenso : «  Je m’appelle Bule, je suis habitant du quartier Amba dans la commune de Kisenso et j’habite au n°1 de l’avenue du 30 juin. Nous sommes en danger par rapport à ce ravin que vous voyez devant vous qui est une émanation d’un papa qui voulait monter un hôtel à cet endroit. Il a commencé par barrer la route, on ne sait pas trop s’il avait fait de son propre grès où s’il l’a fait avec le consentement du Chef de quartier. Ici, il y avait des maisons et à cause de ce papa, nonobstant nos dires il a continué à faire la sourde oreille… Il a placé de nombreux sacs pour barrer la route et contenir d’après lui l’eau de pluie. Hélas ! Il a suffit seulement d’une pluie diluvienne qui s’est abattue à Kisenso pour voir qu’avec la pression de l’eau venant de la maternité des Sœurs catholiques en longeant cette avenue, le barrage a cédé emportant aussi certaines maisons que se trouvaient en cet endroit… Devant cette situation, le silence du Chef du quartier étonne tout le monde et cela présage sa complicité dans la dégradation de cette entité »…

Au stade où nous en sommes la comme de Kisenso se retrouve orpheline et manque de tout. Le tout dépend des instances supérieures pour redonner de l’espoir aux habitants de Kisenso , cette comme qui fait aussi partie de 24 que compte la ville de Kinshasa »…

Et aussi Kisenso est l’unique commune de la ville de Kinshasa où l’eau ne coule que la nuit entre 23h et 3h du matin, exposant ainsi les pauvres femmes de la contrée à la merci de Kuluna sous l’obscurité permanente. En ce qui concerne le courant (la Snel), un délestage sévère est appliqué à ces Congolais qui ne connaissent pas le bonheur de la révolution de la modernité. Il est difficile de voir cette commune alimentée en électricité pendant la journée. En dehors du délestage qui prend une journée entière, soit 24 heures, il est appliqué aussi le départ c’est-à-dire la cabine ne doit en aucun cas servir les habitants en électricité. Le CVS et la sous-station de Lemba se jetant la responsabilité. Un des responsables techniques  de la Snel de la même commune préfère mettre de côté les journaliers qualifiés pour utiliser son cousin dans le but de «monnayer» le délestage ou le départ unique moyennant une somme d’argent par parcelle à son profit personnel. Malgré cette situation, la population s’acquitte régulièrement des factures leurs envoyées et ne demande que soient dénichés les ennemis de la révolution de la modernité qui font souffrir la population de ce coin déjà délaissé.

Dans le même chapitre, les habitants sont hantés par le prétexte, pendant les éditions de foire, que leur courant est envoyé aux installations de la Fikin. Alors que pendant cette période des grandes vacances que les enfants méritent un bel encadrement  en famille en suivant la télévision en restant dans la maison au lieu de vagabonder.

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse