Dans une matinée politique: Pius Muabilu et le CNC soutiennent le dialogue

par -
0 580
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Au cours d’une matinée politique animée au siège du Congrès National Congolais (CNC), l’honorable Pius Muabilu, l’enfant terrible du Mont Amba, a mobilisé les cadres et militants de son parti au dialogue initié par le Président de la République pour trouver solution aux problèmes qui se posent au pays. Il a rappelé que ce dialogue a été sollicité par l’UDPS, fille aînée de l’opposition politique, avant que l’opposition dans toute sa majorité n’appuie cette idée

* Cet homme politique qui aligne une expérience de 17 ans de vie parlementaire, a fustigé le comportement de certains politiciens qui en appellent à des marches, pendant que leurs enfants sont protégés à l’étranger. Il leur a dit de cesser de blaguer avec le sang des Congolais, parce que la Rd Congo est le seul héritage dont on dispose

C’est aux cris de « Je suis CNC, je suis dialogue » et de la chanson « Mulangi ya pembe » que le Président national du Congrès National Congolais (CNC), l’honorable Pius Muabilu Mbayu Mukala a été reçu par de nombreux militants et cadres qui avaient répondu à son invitation, à Limete au siège de ce parti politique membre de la Majorité présidentielle, enjeux politiques de l’heure exigent. Ce rendez-vous était voulu comme tel, pour permettre à « Mulangi ya pembe » de crever l’abcès et de dire toute la vérité aux cadres et militants, à l’occasion de la convocation de grand forum par le Chef de l’Etat.

Il a de prime à bord indiqué, s’adressant à ceux qui fustigent le dialogue, qu’ils veulent ou pas, Joseph Kabila n’est pas prêt à abandonner son projet pour l’amélioration des conditions des Congolais. Il va continuer à diriger le pays, parce que son mandat court encore. Et ce, avant de dire que ça fait pitié, lorsqu’il lui est permis de constater que nombreux sont les politiciens congolais qui ne savent pas d’où nous venons. A l’en croire, on était devenu l’objet de mépris. Seulement deux journaux étaient imprimés au pays (Elima et Salongo) ; on ne comptait qu’une seule de chaine de télévision et de radio. Dans ce contexte, même la coopération a été coupée suite au déficit démocratique.

Il a fallu que Joseph Kabila prenne les rênes du pouvoir, après le lâche assassinat de son père, pour relancer le pays. C’est ainsi que dans son discours d’investiture il dira, « Jamais le Congo ne sera divisé ». Un leitmotiv qui lui permettra de réunir tous les opposants de l’époque autour de lui (Azarias Ruberwa, Jean-Pierre Bemba, etc.), afin de régler la guerre injuste imposée au pays. C’est ainsi que le dialogue se tiendra à Sun City et qui accouchera de quelque chose qui n’a jamais existé nulle part au monde : le 1 + 4, soit un gouvernement comptant un Président de la République et 4 Vice-présidents pour diriger le pays par consensus.

De ce dialogue, il eut des élections, parce que les Congolais s’étaient parlé. Et depuis 2006, le pays opta pour des élections. De plus en plus, la démocratie s’enracine. Pour preuve, contrairement à d’autres pays africains, la Rd Congo est le seul pays qui peut compter près de 200 titres de journaux chaque jour, sans oublier les partis politiques qui situent au-delà de 400. Et c’est au nom du dialogue que Joseph Kabila mettra tous ces avantages dans le panier de la démocratie.

Le dialogue a commencé en 1885

Pour ce député national qui a passé 17 ans de vie parlementaire, c’est depuis 1885 que certains étrangers se sont retrouvés pour se partager l’Afrique, dans la configuration que l’on a aujourd’hui. Ce dialogue s’est poursuivi à Antananarivo (Madagascar), à la Conférence Nationale Souveraine (CNS), pour terminer par Sun City. Ce qui veut dire que le dialogue est dans le sang du Congolais et c’est un mode de règlement pacifique des conflits entre frères. Et s’il faut faire un bilan, on dira facilement que le dialogue nous a apporté la paix et la construction des infrastructures.

C’est ici que Pius Muabilu a rappelé qu’il y a près de 8 mois que l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) avait sollicité le dialogue, en raison de l’amour qu’elle a envers le pays. C’est plus tard que l’opposition dans sa grande majorité appuiera cette idée. Et après avoir consulté sa famille politique, Joseph Kabila acceptera alors le dialogue comme la meilleure façon de régler des problèmes entre Congolais.

Il a rappelé qu’au lendemain des attentats de Paris en France, François Hollande s’est retrouvé avec tous les opposants, afin de trouver des solutions à ce grand défi mondial qu’est le terrorisme. Pourquoi les Congolais ne se retrouveraient-ils pas pour régler leurs problèmes ? se demande-t-il, avant de fustiger certains opposants qui ne parlent de leur pays, de leurs dirigeants qu’en mal, pendant que les opposants de Denis Sassou Ngwesso, de Paul Kagame, etc. ne parlent jamais du mal de leur pays à l’étranger.

Les raisons d’aller au dialogue

L’homme qui a été élu quatre fois député national a justifié la tenue du dialogue politique national et inclusif parce qu’il y a des problèmes que les Congolais doivent régler entre eux. C’est le cas du fichier électoral, du calendrier électoral, de la sécurisation des élections, du financement des élections et du rôle des partenaires au développement.

Abordant le point relatif au fichier électoral, Pius Muabilu a cité les experts de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui ont démontré que le fichier était problématique. Selon lui, il a été décelé plus d’un million de morts, sans oublier les 8 millions de nouveaux majeurs. S’agissant du calendrier électoral, il a expliqué comment le premier calendrier a été rejeté par l’opposition, avant que ne soit publié le calendrier global, qui a aussi été rejeté par la même opposition. Il a fustigé ce comportement de la classe politique congolaise, avant d’insister sur le fait que le CNC n’ira pas aux élections sans l’enrôlement de nouveaux majeurs.

Concernant la sécurisation des élections, Pius Muabilu a insisté que l’élection doit être considérée comme une fête en démocratie. La question étant celle de savoir ce que l’on doit faire pour avoir des élections apaisées. Et les participants au dialogue devront s’y pencher.

Au sujet du financement des élections, il a souligné qu’en 2006, les partenaires de la Rd Congo avaient promis, pour ne donner qu’un petit rien, moins que promis. Et en 2011, le pays n’avait reçu aucune contribution de ces mêmes partenaires. Il a rappelé que le budget pour la tenue des élections est d’1 milliard 200 millions de dollars Us et que le budget réel de la Rd Congo ne sera que de 5 à 6 milliards de dollars Us. Allons-nous sacrifier la construction des routes, des écoles, etc. pour organiser les élections ?, se demande-t-il. C’est ici qu’il a cité les Etats-Unis d’Amérique qui n’ont annoncé que 20 millions de dollars Us, soit 0,0166%.

En ce qui concerne les partenaires, l’enfant terrible du Mont Amba révèle que lorsque ceux-ci vous donnent d’une main, ils chercheront toujours une compensation à travers les richesses minières du pays. Une façon pour le député national de demander aux Congolais de ne pas mordre à l’hameçon du premier venu.

Il a terminé par fustiger ceux qui trompent la vigilance, qui veulent appliquer le fameux dicton de « ôtes-toi de là que je m’y mette », pendant qu’il faut aller aux élections. « Au CNC, nous disons qu’il faut remettre le pouvoir au peuple. Nous n’abandonneront jamais les élections locales », dit-il, avant d’ajouter que le CNC va rester constant,  « parce que nous devons épuiser les arriérés électoraux ».

Il a en profité pour fustiger ceux des opposants qui appellent à la marche pour que les enfants des autres meurent, pendant que les leurs sont en sécurité à l’étranger. Pius Muabilu a aussi lancé un appel aux soi-disant opposants, ceux qui se sont enrichis tout en étant dans la Majorité Présidentielle, avant de claquer la porte, de donner leurs richesses au peuple congolais, pour être sincères avec eux-mêmes.

Cette cérémonie riche en couleurs s’est terminée par l’adhésion au parti de Petit-Prince Ntula, un des pionniers de l’indépendance. Il a reçu les insignes du parti et a promis de se battre désormais pour le rayonnement de ce parti politique qui soutient le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse