Dans une lettre ouverte, Brandon Midagu brandit un carton rouge à l’ancienne classe politique congolaise

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans une lettre ouverte, copie conforme à plusieurs hautes personnalités dont le Président de la République Joseph Kabila Kabange, le Président du Sénat Léon Kengo wa Dondo, le Patriarche Antoine Gizenga Fundji, le Président de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, Monseigneur  Marcel Utembi, et le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations-Unies en République démocratique du Congo,  Maman Sambo Sidikou, M. Brandon  Midagu, jeune entrepreneur politique avec pignon sur rue, précurseur de la lutte pour le renouvellement  de la classe politique, brandit un carton rouge à l’ancienne et défaillante classe politique congolaise et la somme de se retirer de la vie politique en Rdc avant la sanction populaire.

Ci- dessous, l’intégralité de ladite lettre :

LETTRE OUVERTE  DE BRANDON MIDAGU A L’ANCIENNE
CLASSE POLITIQUE DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

 Mesdames, Messieurs et très chers aînés,

Concerne : Votre retrait définitif de la Vie Politique

En 57 ans d’indépendance, célébrée d’ailleurs dans la méditation à cause de la grave crise multiforme qui frappe la République Démocratique du Congo, un triste et amer constat se dégage: la prise en otage de plus ou moins 70 millions de congolais par une minorité gérontocratique déphasée ; une poignée de personnes qui ont brillé par la mal gouvernance, la prédation, la corruption et la consécration de la misère de la population.

La classe politique des années 1960 jusqu’à ce jour a démontré ses limites, au regard de la réalité socio-économique et sécuritaire du pays. La méfiance et le dégoût des populations ont décuplé au point que cet esprit qui survit au-delà des générations devra changer afin de mettre un terme à ce profil négatif projeté par l’ancienne classe politique congolaise. La défiance envers les hommes politiques n’a jamais été aussi grande. Il n’est guère de pays qui aient aussi peu de considération pour ceux qui les gouvernent et les représentent. C’est ainsi que dans l’imaginaire collectif des congolais, faire de la politique signifie mentir. C’est tout dire!

Le bilan est catastrophique et le débat ne s’enrichirait pas en égrenant ici les méfaits de  votre gestion de la république. Sachez très chers aînés que nul ne peut s’exonérer de son passé, surtout pas les hommes politiques.

Qu’importe ! Ce que nous observons et dont nous n’avons été que victimes, ce que la politique à la congolaise ne se conjugue depuis 1960 qu’en termes d’égoïsme, de tribalisme, de radicalisme, de mégestion, de démagogie, de promesses non tenues, de défis contre le peuple, bref de prédation. Les responsables de cette défaite morale se retrouvent aussi bien au sein de la majorité au pouvoir (cette majorité que le soleil du pouvoir réchauffe de ses rayons) que dans l’opposition (cette opposition de façade qui a toujours brillée par son manque de réalisme).   

 Mesdames, Messieurs et très chers aînés,

Vous conviendrez  avec nous que le pays ne peut que courir à  sa ruine, si de telles pratiques devenues caractérielles, et dont vous avez apporté la preuve que vous ne pouvez vous départir, continuent à avoir droit de cité. Ceci est d’autant plus vrai que la compétition démocratique est devenue synonyme d’une concurrence acharnée des anti-valeurs, et dont le gagnant ne peut être que celui qui excelle le plus dans le vice, la ruse, la tricherie, …

Face à une telle hécatombe, la solution doit-être drastique voire douloureuse. Il faut faire table rase, en renvoyant à la poubelle de l’histoire cette ancienne classe politique pourrie et déphasée, cause principale des malheurs qui s’abattent sur le pays et son peuple, plombant ainsi son élan vers un développement réel et intégral.

Pourriez – vous, seuls face à  vos fors intérieurs, répondre à la question de savoir qu’avez – vous fait du pays dont vous avez hérité depuis l’indépendance jusqu’à nos jours ? Que représente la République Démocratique du Congo face à la République Sud-Africaine ou la  République de Corée du sud qu’elle concurrençait en terme de produit intérieur brut (PIB) en d’autres mots la richesse produite?

Les atouts ! La République Démocratique du Congo n’en manque pas ! Ce sont des entrepreneurs politiques visionnaires, déterminés, peu enclins vers des intérêts personnels d’enrichissement rapide et illégal qui font défaut. Le sage dit : “On ne développe pas un pays avec ses diplômes mais avec son cœur“. Parce que en réalité, derrière toute grande nation, il y a des grands hommes, sages, animés de l’esprit de sacerdoce et non des hommes forts, rusés, tournés vers leurs propres intérêts. Notre souhait est qu’en République Démocratique du Congo, la politique reste une vocation et non une profession.

Mesdames, Messieurs et très chers aînés,

Le président de la République, Joseph Kabila Kabange avait défrayé la chronique en son temps en déclarant haut et fort qu’il lui manquait 15 collaborateurs engagés et déterminés pour transformer au mieux le Congo. C’est vous et encore vous qui vous êtes agglutinés autour de lui usant du chantage, de la délation, de la flatterie, du clientélisme pour le mettre sous coupe réglée. Votre plus grand exploit est celui d’avoir reproduit les mêmes tares prédatrices de triste mémoire.

Les acteurs politiques de l’Opposition aussi ne peuvent rien revendiquer de constructif, eux dont l’obsession aura été de ramer à contre – courant du progrès. Qui ne sait qu’en République Démocratique du Congo il n’y a pas d’opposants mais plutôt des mécontents :

Mesdames, Messieurs et très chers aînés,

Votre échec politique a déjà causé des dégâts incommensurables. La seule chose que vous puissiez faire maintenant pour sauver votre honneur est de vous retirer sans conditions de la vie politique en laissant la place à  une nouvelle génération d’entrepreneurs politiques pragmatiques différents des politiciens ‘’courtermistes’’, sans ambition pour le pays mais plutôt tournés vers leurs propres intérêts. A cause de vous, chers aînés, la politique congolaise a mauvaise réputation.

Vous nous accusez souvent d’être une génération creuse. Il est vrai qu’après avoir déstructuré le système éducatif, vous pouvez vous permettre de telles invectives à notre endroit. Toutefois, de vos monstrueuses erreurs en six décennies, nous avons beaucoup appris.  La jeunesse congolaise est convaincue que la République Démocratique du Congo se portera mieux si déjà nous mettons un point d’honneur à ne jamais reproduire les anti-valeurs qui ont guidé votre gouvernance du pays. Il faudrait que le concept des 4c : Conviction, Compétence, Cohérence et Concrétisation reprenne le dessus sur celui des 4i : Indifférence, Incompétence, Irresponsabilité et Impunité. Ainsi, la trilogie des 3p : Paix économique, Paix sociale et Paix politique deviendra une réalité dans notre pays. C’est dans ce contexte que nous allons inaugurer la rupture (fracture) avec votre manière de conduire les affaires publiques.

Convaincus que ce qui a fait défaut jusqu’ici est davantage l’immoralité politique et l’absence cruelle de patriotisme dans un environnement d’inflation des compétences nous sommes d’avis que la refondation de la vie politique passera inévitablement par une révolution électorale qui offrira à la jeunesse congolaise une majorité parlementaire confortable et qui vous enverra par la même occasion à une retraite forcée ou choisie.

De ce qui précède, la démocratie étant le mode de gouvernance par excellence que nous avons choisie pour consacrer le renouvellement du personnel politique, la jeunesse congolaise tient mordicus au respect des principes édictés par ce mode de gouvernance à savoir l’organisation régulière des élections libres, crédibles et transparentes en temps convenable.

Ainsi, grâce à notre poids électoral significatif (plus ou moins 70% de l’électorat actuel), nous jeunesse congolaise, nous nous apprêtons à lancer la plate-forme électorale multicolore regroupant des jeunes de toutes les préférences politiques dénommée «Opération Jeune vote Jeune » en vue de matérialiser notre vision du renouvellement total de la classe politique congolaise par les urnes. A travers nos campagnes de sensibilisation, la jeunesse congolaise sera invitée à voter jeunes en vue de sanctionner par la voie des urnes la vieille classe politique de notre pays. Une seule issue leur sera indiquée: celle d’accompagner la jeunesse et non de la concurrencer !

C’est ici l’occasion pour nous d’interpeller le Président de la République, la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), la Mission d’observation des Nations Unies au Congo (Monusco) ainsi que des patriarches politiques comme le Premier ministre  honoraire Antoine Gizenga Fundji et l’Honorable Président du sénat Léon Kengo wa Dondo en leur qualité d’objecteurs des consciences à encadrer et accompagner le processus du renouvellement de la classe politique qui s’impose à notre Pays.

Vive le Renouvellement de la Classe Politique par les Urnes !

Vive la République Démocratique du Congo !

Brandon  MIDAGU

Jeune Entrepreneur Politique

Tél. : (+243)810268044

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse