De grosses commissions perçues à Transco, SNCC, …

par -
0 770
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ahmadou Moustapha précise : « Je n’ai aucun élément pour corroborer ces accusations »

Les accusations portées par un Journal français contre le Premier ministre Matata Ponyo se sont invitées au point de presse du Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour la Rd Congo et le Congo Brazzaville, M. Ahmadou Moustapha Ndiaye, qui présentait hier son bilan de ses 100 jours passés en République démocratique du Congo. A l’occasion, une question lui a été posée sur des présumées commissions que le Chef de l’exécutif congolais tirerait des contrats de fourniture de 18 locomotives pour le compte de la Société nationale des chemins de fer (SNCC), projet qui bénéficie du financement de la Banque mondiale.

Pour toute réponse, Ahmadou Moustapha Ndiaye a laissé entendre qu’il n’avait aucun élément entre ses mains pouvant corroborer ces accusations. Et qu’en ce qui concerne la passation de ce marché avec une firme chinoise, la procédure en la matière avait scrupuleusement était respectée. Sur ce sujet, le Journal l’Avenir a eu à insister sur le fait que les procédures au niveau de la Banque mondiale sont très rigoureuses, pour empêcher quiconque serait tenté de puiser sur les fonds mobilisés par cette institution de Bretton Woods.

Pas de visite sur terrain

Une des limitations de ce pré-bilan, explique le Directeur des Opérations de la Banque mondiale, c’est de ne pas avoir fait des visites de terrain. Ceci pour dire que le bilan qu’il a présenté est le résultat des rencontres avec les décideurs, les partenaires et ses équipes sur terrain. Et d’informer qu’il est prévu, à partir du mois de mai 2015, un calendrier de visites. Il est aussi prévu une visite du Directeur général de la Banque mondiale, qui passera notamment à Goma, dans la province du Nord-Kivu, pour s’imprégner des projets financés par cette institution financière internationale.

Au sujet de la croissance qui n’est pas encore inclusive et qui suscite polémique, Ahmadou est de ceux qui pensent qu’il faut regarder la trajectoire du développement qui donne des signaux plutôt verts. Pour preuve, le taux de croissance moyen ces dernières années est à 7%, ce qui est une performance pour ce pays. Il a aussi cité le taux d’inflation qui était de plus de 46% en 2001 et qui est à 1%. Ce qui veut dire que le pouvoir d’achat de la population a été préservé. Toutefois, il reconnait que la croissance est partie d’une base relativement faible et c’est cette perspective qu’il faut voir, même si beaucoup reste encore à faire.

SNCC et Inga, beaucoup d’investissements, peu de résultats

Au sujet de la SNCC, une question a été posée selon laquelle, 80 millions de dollars ont été mobilisés, mais peu de résultats. Pour Ahmadou Moustapha, c’est une question qui nous préoccupe. Il faut que la restructuration de la SNCC réussisse. Il a rappelé qu’il y a deux approches : celle de la restructuration ou du financement de l’exploitation à travers l’achat de carburant. Le financement de l’exploitation, explique-t-il, est une approche temporaire. Malheureusement, cela n’a pas permis d’augmenter le trafic.

Au-delà du financement de l’exploitation, la Banque mondiale a décidé d’appuyer le plan social avec un nombre important de salariés qui ont bénéficié du départ en retraite. Il cite quand même quelques acquis, comme 780 Km réhabilités, livraison des matériels, etc. Il faut que du niveau chiffre d’affaires, du trafic, qu’il y ait des améliorations. Il a reconnu qu’il y a des efforts, mais il y a beaucoup de travail qui reste à faire.

Concernant le grand projet d’Inga, le DO a expliqué qu’il y a un projet qui est en cours entre Inga I et II où son institution finance la réhabilitation. Elle finance aussi d’autres barrages sur l’étendue du territoire national. Faut-il se limiter à gérer l’urgence ou avoir un projet à long terme ? Il pense que Inga III est très complexe, nécessite des études et un niveau de financement important. « Nous allons commencer un nouveau projet d’électrification rurale. Il y a beaucoup d’intérêt sur Inga III, mais à côté de cela, il y a aussi Inga I et II », dit-il. D’ailleurs, pour le début de travaux de Inga III, la Banque mondiale parle de 2017, même s’il reste beaucoup de questions techniques à surmonter.

Il n’a pas manqué d’aborder d’autres questions transversales comme celle de l’agriculture où il a promis une restructuration du projet pôle de croissance ouest, notamment en tenant compte des investissements du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo. De même, pour le reste d’autres parcs, la Banque mondiale va profiter du projet PARRSA pour identifier le rôle du Gouvernement et du secteur privé. Et dans le cadre du projet en préparation de la pleine de la Ruzizi, il y a une approche différente de Bukanga Lonzo, en parlant des corridors.

Des ajustements

Moustapha se dit très optimiste et très chanceux. Optimiste, parce qu’il y a un acquis. Très chanceux à cause des acquis en termes de relation avec le gouvernement, performance du développement, les projets, les équipes très fortes, etc.

Mais au regard de la situation, des ajustements sont possibles, notamment dans le renforcement des acquis (consolidation), parce qu’il semble qu’on est dans le secteur prioritaire (agriculture, santé, renforcement des capacités, réformes, etc.) ; la consolidation (financement) ; accumuler une concentration sectorielle, géographique, en partenariat avec les autres ; une approche qui permettra un développement harmonieux dans le cadre du nouveau plan de développement pour appuyer le développement des provinces.

Aujourd’hui, dit-il, nous avons une approche sectorielle. Mais cela ne permet pas d’avoir une vision transversale au niveau des provinces. Sur ce plan là, il y a déjà un acquis avec le Starec, qui est un outil de coordination pour le Gouvernement et les partenaires. « Je suis chanceux d’avoir trouvé un partenariat, un portefeuille. Mais il faut accélérer en terme de la mise en œuvre et se focaliser sur des performances », conclut-t-il.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse