Défis de la mise en œuvre du Plan de rattrapage VIH: Marc Saba juge opportun le Forum de Dakar

par -
0 435
Marc Saba, Directeur-Pays de l’Onusida en Rdc lors d’un entretien (Ph/Prince)
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Directeur-Pays du Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) en République démocratique du Congo, salue l’opportunité de la tenue du Forum des médias  sur l’information concernant le « Plan de rattrapage du VIH/SIDA » et les objectifs de développement Durable (ODD) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, à Dakar au Sénégal.

Cet atelier de deux jours, qui réunit une trentaine de participants, a pour objectif de renforcer les capacités des professionnels des médias pour plaider et promouvoir le Plan de rattrapage VIH/SIDA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, et l’initiative « Deux millions de travailleurs communautaires de la santé ».

Pour  le Directeur-Pays de l’ONUSIDA, Marc Saba,  la formation des journalistes est vraiment capitale. Car, elle fait partie du quatrième pilier ou axe du Plan de rattrapage VIH, qui est le plaidoyer et la communication, à côté duquel, l’on trouve le leadership  politique,  la prestation des services, et le financement.

«  Il est extrêmement important que les hommes et les femmes  des médias comprennent  pourquoi ce Plan a été formulé, mais également comprendrent les dimensions liées au fait que ces régions africaines doivent rattraper les retard dans la lutte contre le VIH/SIDA. L’engagement a été pris pour que le traitement  soit triplé au bout de trois ans.  C’est un atelier qui va permettre aux journalistes de comprendre le contenu de ce plan, les résultats attendus et sa mise en œuvre et bien sûr,  les principaux acteurs  impliqués qui doivent être mobilisés  pour que la mise en œuvre de ce plan soit un succès », a indiqué Marc Saba lors d’un entretien.

Aussi, souligne-t-il, l’atelier vise à impliquer les  médias dans leur rôle d’accompagnement, de plaidoyer et de communication pour qu’il y ait une certaine visibilité  au tour de ce Plan, et en même temps, il y a un besoin de communication autour des acquis en termes des résultats sur le terrain qui doit être fait.

« C’est tout un accompagnement qui doit être fait tout au long de la mise en œuvre de ce Plan, et nous estimons que les journalistes doivent être bien outillés pour une communication adéquate autour de ce plan et aussi à nous rappeler le rôle de chaque acteur. Car il y a des responsabilités et chacun devra jouer  sa partition pour que la mise en œuvre  de ce plan soit un succès », a renchéri ce haut fonctionnaire des Nations unies.

Globalement, Marc Saba estime que la mise en œuvre du Plan de rattrapage se déroule assez bien, même s’il y a des spécificités d’un pays à l’autre. Il y a des pays qui sont en avance et d’autres en retard malheureusement pour ce qui concerne la couverture de traitement antirétroviral, alors que l’idéal pour les Nations unies, est justement de rattraper, de combler ce retard dans les pays prioritaires, à savoir : la République démocratique du Congo, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la RCA, le Libéria, la Sierra Léone, la Guinée et le Benin, pour arriver à une couverture équilibrée et équitable.

« Nous avons des couvertures qui  sont autour de 30, 32% alors qu’en Afrique du Sud, on a des couvertures qui  atteignent 60, voire 70%,…Donc, il y a un sursaut que nous devrons avoir au niveau de la  région de l’Afrique du Centre et de l’Ouest pour justement trouver les meilleurs stratégies opérationnelles pour  rattraper ce retard. Voilà, ce qui motive  la formulation du Plan de rattrapage », conclut le Directeur-Pays de l’ONUSIDA en Rdc.

(Yassa/ depuis Dakar)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse