De retour du 9e sommet mondial urbain à Kuala-Lumpur: J. Kokonyangi satisfait du lobbying mené en Asie

La République démocratique du Congo est sur tous les fronts, afin non seulement de tirer profit de la coopération, mais aussi de marquer le retour de ce grand pays au cœur de l’Afrique dans le concert des Nations. C’est dans cet objectif que Joseph Kokonyangi, ministre de l’Urbanisme et habitat, et Secrétaire général adjoint de la Majorité Présidentielle (MP), a pris part du 06 au 13 février 2018 au 9ème forum mondial urbain organisé par l’ONU-Habitat à Kuala-Lumpur, capitale de la Malaisie. De retour au pays, il a adressé un message de paix aux Congolais et Congolaises. Car dit-il, les Congolais sont déjà habitués avec de messages de provocation, de marches et autres manifestations visant à troubler l’ordre public. Il prévient déjà que  les 16 et 27 février 2018, il n’y aura rien. Il promet d’organiser prochainement un point de presse pour répondre coup sur coup aux semeurs de troubles.

Le ministre de  l’Urbanisme et Habitat  est de retour  à Kinshasa,  capitale de la République démocratique du Congo, depuis mardi  après avoir participé  du 6 au 13 février, au 9e forum mondial urbain organisé par l’ONU-Habitat à Kuala-Lumpur, capitale de la Malaisie. Joseph Kokonyangi a,   dès son arrivée à l’aéroport international de N’Djili,  fait la restitution  de la participation de la Rdc à ce sommet mondial de  l’urbanisme dont les retombées seront bénéfiques pour le pays de Joseph Kabila. Le patron de l’Urbanisme et Habitat a d’abord commencé par souligner l’importance de ce forum qui intervient après celui de 2016  en Equateur. A l’en croire, la RDC a été doublement invitée à ce rendez-vous mondial,    puisque d’un côté, la délégation congolaise  était appelée  devant l’assemblée générale réunissant plus d’une centaine de ministres de l’Urbanisme et Habitat du monde, à brosser la situation de l’habitat en RDC et de l’autre coté, un panel de pays africains auquel fait partie la RDC  devait aussi présenter la situation africaine. Vu que l’Afrique s’est retirée pour prendre conscience et voir la situation africaine d’ici 2030, a laissé entendre le ministre de l’Urbanisme et Habitat, visiblement satisfait du  lobbying qu’il venait de mener dans ce pays asiatique, pour le développement du secteur de l’urbanisme en RDC.

Revenant sur le thème de ce sommet intitulé «  Les villes de 2030, les villes pour tous, la mise en œuvre  du nouveau  programme  pour les villes du monde  », le ministre de l’Urbanisme et Habitat  affirme avoir démontré à l’assemblée générale que le Président de la République avait déjà la vision de l’émergence du Congo en 2030. Il poursuit  sa restitution en expliquant  que  depuis 1960 jusqu’en 2003,  la RDC  n’avait  connu aucun développement dans le secteur de l’urbanisme et habitat. Il fallait donc attendre en 2006,  pour que les Congolais assistent à un nouveau vent du développement à travers  le  programme  cinq chantiers et puis  en 2011, à travers  le programme  révolution de la modernité, deux vastes projets initiés par Joseph Kabila Kabange pour l’émergence de la RDC. A travers ces deux projets, ajoute le ministre, l’on a assisté à la construction de plusieurs infrastructures à travers le pays. Ces œuvres qui témoignent d’elles-mêmes, étalent la volonté politique au sommet de l’Etat  qui fait qu’aujourd’hui,  Kinshasa et les autres villes soient visibles, a-t-il expliqué devant les journalistes. Pour le professeur Joseph Kokonyangi, en effet, la volonté diplomatique de Joseph Kabila a fait que la RDC puisse prendre  contact avec de grandes firmes mondiales, notamment la Banque mondiale et l’ONU- Habitat. Cela pour que les neuf (9) villes connaissent  un  développement urbanistique considérable. A cela, il faut ajouter le démarrage du projet de bidonvilles dans la commune de  Masina à Kinshasa.  Selon le patron de l’Urbanisme et Habitat, tous ces détails énumérés et présentés par la délégation congolais au 9e  forum mondial urbain  à Kuala Lumpur, leur a valu des applaudissements de l’Assemblée générale. « Et surtout lorsque nous  avons souligné que  le Président de la République  descendait lui-même dans les rues avec les tracteurs  pour lancer les travaux », a-t-il indiqué.

La délégation congolaise multiplie les contacts

La Malaisie étant un exemple en termes de logements sociaux, la délégation congolaise a profité de son séjour dans ce pays pour  multiplier les contacts avec les autorités malaisiennes dans le but de s’imprégner de la réalité malaisienne en termes de construction  des logements sociaux. C’est dans cette optique que les participants congolais à ce sommet   ont été également  reçus par   le ministre  malaisien de l’Urbanisme et Habitat qui s’est  fait accompagner par son homologue de la Coopération internationale.  Les deux camps ont  échangé  sur les logements sociaux, avant notamment de se fixer quelques rendez vous pour les jours avenirs.

Selon Joseph Kokonyangi, les experts  congolais de l’urbanisme et habitat   vont d’ici deux semaines se rendre en Malaisie pour  étudier l’expérience malaisienne  en vue d’en faire bénéficier à la RDC dans l’avenir. Le patron de l’Urbanisme et Habitat affirme avoir,  lors de ce  forum, annoncé la volonté  de son ministère de mettre en place  un fonds national de l’habitat  qui est déjà en chantier. Il affirme qu’il n’attend que l’aval  du gouvernement pour le lancer.

Soulignons que ce sommet mondial de l’urbanisme était une occasion pour la RDC de confirmer sa volonté pour le développement du secteur de l’Urbanisme et habitat, dont les résultats se font déjà sentir avec la signature de plusieurs contrats pour la construction des logements sociaux pour les Congolais. D’après le ministre de l’Urbanisme et Habitat, la délégation congolaise, dans ses efforts, a échangé avec   la  nouvelle Secrétaire générale de l’ONU Habitat,  qui à son tour  n’a pas manqué de  solliciter  le soutient de la RDC. « Nous avons  profité pour lui exposer  nos trois problèmes »,   affirme Joseph Kokonyangi,  notamment le fait que notre coopération avec l’Onu Habitat était suspendue. Puisque le directeur Kanunu était retraité  et sur le champ, poursuit le ministre de l’Urbanisme et Habitat,  ce haut cadre de l’ONU Habitat  a rétabli cette  coopération.

La délégation congolaise  a aussi  sollicité au cours cet entretien, la reprise du projet de bidonville, ce qui a été fait  sur place. La Secrétaire générale de l’ONU Habitat a instruit ses services pour la reprise de ce projet. Dans  quelques mois, explique Joseph Kokonyangi, les Congolais pourront bénéficier de ce projet. Le  troisième  point  abordé avec la Secrétaire générale de l’ONU Habitat est le projet du type Cameroun  qu’on appelle PGU. Le ministre fait savoir que  c’est un projet de construction de logements sociaux  auquel la RDC  n’était pas éligible, mais cette fois-ci on a  été sélectionné, conclut le ministre, avant d’ajouter que la délégation congolaise a  organisé une visite sur terrain   avec  les autorités malaisiennes dans l’objectif d’expérimenter l’expérience malaisienne  dans la construction de logements sociaux. Cette expérience sera exportée en RDC afin de  faire bénéficier aux Congolais de vrais logements sociaux de type oasis, mais à 9 mille dollars  comme cela se fait en Malaisie à   travers le fonds national de l’habitat. Le ministre de l’Urbanisme et Habitat et Secrétaire général adjoint de la Majorité Présidentielle a conclu   en effleurant de manière brève l’actualité politique en adressant un message de paix aux congolais et congolaises. Pour Joseph Kokonyangi, les Congolais sont déjà habitués avec de messages de provocation, de marches et autres manifestations visant à troubler l’ordre public. Il déclare que  les 16 et 27 février, il n’y aura rien. Il promet d’organiser un point de presse dans peu de jours  pour répondre coup sur coup aux semeurs de troubles dans le pays.

(Crhioni Kibungu/Rtga World )

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse