Début des travaux préparatoires d’audit du fichier électoral: La CENI s’attend à des recommandations pertinentes

par -
0 221
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Céni), Corneille Nangaa Yobeluo a été de passage à la radio onusienne où il a éclairé la lanterne de l’opinion tant nationale qu’internationale sur la continuité de la polémique autour de la machine à voter, mais aussi un mot sur le début des travaux préparatoires de la mission d’audit du fichier électoral.

D’abord sur la machine à voter, Corneille Nangaa évoque juste une pression basée sur les intérêts surtout de ceux qui n’ont pas été sollicités en lieu et place de l’entreprise Sud-coréenne.

Quant à la dernière correspondance de l’ambassade Sud-coréenne en Rdc, le technicien congolais remet les pendules à l’heure en parlant d’une pression extérieure de certains pays occidentaux dont a fait l’objet la Corée du Sud. Ces derniers qui ont refusé de soutenir les Sud-coréens sur cette question.

« La Commission électorale sud-coréenne utilise la technologie de la même compagnie. Et la même commission électorale n’a jamais vu cette correspondance qui récuse la machine à voter. Je ne sais pas ce que cette ambassade a écrit, mais elle nous a vus pour nous dire qu’elle fait l’objet des pressions de certains pays occidentaux et comme conséquence, elle a refusé de nous soutenir sur cette question », a dit Corneille Nangaa, tout en poursuivant que cette même ambassade a dit que ce qui se fait autour de ces machines à voter, c’est une question qui concerne la CENI de la RDC avec une entreprise privée, et que le gouvernement coréen n’a rien à voir avec tout cela.

Toujours dans le même angle d’idée, le président de la CENI revient sur l’opération d’enrôlement et identification des électeurs où son institution a fait recours à l’expertise française en utilisant les kits du groupe « GEMALTO ». Et à Nangaa de se poser la question : « qu’est-ce que cela avait à avoir avec le gouvernement français ou l’ambassade de France en RDC ? »

On manipule l’opinion !

Ainsi tout est clair, « on manipule l’opinion, mais je pense que le peuple congolais est mûr », a dit Nangaa devant la presse onusienne. Et pour tout dévoiler, il affirme que cette question est basée sur des intérêts. « Il y a des pays qui verront que tant que ce n’est pas allé chez eux, il faut combattre. Mais nous avons fait le bon choix, dans la mesure où c’est une entreprise de référence. La Commission électorale sud-coréenne puise la technologie de la même compagnie, et c’est toujours la même compagnie qui organise les élections en Irak avec plus de 75 machines qu’ils ont déployés là-bas. Pourquoi seulement quand c’est la RDC, il faut combattre ? »

Ne voulant pas s’éterniser sur cette question, le président de la Centrale électorale revient sur la campagne de sensibilisation sur cette machine à voter lancée dans toute l’étendue de la RD Congo. « Nous avons jusqu’au 23 décembre pour former, éduquer et montrer aux gens comment ils vont voter parce que c’est leur droit », renchéri-t-il quant à ce.

Et dans ce cadre, il explique ce que c’est la machine à voter, disant qu’il ne s’agira pas d’un vote électronique, mais à bulletin papier et dont le comptage se fera par des hommes : « Ce n’est qu’une imprimante, un dispositif mis au bureau de vote afin de permettre à chaque électeur d’imprimer son bulletin localement au lieu qu’on ait de gros bulletins à 58 pages, format journal, comme c’était le cas en 2006 et 2011. Nous aurons juste un petit papier avec un bulletin au standard plus ou moins normal. C’est ce qui justifie que le coût des élections diminuent, mais aussi la fiabilité. La machine à voter ne vote pas, mais c’est plutôt l’homme. Le comptage ne sera pas fait par la machine, mais par les hommes. Ce n’est pas un vote électronique, mais à bulletin papier où les électeurs auront bel et bien les bulletins papiers et dont le comptage sera fait manuellement devant observateurs et témoins, et le résultat à publier sera fait par les agents de la Céni ».

Quid de l’audit du fichier électoral

Quant à la question sur l’audit du fichier électoral dont les travaux préparatoires se déroulent déjà à Kinshasa avec l’arrivée des experts de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), Corneille Nangaa éclaire : « le calendrier électoral avait promis l’audit du fichier électoral à partir du 6 mai, effectivement c’est l’OIF qui conduit cette mission d’audit, puisqu’étant un organisme de référence en la matière. Les experts sont au nombre de 6 ou 7 et sont déjà à Kinshasa. On poursuit les travaux préparatoires, si bien que l’installation du comité ad hoc d’audit du fichier électoral est en cours».

Sur ce qui est de la transparence, le n°1 de la Centrale électorale a évoqué la démarche inclusive et transparente en installant un comité ad hoc qui jouera le rôle d’observateurs. Et dans ce comité, il y a trois délégués de la Majorité Présidentielle (MP), de l’Opposition politique dans toute sa diversité et trois autres de la société civile dans toute sa diversité. « Ce comité installé sera élargi à ceux qui travaillent avec nous comme la Monusco, le Pnud et bien d’autres. Ils seront là pour observer et auront des avis consultatifs », a fait savoir Nangaa.

En ce qui concerne le résultat qui en sortira, le technicien congolais en matière électorale souligne que l’audit du fichier électoral sont des analyses des données présentées par la Céni ayant pour but d’identifier les faiblesses et forces du fichier tel qu’il est aujourd’hui et permettront de formuler des recommandations pertinentes pour l’amélioration à partir du moment où le pays tend à aller vers les élections, mais aussi l’amélioration du fichier pour les cycles électoraux à venir. « C’est de cela qu’il est question. Il n’est pas subordonné avec la répartition des sièges. Cette dernière est une loi qui a été déjà adoptée et là c’est une donnée qui n’a rien à voir avec l’audit », a conclu Corneille Nangaa.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse