Découpage territorial

par -
0 629
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’avantage des provinces issues du démembrement de la Province Orientale

Les quatre nouvelles provinces résultant de l’éclatement de l’ancienne Province Orientale ont un dénominateur commun que nous considérons comme un avantage par rapport à plusieurs autres nouvelles provinces. C’est donc l’existence au moins d’un aéroport national dans chacune de ces nouvelles provinces. Cependant, les nouvelles provinces de Bas-Uélé et Haut-Uélé manquent de bâtiment pour démarrer tandis que celles de l’Ituri et de la Tshopo héritent déjà d’infrastructures adéquates pour asseoir leurs institutions.

D’aucuns n’ignorent qu’à la suite du découpage territorial, la République démocratique du Congo passe de onze à vingt-six provinces. La Province Orientale, quant à elle, a officiellement éclaté, depuis le 6 juillet dernier, en quatre nouvelles provinces qui sont : la Tshopo, l’Ituri, le Bas-Uelé, Haut-Uelé.

Selon un constat fait en juillet dernier par Radio Okapi, après ce démembrement de la Province Orientale, les nouvelles provinces de l’Ituri et de la Tshopo héritent déjà d’infrastructures adéquates pour asseoir leurs institutions. Par contre, les nouvelles provinces des Bas et Haut Uélé manquent de bâtiment pour démarrer.

L’Assemblée provinciale de la Tshopo hérite d’infrastructures adéquates de son chef-lieu Kisangani. La ville dispose de deux aéroports, d’un port et de plusieurs résidences officielles. À considérer la configuration actuelle, les nouveaux dirigeants ne seront pas confrontés à d’énormes difficultés pour installer leurs institutions.

L’Ituri, quant à elle, dont le chef-lieu est la ville de Bunia, présente les atouts d’une province digne de ce nom puisque disposant des infrastructures immobilières et routières en bon état. Sur le plan économique, on y trouve des activités comme l’exploitation industrielle et artisanale de l’or. A cela s’ajoute une activité de pêche florissante dans le lac Albert.

Ceci n’est pas le cas pour le Bas-Uélé où toutes les infrastructures sont à reconstruire après le passage des Ex-Forces armées zaïroises (FAZ), l’armée du Mouvement de libération du Congo (MLC) ou encore de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) pendant les guerres de 1994 à 1997 et celle de 1998 à 2003.

Autrefois plaque tournante de la production du café, Isiro chef-lieu de la province du Haut-Uélé représente à ce jour un tableau quasiment similaire à celui de sa voisine du Bas-Uélé. La ville est complètement enclavée suite au manque de voies de communication. Un seul dénominateur commun pour les quatre nouvelles provinces : l’existence au moins d’un aéroport national dans chacune d’elles.

Ce qui est un grand avantage pour ces nouvelles provinces issues de l’ancienne Province Orientale par rapport à d’autres nouvelles provinces. Particulièrement, la population de l’Ituri avait accueilli avec joie l’érection de cet ancien district de la Province Orientale en nouvelle province, estimant que cela va aider cette partie de la Rdc qui regorge beaucoup de potentialités à se développer dans tous les domaines.

D’autant plus que les nouvelles provinces issues du nouveau découpage territorial de la RDC bénéficient de l’autonomie dans la gestion de leurs recettes fiscales. C’est-à-dire que les nouvelles provinces sont libres de gérer leurs ressources financières pour leur propre développement.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse