Dans une motion à l’Assemblée nationale: Nicolas Akpanza plaide pour l’organisation de l’élection du Gouverneur

par -
0 631
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Président du Caucus des députés élus de l’Equateur, Nicolas Akpanza a présenté hier mercredi 1er avril 2015, du bureau de l’Assemblée nationale, une motion d’information au sujet de sa province d’origine. L’Equateur, depuis le décès en date du 14 décembre 2014 de Louis Alphonse Koyagialo, la province n’est plus gouverné, a-t-il soutenu.

Pour ce député élu de l’Equateur, il a indiqué que l’heure est grave, tellement grave qu’il ne s’empêche pas de porter à la connaissance de l’Assemblée nationale que le Regroupement des parlementaires de l’Equateur, Caucus des députés nationaux, constate avec beaucoup d’amertume que leur province est non gouvernée. « En effet, il convient de rappeler à votre honorabilité que la loi électorale que nous avons tous votée, qui a été promulgués par le Chef de l’Etat, Président de la République et publiée au Journal Officiel de la République Démocratique du Congo, dispose clairement en son article 168, qu’en cas de décès, de démission, d’empêchement définitif, de mise en accusation ou de révocation du Gouverneur de province, le Gouvernement provincial est réputé démissionnaire. Le Gouvernement provincial, sous la direction du Vice-Gouverneur expédie les affaires courantes », a-t-il rappelé.

Compte tenu de cette disposition constitutionnelle, un nouveau scrutin est organisé dans les trente jours par la CENI. Cependant, force est de constater que plus de 90 jours se sont écoulés sans que la CENI ne procède à l’organisation de l’élection du Gouverneur de l’Equateur. A en croire le député motionnaire, c’est le Gouverneur qui doit accompagner la Commission qui devrait être mise en place par le Gouvernement de la République depuis le 15 mars dernier et ce, dans le cadre des opérations relatives à l’installation des nouvelles provinces notamment l’établissement de l’état de lieux, de l’actif et du passif ainsi que la répartition du patrimoine et des ressources humaines et foncières de la province, conformément à l’article 5 de la loi de programmation déterminant les modalités d’installation des Nouvelles provinces, a fait entendre Nicolas Akpanza.

Le président du Caucus des députés nationaux élus de l’Equateur fustige le mutisme gardé par la Ceni qui n’arrive pas à fournir des explications au sujet du retard qu’elle ne cesse d’accuser dans l’organisation de cet important scrutin pour l’avenir de sa province. « Il y a lieu de conclure à la violation intentionnelle par cette institution de la loi électorale. Aussi, par ce comportement impardonnable, la Ceni a-t-elle ouvert la boite de Pandore en se rendant responsable de tous les maux et de toutes les misères qui s’abattent aujourd’hui sur toute l’étendue de la province », a regretté Nicolas Akpanza.

Les maux qui rongent l’Equateur

La province de l’Equateur est au bord du chaos, a-t-il soutenu devant l’Auguste plénière. Les maux qui la rongent sont tels que l’absence totale des dispositions légales régissant la province, ce qui équivaut à un vide juridique ; la gabegie financière d’extrême gravité, la criminalité exécrable devenue monnaie courante et semant la désolation parmi les populations de certains coins de l’Equateur, la spoliation et le détournement qui règnent en maître, l’usurpation du pouvoir, etc.

Partant de ses propos, Nicolas Akpanza insiste pour que la province de l’Equateur mérite la protection de tous et surtout celle de l’Assemblée nationale ce, y compris avec la solidarité parlementaire. A cela, il refuse que la représentation nationale ne soit trahie par l’histoire et jugée par la prospérité si jamais la situation de l’Equateur n’est pas résolue. « Je sais bien que vous avez beaucoup fait en nous accompagnant dans la recherche des solutions pour la survie de la province. Les exemples sont multiples et il serrait superflu de les mentionner ici. Mais hélas ! Chasser le naturel, il revient au galop. Ne vous arrêtez pas à mi-chemin pour éviter la descente aux enfers de la province »,a prévenu le député national Akpanza qui sollicite de l’implication réelle et effective de l’Assemblée nationale dans la recherche des voies et moyens devant sortir cette province de l’ornière. C’est l’organisation sans délai de l’élection d’un Gouverneur qui va lui permettre d’être compétitif et d’espérer un atterrissage en douceur face aux nombreuses mutations qui s’opèrent actuellement lors de la mise effective des 26 provinces.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse